Rechercher
Rechercher

Liban

Kanaan évoque une proposition d'amendement de la loi sur le secret bancaire

Le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan. Photo d'archives Ani

Le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan, a fait état jeudi d'une proposition de loi pour amender la loi sur le secret bancaire. Le député avait déclaré la veille que le contrat signé entre l'Etat libanais et la société Alvarez & Marsal pour l'audit juricomptable de la Banque du Liban (BDL) était "inapplicable en l'état", notamment en raison des lois sur le secret bancaire.

L’audit des comptes de la BDL figure en tête de liste des réformes urgentes que le Liban doit lancer pour espérer pouvoir compter sur une aide internationale, alors qu'il s'enfonce dans une crise multidimensionnelle majeure depuis un an.

"La proposition d'amender la loi sur le secret bancaire est formulée en totale coordination avec la présidence de la République afin de couper court aux interprétations et aux contradictions apparues depuis le premier jour après la signature des contrats d'audit, ainsi qu'aux surenchérisseurs et aux incapables, pour empêcher que ce dossier national soit dilué", a écrit M. Kanaan sur Twitter.

Alvarez & Marsal est l'un des trois cabinets internationaux mandatés par le gouvernement pour auditer les comptes de la Banque centrale. Mardi, une source gouvernementale anonyme citée par le quotidien anglophone libanais Daily Star a affirmé que la BDL a adressé une fin de non-recevoir à la demande d’informations supplémentaires envoyée il y a une dizaine de jours par Alvarez & Marsal. Cette source a précisé que le cabinet avait spécifiquement demandé une centaine de documents afin de réaliser ses travaux d’enquête préliminaire. La source a ajouté que le cabinet était très "contrarié" par la réaction de la BDL et étudiait déjà la possibilité de rompre le contrat le liant avec l’État libanais. Contactée, une source à la BDL a simplement indiqué que la banque avait transmis les documents qui n’étaient pas protégés par la loi sur le secret bancaire en vigueur dans le pays. "Pour les autres, il faut que la loi soit amendée", a-t-elle ajouté. Mercredi, la BDL s'est contentée d'annoncer mercredi qu'elle a fourni "les documents et les informations demandées" par les cabinets internationaux KPMG, chargé du volet purement comptable de l’audit de la BDL, et Oliver Wyman, spécialiste des banques centrales, sans mentionner Alvarez & Marsal.


Le président de la commission parlementaire des Finances et du Budget, Ibrahim Kanaan, a fait état jeudi d'une proposition de loi pour amender la loi sur le secret bancaire. Le député avait déclaré la veille que le contrat signé entre...