Rechercher
Rechercher

Culture - Prix Femina du roman français

Charif Majdalani remporte le "Prix spécial du jury"

"Nature humaine" de Serge Joncour remporte le prix Femina, alors que la plupart des autres récompenses littéraires ont reporté leur édition en attendant la réouverture des librairies.

Charif Majdalani remporte le

L'écrivain libanais Charif Majdalani. Photo Hermance Triay

L'auteur libanais Charif Majdalani a été récompensé lundi du "Prix spécial du jury" pour "Beyrouth 2020" (Actes Sud), dans le cadre du prix Femina du roman français. C'est Serge Joncour, avec "Nature humaine", qui a remporté le prix Femina, alors que la plupart des autres récompenses littéraires ont reporté leur édition en attendant la réouverture des librairies.

Avec "Nature humaine" (Flammarion), Serge Joncour, 58 ans, signe un grand roman rural qui dépeint les mutations de la France à la fin du XXe siècle, à travers le destin d'une famille d'agriculteurs du Sud-Ouest. Le prix Femina du roman étranger est allé la Britannique d'origine sud-africaine Deborah Levy, pour son diptyque autobiographique, "Le Coût de la vie" et "Ce que je ne veux pas savoir" (Editions du Sous-Sol). Christophe Granger, pour "Joseph Kabris ou les possibilités d'une vie" (Anamosa), a remporté le prix de l'essai.  Charif Majdalani a, lui, décroché, le "Prix spécial du jury". Son œuvre "Beyrouth 2020, journal d'un effondrement" est une chronique écrite dans un Liban qui connaît depuis plus d'un an, une crise économique et financière aiguë, et qui a été frappé, le 4 août, par une double explosion ayant dévasté de nombreux quartiers de la capitale. 

Lire aussi

Charif Majdalani : « Pour que demeure la mémoire de ce que fut notre quotidien dans cette période cauchemardesque »

Le jury exclusivement féminin s'est distingué d'autres prix (tels que le Goncourt ou L'Interallié, reportés sine die) en estimant qu'il valait mieux remettre son prix malgré le confinement qui interdit l'ouverture des commerces "non essentiels", dont les librairies. "L'événement annuel des prix littéraires constitue un acte de soutien capital à tous les acteurs de la chaîne du livre, éditeurs, libraires et auteurs qui, en ce moment, résistent par tous les moyens aux circonstances contraires. Nous sommes entièrement solidaires des libraires", a expliqué le jury du Femina.

L'auteur libanais Charif Majdalani a été récompensé lundi du "Prix spécial du jury" pour "Beyrouth 2020" (Actes Sud), dans le cadre du prix Femina du roman français. C'est Serge Joncour, avec "Nature humaine", qui a remporté le prix Femina, alors que la plupart des autres récompenses littéraires ont reporté leur édition en attendant la réouverture des librairies.Avec "Nature humaine"...
commentaires (2)

Alf mabrouk. Samedi dernier, Majdalani était l’invité d’une radio francophone, et d’une voix nerveuse il disait : ""le régime souhaite la chute du peuple"", résumé d’une situation désastreuse. Son livre plaisait aux dames du Femina (Prix spécial du jury), alors que si le prix était attribué à Diane Mazloum déjà sélectionnée, c’était pour nous une double fierté. Majdalani est désormais l’honorable (son prénom le prédestine) des deux cultes de littérature libanaise et francophone. Mabrouk, encore une fois.

L'ARCHIPEL LIBANAIS

15 h 15, le 02 novembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Alf mabrouk. Samedi dernier, Majdalani était l’invité d’une radio francophone, et d’une voix nerveuse il disait : ""le régime souhaite la chute du peuple"", résumé d’une situation désastreuse. Son livre plaisait aux dames du Femina (Prix spécial du jury), alors que si le prix était attribué à Diane Mazloum déjà sélectionnée, c’était pour nous une double fierté. Majdalani est désormais l’honorable (son prénom le prédestine) des deux cultes de littérature libanaise et francophone. Mabrouk, encore une fois.

    L'ARCHIPEL LIBANAIS

    15 h 15, le 02 novembre 2020

  • Quelle bonne nouvelle !! Mabrouk !!

    lila

    14 h 40, le 02 novembre 2020

Retour en haut