Rechercher
Rechercher

Liban

Pour le parti aouniste, Hariri est l'unique responsable des "tergiversations" retardant la formation du cabinet

Pour le parti aouniste, Hariri est l'unique responsable des

Le logo du Courant patriotique libre. Via l'ANI

Le Courant patriotique libre (CPL, aouniste), a accusé samedi le Premier ministre désigné, Saad Hariri, d'être la cause du retard dans la formation du nouveau gouvernement, attendu depuis août, réaffirmant que seule la prise en considération de "critères unifiés" pour les tractations permettrait de mettre sur pied le futur cabinet. 

"Le Premier ministre désigné doit assumer la responsabilité morale et nationale des tergiversations autour de la formation du gouvernement", a estimé le parti aouniste dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion virtuelle de son bureau politique. "Il est inacceptable de lier la mise sur pied du cabinet à un changement des conditions et pressions" exercées sur les tractations et le pays. Le parti a dès lors réitéré que le seul moyen de ne pas "tomber dans le piège des promesses contradictoires" faites aux différentes parties est d'observer des "critères unifiés", qui permettront de "conserver les équilibres" et de former un gouvernement de technocrates qui mette en œuvre les réformes attendues. Le CPL a encore appelé à ce que les tractations gouvernementales "respectent la Constitution et la position du président de la République et ses prérogatives". 

Depuis la mi-novembre, les contacts directs sont interrompus entre MM. Aoun et Hariri, sur fond de divergences concernant notamment la distribution des portefeuilles et le choix des ministres. Une réunion entre les deux hommes étaient attendue cette semaine mais n'a finalement pas eu lieu et, selon certains observateurs, la situation pourrait ne pas se débloquer avant l'investiture du président américain Joe Biden, le 20 janvier. Le nouveau cabinet est attendu depuis la démission, le 10 août, du gouvernement de Hassane Diab. 

Le Courant patriotique libre a par ailleurs estimé que la vérité serait bientôt faite sur "l'identité des responsables de l'effondrement financier et du refus de l'audit juricomptable" de la Banque du Liban. 

Il y a deux semaines après que le cabinet américain Alvarez & Marsal, chargé du volet juricomptable de cet audit, a rompu son contrat avec l’État fin novembre en raison du refus de la BDL de lui fournir les documents requis pour sa mission, sous prétexte de secret bancaire. Depuis, à la demande du président Aoun, le Parlement a publié vendredi dernier une décision appelant à ce que tous les comptes de la BDL et des administrations publiques soient audités sans que le recours au secret bancaire ne puisse être invoqué, mais sans qu'aucune nouvelle avancée ne soit enregistrée à ce niveau. 


Le Courant patriotique libre (CPL, aouniste), a accusé samedi le Premier ministre désigné, Saad Hariri, d'être la cause du retard dans la formation du nouveau gouvernement, attendu depuis août, réaffirmant que seule la prise en considération de "critères unifiés" pour les tractations permettrait de mettre sur pied le futur cabinet. "Le Premier ministre désigné doit assumer la...