Rechercher
Rechercher

Éclairage

Audit juricomptable : que veut le Hezbollah ?

Le parti chiite se trouve entre ses deux principaux alliés, le CPL et Amal, qui ont engagé un bras de fer sur cette question.


Audit juricomptable : que veut le Hezbollah ?

Le Parlement libanais réuni hier. Photo Hussam Shbaro

À gauche, le président de la République, Michel Aoun. À droite, le président du Parlement, Nabih Berry. Entre les deux, leur principal allié : le Hezbollah. L’objet de la bataille ? L’audit juricomptable de la Banque du Liban (BDL), qui doit permettre d’avoir une vision plus claire des comptes de la Banque centrale et de déceler d’éventuels détournements de fonds par le passé. Michel Aoun en a fait une affaire personnelle. Nabih Berry a tout fait pour enterrer le projet. Une fois de plus depuis le début du mandat Aoun, le Hezbollah se trouve pris en tenailles entre ses deux partenaires. Comment, dans cette situation, ménager la chèvre et le chou ? Comment prendre position sans provoquer le courroux de l’autre camp, sachant que le parti a plus que jamais besoin de préserver ses alliances, à un moment où il fait l’objet d’une pression maximale de la part des États-Unis et de leurs alliés ?

L'édito de Issa GORAIEB

Le crime de l’Audit-Express

Alors que le Parlement se réunissait hier à la demande du chef de l’État pour prendre position sur cette question, le chef du bloc de la Fidélité à la résistance (Hezbollah), Mohammad Raad, a résumé la position de son parti d’une façon suffisamment large pour satisfaire – pour l’instant – tout le monde : « Nous soutenons fermement l’audit juricomptable au sein de la BDL et nous sommes d’accord pour que cet audit s’applique aussi à toutes les administrations et tous les ministères. Et si le secret bancaire est un obstacle à cela, nous proposons une suspension exceptionnelle de ce secret », a-t-il affirmé. Le Hezbollah répond ainsi positivement à la fois à la demande du CPL et à celle d’Amal. Le parti chrétien, ou plutôt son chef Gebran Bassil – certains barons du CPL ne sont pas sur la même ligne–, semble considérer qu’il a moins à perdre que les autres dans cette affaire et utilise l’audit comme une arme politique pour affaiblir l’autre camp et se débarrasser du gouverneur de la BDL, Riad Salamé. Le parti chiite (Amal) semble pour sa part considérer qu’il a encore plus à perdre que les autres. La société d’audit international Alvarez & Marsal a résilié son contrat avec l’État en raison du refus du ministre sortant des Finances Ghazi Wazni, proche de M. Berry, et de la Banque centrale de lui fournir les documents requis pour mener à bien cette mission, sous prétexte du respect du secret bancaire. Le parti du président de la Chambre a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne tolérerait pas une politique de deux poids, deux mesures en matière d’audit, encore moins un acte de « vengeance politique » qui viserait une partie précise, le gouverneur de la Banque du Liban, et tous ceux que l’audit risque de placer sous les projecteurs. Pour Nabih Berry, pas question d’être le seul à payer les pots cassés. Ses proches font valoir depuis des semaines que l’audit de la BDL doit être accompagné d’un audit plus général qui engloberait toutes les institutions, tous ministères et les caisses publiques, une façon de pointer du doigt le CPL, accusé de s’être engraissé à travers la cooptation du ministère de l’Énergie. « Parler d’audit auprès de l’ensemble de l’administration et des institutions publiques signifie reporter ad vitam aeternam le projet », commente un analyste politique proche du Hezbollah. « C’est un poker menteur où personne n’est prêt à aller au bout, mais où tout le monde cherche à gagner des points », résume un bon connaisseur de la vie politique locale.

« Que faut-il qu’on dise de plus pour que les gens nous croient ? »

Le Hezbollah a un avantage sur tous les autres. Il gravite en dehors du système bancaire, plus particulièrement depuis 2016, lorsque l’étau américain s’est resserré, et ne s’est adonné que très récemment au traditionnel jeu clientéliste libanais, pouvant compter sur ses propres ressources financières. Mais le parti chiite s’est gardé de préciser s’il fallait suspendre l’audit de la BDL le temps de pouvoir l’élargir à tous les ministères de l’État. « Pourquoi voulez-vous donc nous embarrasser avec cette question de priorité ? » s’emporte Mohammad Afif Naboulsi, porte-parole du Hezbollah. « Nous l’avons dit et redit. Nous sommes pour l’aboutissement de cet audit et soutenons le président de la République à fond sur cette question, indique-t-il à L’Orient-Le Jour. Que faut-il qu’on dise de plus pour que les gens nous croient ? »

Lire aussi

Le Parlement veut-il vraiment un audit juricomptable de la BDL et de toutes les institutions étatiques ?

Le parti chiite ne cache pas son désamour pour le gouverneur de la Banque centrale, qu’il accuse d’être à l’origine de la crise économique qui frappe le pays. Sa rhétorique anticapitaliste se trouve confortée par l’effondrement du système financier libanais. Le Hezb doit aussi satisfaire les demandes de sa base populaire, dont une partie est exclue de ce système financier, en matière de lutte contre la corruption. « La bataille principale pour le Hezbollah aujourd’hui est de se positionner comme le chantre de la lutte contre la corruption », avance Mohammad Obeid, ancien directeur général de l’Information et proche du parti chiite. Ce dernier avait fait de cette thématique sa principale promesse de campagne lors des législatives de 2018. Le parti avait même chargé un de ses députés, Hassan Fadlallah, de suivre de près les affaires de corruption et de pointer du doigt les malversations. Des manœuvres qui n’ont jamais abouti et qui étaient vraisemblablement destinées à apaiser les esprits plutôt qu’à mener effectivement une guerre contre les corrompus. « Aujourd’hui, nous avons la responsabilité de dire aux Libanais où sont passés leurs économies », assure le porte-parole du parti. De cette façon, le Hezbollah cherche aussi à démontrer qu’il n’est pas responsable de l’effondrement financier du pays, alors que de nombreux Libanais l’en accusent. « Le parti ne veut plus entendre dire qu’il est partie prenante de la corruption ou que les sanctions américaines qui se sont abattues sur lui ont contribué à assécher financièrement le pays », commente Mohammad Obeid. Le parti de Dieu est-il néanmoins prêt à aller jusqu’au bout? « Le Hezbollah veut l’audit, mais il n’est pas très rassuré à l’idée qu’une société étrangère le réalise, celle-ci pouvant travailler pour le compte d’une puissance extérieure », explique Ziad Nassereddine, économiste proche du parti de Dieu. « Le Hezb ne peut pas accepter de n’avoir aucun contrôle sur la société en charge de l’audit », décrypte un analyste financier. Mais le plus important est sans doute ailleurs. « L’audit va ouvrir la boîte de pandore et affaiblir les alliés politiques du Hezbollah. Il n’a vraiment pas intérêt à se retrouver dans cette situation », ajoute-t-il. Le parti chiite a démontré depuis la révolution d’octobre que le plus important pour lui était de maintenir le statu quo. Le dilemme est toujours le même : préserver ses alliés ou satisfaire sa base populaire ?


À gauche, le président de la République, Michel Aoun. À droite, le président du Parlement, Nabih Berry. Entre les deux, leur principal allié : le Hezbollah. L’objet de la bataille ? L’audit juricomptable de la Banque du Liban (BDL), qui doit permettre d’avoir une vision plus claire des comptes de la Banque centrale et de déceler d’éventuels détournements de fonds par le...

commentaires (9)

Les corrompus professionnels du parlement ont resolu le probleme a leur maniere, en recommadant un audit juricomptable general, sur toutes les institutions de l’Etat, ils savent bien que c’est la meilleure facon…de ne rien faire. Ils esperent ainsi continuer tranquillement leurs activites criminelles, tout en laissant croire qu’ils sont pour des audits comptables…qui les incriminerait presque tous.

Goraieb Nada

09 h 52, le 29 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Les corrompus professionnels du parlement ont resolu le probleme a leur maniere, en recommadant un audit juricomptable general, sur toutes les institutions de l’Etat, ils savent bien que c’est la meilleure facon…de ne rien faire. Ils esperent ainsi continuer tranquillement leurs activites criminelles, tout en laissant croire qu’ils sont pour des audits comptables…qui les incriminerait presque tous.

    Goraieb Nada

    09 h 52, le 29 novembre 2020

  • C'est à mourir de rire et de honte aussi ! Le Hezbollah qui critique la BDL, mais qui ne s'empêche pas de créer sa propre banque centrale, en dehors du système libanais. Le Hezbollah comme toujours veulent nous démontrer leur "Patriotisme" Fourchue à double langue de bois! Le Ministre Sortant continuer votre Sortie, vous avez fait votre temps l'Incapable, Indépendant qu'ils disaient! Indépendants ! Amal et le Hezbollah, ils ont le plus a perdre avec certains membre du CPL dans cet Audit ! Continuer mes chers cons citoyens à dire Labyaka Ya Nasrallah et Berry. Continuer !

    Marwan Takchi

    21 h 40, le 28 novembre 2020

  • Alors le Hezbollah est la ndraganta calabraise , la pire, après Amal la mafia napolitaine, très méchante, après le C P L est la mafia Siciliene qui a fait des gros crimes ?????

    Eleni Caridopoulou

    16 h 25, le 28 novembre 2020

  • l ideal pour oublier le dossier c est de creer une commission tripartite pour arbitrer le litige et pour savoir qui a volé le plus

    youssef barada

    15 h 22, le 28 novembre 2020

  • Un jeu de rôle puant. Il ne faut pas rêver. Audit général = prison ferme pour des centaines de personnes et confiscation de leurs biens, toutes confessions confondues ! Disons la vérité. Après tout ce qu'ils ont fait pendant 30 ans ils ne peuvent pas s'auto-incriminer en ouvrant les livres comptables. Blocage institutionnel sans issu !

    MGMTR

    12 h 49, le 28 novembre 2020

  • Ils ne sont pas corrompu disent ils et que faut il dire de plus pour que les gens les croient? Il ne faut plus rien dire Messieurs il faut lâcher les ministères juteux en respectant la constitution pour commencer et laisser l’audit faire son travail si comme vous le prétendez n’avez rien à vous reprocher. Le fait même que vous refusiez qu’un audit neutre puisse faire son travail en l’accusant de travailler pour des pays étrangers et votre refus qu’une commission internationale se penche sur les causes de l’explosion qui a causé le désastre en disent long sur votre bonne foi et votre honnêteté. Alors vous n’avez plus rien à dire c’est pourquoi nous vous demandons de la boucler et de laisser ce pays panser ses plaies et retrouver son indépendance, et de se libérer de tous les vendus et escorts dont vous faites partie, qui n’ont aucune bonne intention à son égard et feront tout pour ne pas le voir se redresser. Leur seul but étant de l’achever.

    Sissi zayyat

    12 h 18, le 28 novembre 2020

  • Un très bon papier qui va à l’essentiel: démont(r)er la véritable partie de poker menteur qui se joue jusqu’au plus haut niveau de l’Etat et mettre en lumière l’incroyable conservatisme du Hezbollah en politique intérieure où il se contente de rabibocher sans arrêt ses alliances.

    Marionet

    10 h 25, le 28 novembre 2020

  • le tres cher M Obeid demontre sa mauvaise foi - comme souvent des qu'il s'agit de hezb - ""hezb prouve ainsi qu'il n'est ni corrompu ni ne defend les corrompus ""? NON M. OBEID il est corrompu jusqu'a la moelle votre hezb, d'avoir tout fait pour nous mettre a dos pays amis de la region & de ailleurs. Corrompu pour avoir vendu a ses partisans & souscripteurs cpl & Co -qui on DECIDE d'acheter- vendu donc ses ideaux de liberateur de jerusalem pour pouvoir a leur tour vendre conneries similaires aux leurs, Corrompu d'avoir scie la branche sur laquelle s'est tenu le pays depuis plusieurs generations, branche bourree d'oxygene financier & culturel.

    gaby sioufi

    09 h 19, le 28 novembre 2020

  • " Nous l’avons dit et redit. Nous sommes pour l’aboutissement de cet audit". A condition - et, sur ce point les positions du Hezbollah et du CPL sont identiques - qu'il conclue, bien sûr, à la culpabilité de Ryad Salamé!

    Yves Prevost

    07 h 25, le 28 novembre 2020