Rechercher
Rechercher

Chasse illégale

Arrestation de deux braconniers, affirment les FSI

Arrestation de deux braconniers, affirment les FSI

Carnage d’oiseaux migrateurs répertorié par la SPNL. Photo fournie par la SPNL

Le 20 octobre, le massacre de plus de cent perdrix, filmé par des braconniers qui ne cherchaient pas à cacher leur identité, avait ému la Toile (voir L’OLJ du 21 octobre). Devant de tels crimes à l’encontre de la nature, les écologistes déposent régulièrement des plaintes auprès des forces de l’ordre. L’affaire des perdrix avait poussé l’Association libanaise de conservation des oiseaux (ABCL) à porter plainte. Une plainte qui a abouti, selon l’annonce des Forces de sécurité intérieure hier, à l’arrestation, dans le cadre de cette affaire, de deux suspects identifiés grâce à leur propre vidéo postée sur les réseaux sociaux, A.N. (né en 1985) et G.H. (né en 1988). Ils ont été appréhendés dans le village de Saghbine, dans la Békaa.

Les FSI appellent d’ailleurs tous ceux qui identifient des vidéos de chasse illégale sur les réseaux sociaux à les contacter via le site :

www.isf.gov.lb

Malgré certaines arrestations, les massacres filmés par les braconniers se multiplient, sur le terrain comme sur les réseaux sociaux. Sur une photo partagée dimanche sur la page Facebook des « Sudistes verts », un groupe de protection de l’environnement au Liban-Sud, on peut voir des dizaines de grues mortes, tuées par des braconniers dans la région de Tyr. Cette nouvelle preuve de massacre d’oiseaux migrateurs protégés comme les grues s’ajoute à de nombreuses autres qui circulent sur les réseaux sociaux depuis l’ouverture de la saison de chasse en septembre. Malgré la crise économique qui a, selon certains écologistes, réduit le nombre de chasseurs, les scènes de cadavres d’oiseaux migrateurs ou domestiques étalés sur des voitures ou accrochés sur des murs ne sont pas rares.

La reddition des comptes et le respect de la loi sur la chasse (espèces autorisées et nombre de spécimens permis), c’est ce qu’a exigé récemment la Société de protection de la nature au Liban (SPNL) dans un communiqué. Soulignant avoir répertorié de nombreux massacres d’oiseaux protégés depuis l’ouverture de la saison de chasse, notamment un carnage de bondrées apicoles, une espèce de buse dont la chasse est interdite comme celle de tous les rapaces, dans la région du Kesrouan, la SPNL a appelé les forces de l’ordre à sévir contre ces tueries d’oiseaux migrateurs.


Le 20 octobre, le massacre de plus de cent perdrix, filmé par des braconniers qui ne cherchaient pas à cacher leur identité, avait ému la Toile (voir L’OLJ du 21 octobre). Devant de tels crimes à l’encontre de la nature, les écologistes déposent régulièrement des plaintes auprès des forces de l’ordre. L’affaire des perdrix avait poussé l’Association libanaise de...

commentaires (5)

Le liban s'illustre par les bêtises de ses habitants et de ses dirigeants : chasse illégale et honteuse d'un côté et déchets plein les rues de l'autre

mokpo

22 h 39, le 27 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Le liban s'illustre par les bêtises de ses habitants et de ses dirigeants : chasse illégale et honteuse d'un côté et déchets plein les rues de l'autre

    mokpo

    22 h 39, le 27 octobre 2020

  • Honte au Liban et aux libanais ici en Italie tu payes une amende et tu vas en prison

    Eleni Caridopoulou

    18 h 04, le 27 octobre 2020

  • La photo du carnage de ces oiseaux migrateurs et celles des déchets qui jonchent nos rues, sont devenues l'emblême de l'immense bêtise et négligeance de certains de nos citoyens et "responsables de ceci et de cela"...!!! - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 56, le 27 octobre 2020

  • Si ces barbares voulaient monter leur supériorité et leur bravoure, c'est raté. J'espère qu'ils auront honte de leur acte totalement condamnable. On devrait être très sévère avec ces décérébrés.

    Citoyen

    12 h 53, le 27 octobre 2020

  • Il est temps d'interdire cette pratique barbare qu'est la chasse ! Tuer pour le plaisir est monstrueux !

    OMAIS Ziyad

    11 h 49, le 27 octobre 2020