Rechercher
Rechercher

Éclairage

Assassinat de Fakhrizadeh : comment Israël a pu opérer

L’exécution de l’une des figures-clés du programme nucléaire iranien soulève de nombreuses questions quant aux modalités de l’opération, dont la responsabilité est attribuée par l’Iran à Israël.


Assassinat de Fakhrizadeh : comment Israël a pu opérer

L’embuscade a eu lieu le 27 novembre 2020, sur une route reculée de l’est de Téhéran. Photo Reuters

Tous les éléments indiquent qu’Israël est à l’origine de l’assassinat du père du nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, tué vendredi dernier lors d’une attaque à l’est de la capitale iranienne. Les médias du monde entier, depuis, se penchent sur les mobiles de l’opération, perçue comme un message envoyé à Téhéran à quelques semaines d’une passation des pouvoirs attendue à Washington. Mais cette lecture immédiate n’explique pas les modalités d’une opération sophistiquée et délicate, qui comporte toujours de nombreuses inconnues.

Comment les services de renseignements israéliens sont-ils parvenus à éliminer une personnalité de premier plan en plein territoire iranien, malgré les dispositifs de sécurité renforcé ? « La prudence demeure de mise face aux différentes hypothèses qui circulent », prévient Thomas Juneau, professeur à l’Université d’Ottawa et spécialiste de l’Iran.

Lire aussi

Après l’assassinat de Fakhrizadeh, Téhéran dans une impasse stratégique

Un certain nombre de données connues indiquent pourtant qu’il s’agit d’une opération d’envergure préparée de longue date, qui a pu bénéficier de moyens quasi illimités, du soutien de l’allié américain, d’une technologie de pointe et d’un investissement dans le renseignement à la mesure de la menace que représente l’Iran aux yeux des autorités israéliennes. Ces investissements ont permis, au fil des années, une « forte pénétration des réseaux israéliens en Iran », estime Thomas Juneau. « Le développement des capacités humaines et technologiques sont soutenus par de larges contingents, en Israël, chargés de vérifier les informations reçues d’Iran », explique Nick Grinstead, expert en sécurité au Le Beck International, cabinet de conseil basé au Bahreïn.

Au-delà de ces ressources, Tel-Aviv a su mobiliser le facteur temps à son avantage afin de minimiser les risques de l’opération. « À moins d’un coup chanceux, la préparation de ce genre d’opérations peut prendre jusqu’à plusieurs années », estime Bruce Riedel, expert américain en sécurité au Brookings Institute. Sur la durée, les mécanismes de surveillance, opérés par des hommes ou des caméras, permettent de confirmer l’emploi du temps de la cible. « Les agents ont dû attendre de connaître l’itinéraire que Fakhrizadeh s’apprêtait à prendre le jour de l’attaque, qui s’est déroulée sur une route située en dehors de la ville », observe Nick Grinstead. Les renseignements recueillis permettent d’élaborer une stratégie d’assassinat ou un « plan d’action », explique Bruce Riedel.

Lire aussi

Un assassinat qui risque de compliquer la tâche de Biden

D’autres éléments restent plus obscurs. Dès samedi, des sources iraniennes font mention d’une arme télécommandée à distance, qui n’aurait nécessité aucune présence humaine sur place. Une hypothèse qui n’a pas été démentie par les autorités israéliennes, qui ont déjà par le passé fait usage de ce type d’armes. Mais de nombreux doutes persistent, notamment suite aux déclarations de témoins présents sur la scène vendredi. Parmi ces personnes, la femme et le fils de Mohsen Fakhrizadeh ont fait état d’une dizaine d’assaillants tirant sur les gardes du corps du scientifique. « Il est encore trop tôt pour en arriver à des conclusions fermes quant à la méthode précise qui a été utilisée », en conclut Thomas Juneau.

« Un échec symbolique »

Mais indépendamment de l’arme utilisée, la participation d’hommes a été indispensable à la préparation de l’attaque. « Même si l’option d’une arme commandée à distance se révélait exacte, les agents israéliens auraient quand même eu besoin d’infiltrer cette arme de haute technologie sur le territoire iranien », rappelle Nick Grinstead.

Reste à déterminer l’identité des personnes impliquées. « Des recrues locales ou des Israéliens infiltrés », estime Bruce Riedel. Des Iraniens pourraient être prêts à aider Israël sur le terrain, pour des raisons politiques et/ou financières, certes en prenant le risque d’en payer le prix fort. L’envoi d’Israéliens en Iran est également plausible. « Il y a beaucoup de juifs iraniens en Israël qui pourraient facilement se fondre dans le pays, en entrant sur le territoire depuis Bakou, Dubaï ou d’autres villes où résident de larges communautés iraniennes », explique Bruce Riedel. « Il peut également s’agir d’une équipe mixte, mais ça reste une spéculation à ce stade », note pour sa part Nick Grinstead.

La confirmation d’une infiltration israélienne signifierait que Tel-Aviv aurait attendu l’exfiltration des agents avant de déclencher la dernière étape du plan d’action, afin de ne pas mettre ces derniers en danger.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Un assassinat qui risque de compliquer la tâche de Biden

Mais au-delà des détails de l’affaire, la mort du scientifique représente un revers certain pour les autorités iraniennes qui se trouvent dans l’embarras face aux failles de l’appareil sécuritaire et aux déclarations contradictoires émanant des différentes parties. D’autant que l’assassinat intervient au terme d’une année particulièrement douloureuse pour Téhéran. Une année qui a commencé en janvier dernier par une frappe américaine contre le général Kassem Soleimani, chef de la Force al-Qods au sein des gardiens de la révolution, et s’est poursuivie par une attaque contre le site nucléaire de Natanz et l’assassinat du leader d’el-Qaëda Abou Mohammad al-Masri à Téhéran, en août dernier. Une mise en échec répétée qui jette un certain discrédit sur le dispositif sécuritaire, pourtant composé de plusieurs agences jugées compétentes. « La garde révolutionnaire ou le ministère des Renseignements sont deux organisations très capables qui se sont illustrées en Syrie, au Liban, au Yémen et ailleurs », estime Bruce Riedel.

L’assassinat fait d’autant plus mal que des mesures spécifiques avaient été mises en place afin d’assurer la sécurité de Mohsen Fakhrizadeh, dont les autorités savaient qu’il pourrait être la cible d’une attaque. « Son identité était protégée au point que jusqu’en 2018, il était impossible de trouver une photo de lui. Il était surveillé 24 h sur 24 », indique Nick Grinstead. Au-delà de possibles failles opérationnelles, « il s’agit donc d’un échec au niveau symbolique et politique : c’est particulièrement gênant pour la République islamique, qui consacre autant de ressources à la sécurité interne », conclut Thomas Juneau.



Tous les éléments indiquent qu’Israël est à l’origine de l’assassinat du père du nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, tué vendredi dernier lors d’une attaque à l’est de la capitale iranienne. Les médias du monde entier, depuis, se penchent sur les mobiles de l’opération, perçue comme un message envoyé à Téhéran à quelques semaines d’une passation des pouvoirs...

commentaires (1)

"... comment Israël a pu opérer ..." - *aurait pu* opérer. Si c’était lui...

Gros Gnon

14 h 05, le 03 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "... comment Israël a pu opérer ..." - *aurait pu* opérer. Si c’était lui...

    Gros Gnon

    14 h 05, le 03 décembre 2020