Rechercher
Rechercher

Proche-Orient

Tirs de roquettes de Gaza vers Israël, frappes israéliennes en représailles

De la fumée et des flammes s'élevant au-dessus de la localité de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, après des raids de l'aviation israélienne, le 12 août 2020. Photo d'archives AFP / SAID KHATIB

L'armée israélienne a frappé dimanche matin des positions du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes vers Israël, à quelques jours de la visite dans la région du chef de la diplomatie américaine.

L'armée israélienne a fait état dans la nuit de samedi à dimanche de deux roquettes tirées depuis l'enclave palestinienne vers Israël au moment de violents orages avec des éclairs qui s'abattaient des deux côtés de la barrière de sécurité séparant la bande de Gaza de l'Etat hébreu. Peu après, des avions de combat, des hélicoptères et des chars ont "frappé" des positions du Hamas, a ajouté l'armée israélienne.

A Gaza, des sources sécuritaires ont fait état de nombreuses frappes israéliennes dans la nuit dans les secteurs notamment de Khan Younès, Rafah, Beit Hanoun, sans mentionner de victimes.

Les tirs de roquettes, qui n'ont pas été revendiqués pour l'heure, interviennent à quelques jours de la visite du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo en Israël et aux Emirats, pays arabe qui a normalisé ses relations avec l'Etat hébreu au grand dam des principaux mouvements palestiniens.

"Ce matin, l'armée a attaqué des infrastructures et des cibles du Hamas dans la bande de Gaza. Nous n'accepterons aucune attaque contre l'État d'Israël et les citoyens d'Israël. J'avertis les organisations terroristes à Gaza, même pendant la crise (du) corona(virus): (...) le prix d'une agression continuera d'être lourd, très lourd", a réagi dimanche le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la réunion de son cabinet ministériel à Jérusalem.

Le fantôme d'Abou al-Ata 
Dans la bande de Gaza, où la pandémie de Covid-19 lamine l'économie locale déjà ravagée par le chômage (+ de 50%), des sources proches du Hamas ont indiqué que des cadres du mouvement étaient attendus dimanche au Caire.

Le Hamas et Israël, qui se sont affrontés à trois reprises dans des guerres (2008, 2012, 2014), ont paraphé il y a environ deux ans un accord de trêve sous l'égide de l'ONU, du Qatar et de l'Egypte incluant différentes mesures pour relancer l'économie du territoire palestinien de deux millions d'habitants.

Ces tirs surviennent aussi près d'un an jour pour jour après une opération ciblée israélienne contre Baha Abou al-Ata, un commandant du Jihad islamique, deuxième groupe armé de la bande de Gaza après le Hamas. Jeudi, le Jihad islamique avait tenu une parade militaire dans le centre de la ville de Gaza, chef-lieu de ce territoire palestinien éponyme, à la mémoire du commandant Abou al-Ata dont l'assassinat avait été suivi par un barrage de centaines de roquettes vers Israël. "Les brigades al-Quds (branche armée du Jihad islamique) sont celles qui vont déterminer le lieu et l'heure de la réponse à l'assassinat d'Abou al-Ata", avait déclaré jeudi lors de cette cérémonie un haut responsable du Jihad islamique.

De son côté, l'armée israélienne avait indiqué ces derniers jours être en état d'alerte le long de la bande de Gaza en raison notamment de l'anniversaire de la mort du commandant Abou al-Ata.


L'armée israélienne a frappé dimanche matin des positions du mouvement islamiste Hamas dans la bande de Gaza en représailles à des tirs de roquettes vers Israël, à quelques jours de la visite dans la région du chef de la diplomatie américaine.

L'armée israélienne a fait état dans la nuit de samedi à dimanche de deux roquettes tirées depuis l'enclave palestinienne vers...