Rechercher
Rechercher

Société - Crise économique

Asmar à « L’OLJ » : Nous essayons de reporter de 7 à 8 mois la levée des subventions sur les médicaments

Asmar à « L’OLJ » : Nous essayons de reporter de 7 à 8 mois la levée des subventions sur les médicaments

Le président de la CGTL, Béchara Asmar. Photo d’archives ANI

Alors qu’il avait appelé à une grève générale à partir de demain contre la levée des subventions sur certains produits de première nécessité, dont les médicaments, le président de la Confédération générale des travailleurs libanais (CGTL) Béchara Asmar a indiqué à L’Orient-Le Jour que ce mouvement était finalement reporté. Des discussions ont été engagées avec le gouvernement, affirme le président de la CGTL, qui indique avoir trouvé un moyen de remédier à ce problème, du moins de manière temporaire.

Concernant le secteur pharmaceutique, qui profite des subventions de la Banque du Liban (BDL), M. Asmar assure avoir discuté avec le chef du gouvernement sortant, Hassane Diab, ainsi que le ministre de la Santé, Hamad Hassan, en vue d’une « rationalisation » de la facture des importateurs de médicaments. « Nous proposons de faire baisser cette facture de 20 % », explique-t-il à L’OLJ. « Nous essayons de pousser à l’achat de médicaments génériques ainsi que des originaux, mais en moindre quantité par rapport à avant. Nous voulons soutenir la fabrication locale de génériques. De cette manière, nous essaierons de reporter de 7 à 8 mois la levée des subventions sur les médicaments », ajoute le chef de la CGTL, qui explique que des négociations auront lieu dans ce sens avec la BDL.Les autorités enchaînent les réunions depuis deux semaines pour discuter d’une éventuelle « rationalisation » des subventions, alors que les réserves en devises de la BDL ont atteint un niveau critique – 17,9 milliards de dollars, dont seuls 900 millions sont utilisables, selon l’agence Reuters.

Lire aussi

Les subventions généralisées touchent à leur fin. Et après ?

Selon Béchara Asmar, il n’y a pas de risque de pénurie des produits pharmaceutiques, car « les Libanais ont déjà stocké chez eux les médicaments dont ils ont besoin ». « Baisser la facture (des importations de médicaments) est préférable à une levée des subventions », souligne-t-il. Hassane Diab devrait évoquer cette question cette semaine ou la semaine prochaine avec le gouvernement, selon le président de la CGTL, qui affirme être lui-même en train d’entreprendre des contacts avec les différents blocs parlementaires pour obtenir leur appui.

En ce qui concerne le blé, le syndicaliste assure à L’OLJ que les boulangeries continueront à obtenir de la farine comme avant, sans distinction concernant l’usage réservé au blé fourni. « Les boulangeries auront droit aux mêmes quantités de farine que l’an passé, à savoir 50 000 tonnes par mois », assure-t-il.

Le président de la CGTL assure également que le mazout continuera d’être subventionné. Il soutient par ailleurs que des négociations sont en cours avec l’Irak pour l’achat de pétrole.



Alors qu’il avait appelé à une grève générale à partir de demain contre la levée des subventions sur certains produits de première nécessité, dont les médicaments, le président de la Confédération générale des travailleurs libanais (CGTL) Béchara Asmar a indiqué à L’Orient-Le Jour que ce mouvement était finalement reporté. Des discussions ont été engagées avec le...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut