Rechercher
Rechercher

Coronavirus

Selon les estimations d’Abiad, 1,5 % des plus de 16 ans seraient contaminés au Liban

Selon les estimations d’Abiad, 1,5 % des plus de 16 ans seraient contaminés au Liban

Un motard portant un masque dans la rue Mar Élias. Photo Marwan Assaf

Au premier jour d’un déconfinement progressif, le Liban a enregistré 1 000 nouveaux cas de coronavirus et 14 décès au cours des dernières 24 heures, selon le bilan officiel du ministère de la Santé publié hier. La baisse apparente du nombre de cas quotidiens est surtout due à une baisse du nombre de tests effectués, alors que la majorité des laboratoires traitant les tests sont fermés au cours du week-end. Ces chiffres font grimper à 127 903 le nombre cumulé des contaminations depuis l’apparition du virus au Liban en février, au nombre desquels 1 018 décès et 80 210 guérisons. Parmi les personnes actuellement contaminées, 952 sont hospitalisées, dont 354 aux soins intensifs.

À 5 heures hier, le pays a entamé son déconfinement progressif, dans une première phase qui doit s’étendre jusqu’au 7 décembre. Lors de cette période, les commerces et restaurants pourront rouvrir leurs portes à 50 % de leur capacité, tandis que les bars et les boîtes de nuit resteront fermés, et les mariages et grands rassemblements interdits. Le couvre-feu s’étendra de 23h à 5h et les véhicules pourront circuler tous les jours.

Réagissant à cette réouverture après deux semaines d’un bouclage qui n’a pas eu les effets escomptés, le directeur de l’hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad, a appelé les Libanais à « prendre leurs responsabilités » avec la reprise de leurs activités. « Si l’on utilise le nombre actuel de nouveaux cas de Covid-19, leur répartition en fonction des âges et le taux de positivité, l’on peut estimer que 1,5 % de la population de plus de 16 ans au Liban est actuellement contaminée, a écrit le Dr Abiad sur son compte Twitter. Si 50 personnes de cette tranche d’âge sont rassemblées, la probabilité est de 50 % que l’un d’entre elles soit atteint du Covid-19 ».

« Des lits ont été ajoutés dans les hôpitaux, mais même dans les meilleurs établissements, un tiers des patients admis aux soins intensifs mourront », a-t-il par ailleurs mis en garde. Rappelant que le virus peut rapidement se transmettre dans les espaces fermés et dans les rassemblements prolongés, surtout dans des conditions où les masques de protection sont retirés, il a dès lors exhorté les Libanais à évaluer les risques qu’ils peuvent encourir et faire encourir à leur famille lorsqu’ils sortent de chez eux. « Lorsque l’on envisage des rassemblements élargis, la sécurité personnelle et la réduction des risques doivent être la priorité », a-t-il conclu, invitant à nouveau les citoyens à « prendre leurs responsabilités ».

Mesures plus strictes en prison

Pour sa part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait don de sept appareils de détection PCR à des hôpitaux gouvernementaux, à savoir ceux de la Quarantaine, Hasbaya, Baabda, Minié, Sir el-Dinniyé et Mays el-Jabal, et à l’Université libanaise à Hadeth. Ils devraient être fonctionnels à partir de la semaine prochaine. Selon le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan, les dispositifs de tests PCR sont désormais présents dans 80 % des hôpitaux gouvernementaux. Il a aussi indiqué que le ministère attend des équipements et fournitures supplémentaires qui ont été demandés à l’OMS, ajoutant qu’ils « seront achetés grâce au prêt de la Banque mondiale ». « Malgré les circonstances actuelles difficiles, le ministère s’emploie à relever le niveau de sécurité sanitaire et des services de santé », a assuré le ministre.

Par ailleurs, le comité d’urgence chargé de la question des prisons a adopté hier plusieurs mesures de protection et de prévention plus strictes. Ce comité, formé de représentants de plusieurs ministères, appareils sécuritaires et organisations nationales, a décidé hier des mesures suivantes : moderniser et développer les mesures de protection dans les prisons et les centres de détention, appliquer des mesures de protection plus strictes, notamment en ce qui concerne les détenus les plus vulnérables souffrant de maladies chroniques, poursuivre la coordination entre les forces de l’ordre et le ministère de la Santé, assurer assez de lits aux prisonniers infectés et réduire la surpopulation des prisons.


Au premier jour d’un déconfinement progressif, le Liban a enregistré 1 000 nouveaux cas de coronavirus et 14 décès au cours des dernières 24 heures, selon le bilan officiel du ministère de la Santé publié hier. La baisse apparente du nombre de cas quotidiens est surtout due à une baisse du nombre de tests effectués, alors que la majorité des laboratoires traitant les tests sont...

commentaires (2)

Il est évident qu'il y a autour de 100000 contaminations au Liban.

Esber

21 h 54, le 01 décembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Il est évident qu'il y a autour de 100000 contaminations au Liban.

    Esber

    21 h 54, le 01 décembre 2020

  • C'est très bien, ils vont bâtir leur immunité à l'inverse des frileux en couveuse.

    Je partage mon avis

    18 h 50, le 01 décembre 2020