Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Arabie

La militante de la cause des femmes Loujain al-Hathloul en grève de la faim

La militante de la cause des femmes Loujain al-Hathloul en grève de la faim

La militante féministe saoudienne Loujain al-Hathloul. Photo d'archives AFP

La militante de la cause des femmes saoudiennes Loujain al-Hathloul, qui croupit depuis plus de deux ans en prison sans jugement, a entamé une nouvelle grève de la faim pour réclamer de pouvoir avoir un contact régulier avec sa famille, a indiqué mardi sa soeur.

"Loujain a dit (à nos parents) qu'elle est exténuée à cause des mauvais traitements et du fait qu'elle est privée de pouvoir entendre la voix de sa famille", a écrit Lina al-Hathloul sur Twitter. "Elle leur a dit qu'elle entamerait une grève de la faim hier soir (lundi), jusqu'à ce qu'on l'autorise à effectuer des appels réguliers." Les autorités saoudiennes n'ont pas fait de commentaire dans l'immédiat. En août, Loujain al-Hathloul avait déjà réalisé une grève de la faim pendant près d'une semaine après avoir été privée du droit à appeler ou à voir sa famille pendant plusieurs mois, selon ses proches. Elle avait mis fin à cette grève après que ses parents ont été finalement autorisés à lui rendre visite en prison, ont-il précisé.

Agée de 31 ans, Loujain al-Hathloul a longtemps milité pour le droit des Saoudiennes à conduire et pour la fin de la tutelle mettant la femme à la merci totale de l'homme. Elle a été arrêtée avec d'autres militantes en mai 2018, peu avant la levée de l'interdiction de conduire faite aux Saoudiennes pour "tentative de déstabilisation du royaume".

Les médias progouvernementaux ont qualifié ces militantes de "traîtres", pour avoir entretenu des contacts avec des diplomates et ONG étrangères. La famille de Mme Hathloul affirme que celle-ci a été victime, en détention, de harcèlement sexuel et de torture. Toujours selon sa famille, la militante a raconté que l'ancien conseiller royal, Saud al-Qahtani, avait menacé de la violer et de la tuer, ce qui nient vigoureusement les autorités.

Riyad a accentué la répression des voix dissidentes depuis l'accession en 2017 de Mohammad ben Salmane au statut de prince héritier. Soixante-cinq députés européens ont récemment appelé l'Union européenne à revoir sa participation au sommet virtuel du G20 organisé par l'Arabie saoudite les 21 et 22 novembre, accusant le royaume de violer les droits humains. Cet appel avait été lancé au moment du deuxième anniversaire de l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le 2 octobre 2018, par des agents saoudiens, qui a suscité l'émoi international. 


La militante de la cause des femmes saoudiennes Loujain al-Hathloul, qui croupit depuis plus de deux ans en prison sans jugement, a entamé une nouvelle grève de la faim pour réclamer de pouvoir avoir un contact régulier avec sa famille, a indiqué mardi sa soeur."Loujain a dit (à nos parents) qu'elle est exténuée à cause des mauvais traitements et du fait qu'elle est privée de pouvoir...