Rechercher
Rechercher

Subventions

Silence radio après la réunion du conseil central à la BDL

Silence radio après la réunion du conseil central à la BDL

Le ministère de l’Économie définit actuellement, en coopération avec la Banque mondiale, un nouveau mécanisme de subventions qui ciblerait plus efficacement les Libanais qui en ont le plus besoin. Photo C.A.

Aucune information n’a filtré à la sortie de la réunion tenue hier entre le conseil central de la Banque du Liban (BDL) et les représentants ministériels concernés, tel celui de l’Économie et du Commerce, à propos du mécanisme de subventions aux importations, selon le site de la LBCI. Cette réunion était prévue lundi, puis elle a été reportée à hier. Un silence radio sur son contenu s’est par la suite abattu sur les ondes malgré les sollicitations de L’Orient-Le Jour auprès de la banque centrale et du ministère des Finances.

Mis en place par des circulaires de la BDL adoptées dès octobre 2019, les mécanismes de subventions, financés à partir des réserves de devises de l’institution, bénéficient aux importateurs de produits « stratégiques » et de première nécessité, dont un « panier alimentaire » d’environ 200 biens de consommation. Ces mécanismes leur permettent d’acheter des dollars à la BDL à un taux inférieur de celui du marché et d’aider la population à contrer l’inflation (136,8 % en octobre en glissement annuel).

Lire aussi

Wazni reçoit les directeurs des cabinets Oliver Wyman et KPMG

Les commissions parlementaires mixtes – Finances et Budget, Administration et Justice, Économie et Planification, Santé et Travail et Affaires sociales – se sont réunies mercredi et leurs membres ne se sont pas prononcés sur l’avenir des subventions, demandant au gouvernement sortant et à la BDL une « étude » contenant une liste d’alternatives envisageables.

Le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, a toutefois indiqué mardi que les réserves de la BDL suffiraient encore à subventionner ces importations pendant deux mois, alors que les chiffres exacts du niveau des réserves sont inconnus mais estimés, selon des sources « officielles » citées par Reuters la semaine dernière, à « 17,9 milliards de dollars », dont « 800 millions de dollars » peuvent encore financer les subventions, le reste étant constitué de réserves obligatoires, soit en principe intouchables.

Lire aussi

Salamé se dit "pour l’audit juricomptable" : "Nous avons remis nos comptes"

Le ministère de l’Économie définit actuellement, en coopération avec la Banque mondiale, un nouveau mécanisme qui ciblerait plus efficacement les Libanais qui en ont le plus besoin. Cependant, une source au ministère a répété à plusieurs reprises que rien ne pouvait être mis en place avant la formation d’un nouveau gouvernement.



Aucune information n’a filtré à la sortie de la réunion tenue hier entre le conseil central de la Banque du Liban (BDL) et les représentants ministériels concernés, tel celui de l’Économie et du Commerce, à propos du mécanisme de subventions aux importations, selon le site de la LBCI. Cette réunion était prévue lundi, puis elle a été reportée à hier. Un silence radio sur son...

commentaires (0)

Commentaires (0)