Rechercher
Rechercher

Société - Explosions de Beyrouth

Cent jours plus tard, enfants et familles affectés ont toujours besoin de soutien, affirme l'UNICEF

"Seulement un tiers des 50 millions de dollars requis pour mener à bien notre mission a été reçu à ce jour", déplore l'agence onusienne.

Cent jours plus tard, enfants et familles affectés ont toujours besoin de soutien, affirme l'UNICEF

Un jeune homme aidant une femme âgée à se déplacer dans une rue de Beyrouth dévastée par l'explosion au port de Beyrouth, le 5 août 2020. Photo UNICEF/Lebanon/2020/Baz/AFP

Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), l'agence onusienne consacrée à la promotion et à l'amélioration de la condition des enfants, a affirmé mercredi que les enfants et les familles affectées par la double explosion meurtrière du 4 août au port de Beyrouth avaient toujours besoin d'un soutien continu, dans un Liban en crise.

Dans un rapport intitulé "Se relever après la destruction. Cent jours de réponse de l'UNICEF aux explosions de Beyrouth, et le chemin à parcourir pour les enfants et les familles", l'agence onusienne détaille les actions mises en œuvre depuis le 4 août et appelle à poursuivre les dons pour pouvoir continuer à fournir un soutien psychosocial "crucial" aux personnes traumatisées pour qu'elles puissent reconstruire leur vie.

La double-explosion du port de Beyrouth le 4 août dernier a fait 204 morts, plus de 6500 blessés et plus de 300 000 sans-abris selon un bilan encore provisoire. Les explosions ont dévasté des quartiers entiers de la ville et beaucoup de bâtiments se retrouvent, à l'arrivée de l'hiver, sans toits ni fenêtres tandis que d'autres sont menacés d'écroulement. Trois mois après le drame, de nombreuses maisons demeurent inhabitables, et beaucoup de résidents ne peuvent pas rentrer chez eux ou dans des conditions déplorables. Dans ce contexte, les traumatismes s'ancrent et peuvent avoir des répercussions sur la santé des enfants ou des familles.

Les autorités  officielles ont reconnu que l'immense déflagration a été causée par l'explosion de 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium qui ont pris feu dans un hangar du port où elles étaient stockées depuis 2014, sans mesures de sécurité. Jusqu'à ce jour, l'enquête locale n'a toujours pas abouti et aucun résultat n'a été rendu public, dans un pays où la justice est souvent soumise aux pressions politiques.

"Reconstruire les vies en miettes"

"Fournir aux enfants et aux parents un soutien psychosocial est une étape vitale pour aider les gens à reconstruire leur vie en miettes", a affirmé la représentante de l'UNICEF pour le Liban, Yukie Mokuo. "Les blessures profondes - visibles et invisibles - dans un pays en crise, nécessitent solidarité et engagement sur le long terme".

Lire aussi

L’État libanais doit la vérité et la justice aux victimes

L'UNICEF a également agi pour améliorer les conditions matérielles des populations concernées. "Nous avons établi un programme de transfert d'urgence d'argent cash pour soutenir 80.000 enfants et personnes vulnérables dans les mois à venir. Nous avons donné à 22.000 enfants de moins de cinq ans des compléments alimentaires essentiels. Du côté des infrastructures, nous avons réinstallé l'eau courante pour plus de 4.000 foyers et installé près de 5.000 réservoirs d'eau. Nous nous sommes également engagés à soutenir la restauration de sept écoles et à fournir des équipements à près de 90 autres", a annoncé l'agence, en dressant un bilan de son action au cours des trois mois passés, aux côtés de ses partenaires sur le terrain. Durant les 100 derniers jours, l'UNICEF affirme avoir fourni, avec ses partenaires, des soins et un soutien psychologique à "plus de 7.200 enfants, parents (...)".

Un appel aux dons

Elle déplore toutefois des moyens insuffisants. "L'UNICEF a reçu un tiers des 50 millions de dollars requis pour répondre aux besoins des enfants et des familles. Atteindre plus d'enfants, plus de jeunes et de familles nécessitera un soutien accru. Une augmentation des dons permettra à l'UNICEF d'être plus efficace pour accroître la protection des enfants dans le pays, notamment l'aide aux familles qui ne peuvent pas se payer les services de base, la reconstruction de plus d'écoles, l'amélioration des systèmes d'eau dans les foyers touchés par l'explosion, la création d'opportunités de travail pour les jeunes dans le domaine de reconstruction de leur ville", a ainsi souligné l'agence. "L'UNICEF et ses partenaires ont soutenu des milliers de personnes touchées par l'explosion, mais les besoins demeurent aiguës", a averti Yokie Mokuo, remerciant les donateurs et les appelant à maintenir les efforts pour les enfants et familles libanaises.

Le Liban, en proie à une crise économique et financière profonde depuis plus d'un an, a vu sa situation se dégrader davantage avec la crise sanitaire liée à la pandémie et la double-explosion qui a frappé le port de Beyrouth. En l'absence d'un gouvernement apte à réformer le pays, l'aide internationale est en suspens et la situation se détériore de jour en jour.


Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), l'agence onusienne consacrée à la promotion et à l'amélioration de la condition des enfants, a affirmé mercredi que les enfants et les familles affectées par la double explosion meurtrière du 4 août au port de Beyrouth avaient toujours besoin d'un soutien continu, dans un Liban en crise. Dans un rapport intitulé "Se relever après la...

commentaires (2)

Demain tous les Libanais devront regarder l'émission "envoyé spécial " qui ,preuves à l'appui, démontre que , Les ministres de l'Intérieur, de la Défense, des Finances, les chefs de l'armée, de la Sûreté générale, et tous les plus hauts officiers du pays avaient un rapport avant l'explosion, signalant le risque qu'il y avait ...

c...

19 h 00, le 11 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Demain tous les Libanais devront regarder l'émission "envoyé spécial " qui ,preuves à l'appui, démontre que , Les ministres de l'Intérieur, de la Défense, des Finances, les chefs de l'armée, de la Sûreté générale, et tous les plus hauts officiers du pays avaient un rapport avant l'explosion, signalant le risque qu'il y avait ...

    c...

    19 h 00, le 11 novembre 2020

  • Est ce que l'UNICEF est honnête ?

    Eleni Caridopoulou

    17 h 41, le 11 novembre 2020

Retour en haut