Rechercher
Rechercher

Crise

Faillites en hausse dans le secteur de l’Horeca

Le syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, cabarets et pâtisseries au Liban a annoncé hier, sur son compte Twitter, que « plus de 2 000 établissements fermeront leurs portes en raison de lourdes pertes et difficultés financières », venant plomber un secteur qui en a déjà perdu « 50 % » en un peu plus d’un an, alors que le secteur de l’Horeca (hôtellerie, restauration et cafés) est au front de toutes les crises que traverse le Liban depuis l’été 2019.

De la crise économique à l’explosion au port de Beyrouth du 4 août dernier, en passant par la pandémie de Covid-19 et l’instabilité politique, le président du syndicat, Tony Rami, a rappelé hier à L’Orient-Le Jour que le secteur n’a reçu « aucune indemnité » pour traverser ces catastrophes successives.

Alors que le Liban terminera ce lundi 30 novembre, à 5h, une période de confinement généralisé de deux semaines, suppléée d’un couvre-feu de 17h à 5h, les ministères de la Santé et de l’Intérieur ne se sont pas encore officiellement exprimés quant à l’arrêt ou au prolongement de cette période.

Étouffé par la crise économique, le secteur commercial a réclamé sa réouverture aux ministères concernés lors d’une réunion mardi dernier. S’il attend la décision officielle, Tony Rami souligne que « cela ne servira à rien de rouvrir si le couvre-feu est maintenu aussi tôt. Sans notre chiffre d’affaires nocturne, autant rester fermés », a-t-il décrété.



Le syndicat des propriétaires de restaurants, cafés, cabarets et pâtisseries au Liban a annoncé hier, sur son compte Twitter, que « plus de 2 000 établissements fermeront leurs portes en raison de lourdes pertes et difficultés financières », venant plomber un secteur qui en a déjà perdu « 50 % » en un peu plus d’un an, alors que le secteur de...

commentaires (0)

Commentaires (0)