Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Les réfugiés syriens au Liban

Lorsque la peste noire ravageait l’Europe et que l’on ne savait plus comment combattre le mal, plusieurs villes européennes ont trouvé une soupape de sûreté en accusant les juifs de tous leurs maux.

Du coup, les juifs étaient devenus des buveurs de sang humain, des kidnappeurs d’enfants chrétiens innocents, des usuriers sanguinaires, des empoisonneurs de puits, des adorateurs de Satan, etc.

Et les juifs furent détruits dans toutes ces villes, en France, en Prusse (Mayence, Coblence, Worms...).

On les brûlait, on les caillassait à mort, on les noyait... et on leur confisquait leurs biens tout en effaçant les dettes des bons chrétiens.

Nous n’allons pas accuser les malheureux réfugiés syriens de tous nos maux.

Ce ne sont pas eux qui ont volé nos biens et nos économies.

Ce ne sont pas eux qui nous emprisonnent lorsque nous réclamons notre liberté.

Ce ne sont pas eux qui ont ruiné le pays, volé ses richesses et fait sauter le port et la moitié de la ville.

Ce sont nos dirigeants avec à leur tête les aounistes cupides et le tandem chiite irano-libanais.

Mettons notre énergie contre ceux-là, pas contre les réfugiés syriens aussi misérables que nous-mêmes.

Le Hezbollah et les aounistes ont leur part de responsabilité dans la fuite de millions de réfugiés syriens car ils ont aidé le régime de Bachar à les massacrer en Syrie.

Ils ont envoyé ou soutenu des tueurs libanais pour écraser le peuple syrien.

Ce sont les réfugiés qui devraient nous en vouloir.

Les aounistes ont pour idole Bachar après Aoun.

La dictature des Assad est un exemple à suivre pour eux, et ils ont commencé à l’imiter au Liban.

Ne faisons pas l’erreur de nous défouler sur des réfugiés, car nous sommes aussi réfugiés dans notre propre pays sans possibilité d’en sortir.

Nous devons nous focaliser sur la classe des mafias-milices, comme les nomme Saleh el-Machnouk.

Si nous considérons aujourd’hui que les réfugiés syriens sont notre ennemi et qu’ils doivent être jetés en pâture aux mains des tortionnaires du boucher de Damas, alors cela voudrait dire que nous ne méritons que ce que nous sommes devenus et que nous ne serons jamais un peuple libre et indépendant.

Peuple libanais solidaire du peuple syrien.Mais nous savons que les réfugiés ne peuvent rester indéfiniment au Liban.

Et nous connaissons les projets machiavéliques de colonisation du Liban par l’utilisation de groupes d’actifs parmi les réfugiés, et cela est dans les plans de Bachar et de Nasrallah et ne déplaît pas au PSNS.

Donc il faudra tout faire pour que les réfugiés retournent en Syrie.

Mais on ne peut supporter d’avoir la mauvaise conscience de les livrer pieds et poings liés aux couteaux des bouchers de Bachar qui les attendent à la frontière et qui vont faire le tri comme les nazis faisaient le tri des juifs à la descente des trains de la mort.

Il faut leur laisser une chance car ce sont en très grande majorité des familles qui ont fui le régime des Assad.

On rendrait un service à ce régime si on lui livrait ses opposants.

Il faut d’abord que le régime des Assad disparaisse ou soit très affaibli.

Cela viendra. Il faut que ce régime soit affaibli au point où tuer ses opposants n’est plus la priorité.

On aurait aimé qu’Obama accepte la zone démilitarisée en Syrie pour y mettre les réfugiés. Mais Obama était capable de verser des larmes de crocodile devant les télés américaines pour son projet refusé au Sénat et d’affirmer que ses larmes étaient relatives aux enfants américains ; par contre, des centaines de milliers d’enfants et de femmes syriens ont été sacrifiés pour quelques containers de produit chimique et Obama a abandonné le peuple syrien à Poutine et Bachar.

On aurait aimé que Poutine organise une sécurité réelle pour le retour des réfugiés.

Mais lors du dernier congrès rien ne s’est fait.

On doit les protéger chez nous et attendre que le peuple syrien se libère ou bien qu’un héros renvoie Bachar et ses héritiers rejoindre Souleimani et Baghdadi.

Entre-temps, nous devons nous-mêmes nous libérer de Nasrallah et des aounistes. Alors on a un énorme travail plutôt que de livrer les réfugiés à nos dictateurs.

Il ne faut pas oublier aussi que plusieurs fois des civils armés (milices locales) ont arrêté au Liban des réfugiés anti-Bachar pour les livrer aux tortionnaires syriens. Ils sont aujourd’hui dans les photos de César avec les membres découpés ou émasculés.

On ne va pas les imiter.

La délivrance du peuple syrien de la dictature des Assad doit se faire en même temps que notre délivrance de la dictature de Nasrallah et des aounistes.

Beaucoup de boulot. Nous sommes dans le même enfer.

Ne nous trompons pas d’ennemi.

Nous sommes un peuple généreux. Et dans notre misère nous comprenons mieux la misère des autres.

Nous sommes nous-mêmes prisonniers chez nous car nos dirigeants nous ont dévalisés.

Alors protégeons ceux qui sont aussi prisonniers chez nous, loin de leurs terres et de leurs villages détruits par les barils de Bachar remplis de nitrate d’ammonium de Nasrallah, car leurs dirigeants sont des monstres génocidaires, tels Bachar et Khamenei.

Organisons la vie des réfugiés pour éviter des débordements, mais ne les livrons pas.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Lorsque la peste noire ravageait l’Europe et que l’on ne savait plus comment combattre le mal, plusieurs villes européennes ont trouvé une soupape de sûreté en accusant les juifs de tous leurs maux.Du coup, les juifs étaient devenus des buveurs de sang humain, des kidnappeurs d’enfants chrétiens innocents, des usuriers sanguinaires, des empoisonneurs de puits, des adorateurs de...

commentaires (1)

j'opterais pour etre d;accord avec les idees partagees dans cet article a condition de pouvoir mis au courant, de facon honnete et experte- en quoi consiste les "pertes" subies par notre economie dues a ces refugies syriens ! PS. YA REIT L'OLJ pouvait publier un tel document

gaby sioufi

09 h 26, le 27 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • j'opterais pour etre d;accord avec les idees partagees dans cet article a condition de pouvoir mis au courant, de facon honnete et experte- en quoi consiste les "pertes" subies par notre economie dues a ces refugies syriens ! PS. YA REIT L'OLJ pouvait publier un tel document

    gaby sioufi

    09 h 26, le 27 novembre 2020