Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Hassan : Les quantités de médicaments actuellement disponibles suffisent pour "deux à trois mois"

Les importateurs de matériel médical demandent à leurs clients de payer 85% des factures en livres libanaises et en cash.

Le ministre libanais sortant de la Santé, Hamad Hassan, portant un masque de protection. Photo Ani

Les quantités de médicaments actuellement stockées dans les entrepôts libanais suffisent "pour une période allant de deux à trois mois", a affirmé mardi le ministre libanais sortant de la Santé, Hamad Hassan, appelant à une rationalisation de leur distribution "afin de répondre aux besoins jusqu'à la fin de l'année". Ces déclarations interviennent alors que de nombreux Libanais dénoncent des pénuries dans les pharmacies du pays, et après le lancement d'une vaste campagne des autorités contre la contrebande des médicaments, notamment les produits subventionnés.

"La quantité de médicaments disponibles dans les entrepôts suffisent "pour une période allant de deux à trois mois", a déclaré M. Hassan à l'issue d'une réunion avec des représentants de l'ensemble des acteurs du secteur du médicament dans les locaux du ministère consacrée à ce dossier. Appelant à une "rationalisation de leur distribution afin de répondre aux besoins des Libanais jusqu'à la fin de l'année", le ministre a indiqué qu'il œuvrait pour assurer "des quantités supplémentaires de médicaments pour trois nouveaux mois grâce à l'argent encore disponible au sein de la Banque du Liban".

La semaine dernière, le ministre sortant de la Santé avait effectué des tournées d’inspections surprises dans des entrepôts de médicaments dans les régions de Zahlé (Békaa), Baabda et de Aley. Il avait dénoncé un "dysfonctionnement" au niveau de la distribution des médicaments, ainsi que le "monopole" de plusieurs produits par certains fournisseurs et pharmacies.

Lire aussi

Hassan dénonce un « dysfonctionnement » dans la distribution des médicaments

Le secteur de la santé subit de plein fouet la plus grave crise économique que traverse le Liban dans son histoire moderne, marquée notamment par un assèchement des devises et l'envolée du taux de change entre le dollar et la livre libanaise. Face à cette crise, les autorités ont mis en place des mécanismes de subvention des produits importés de première nécessité, dont les médicaments. Mais depuis plusieurs semaines, des rumeurs sur une possible levée de ces subventions ont émergé, suscitant la crainte des Libanais.

85% des sommes facturées en livres libanaises
Dans ce contexte, le syndicat des importateurs de matériel médical a annoncé dans la journée que les importateurs allaient désormais demander à leurs clients de payer 85% des sommes facturées en livres libanaises et en cash, et les 15% restants en dollars américains, en réaction à la décision prise il y a une dizaine de jours par la Banque du Liban (BDL) de resserrer les modalités de retrait de liquidités en LL que les banques peuvent effectuer sur leurs comptes à la Banque centrale. Cette décision, annoncée dans la journée, concerne notamment les hôpitaux, le ministère de la Santé et la Caisse nationale de sécurité sociale.

Pourtant, l’Association des banques du Liban (ABL) avait annoncé vendredi qu’un accord avait été trouvé pour que les plafonds de retraits en livres des déposants – ménages et entreprises – ne soient pas réduits. Une polémique avait éclaté ces derniers jours concernant de nouvelles limitations sur les retraits en livres libanaises mises en œuvre par la BDL pour tenter de réduire la masse monétaire sur le marché.

"Malgré nos appels pendant des mois auprès de l'ensemble des responsables du secteur de la santé, le syndicat regrette que ses efforts constants (...) pour sauver le secteur de la santé se soient soldés par un échec", a déploré le syndicat des importateurs de matériel médical dans un communiqué.


Les quantités de médicaments actuellement stockées dans les entrepôts libanais suffisent "pour une période allant de deux à trois mois", a affirmé mardi le ministre libanais sortant de la Santé, Hamad Hassan, appelant à une rationalisation de leur distribution "afin de répondre aux besoins jusqu'à la fin de l'année". Ces déclarations interviennent alors que de nombreux...

commentaires (1)

Arrêtez les trafiquants monsieur le ministre mais aussi ayez le courage de dénoncer ceux qui sont a l'arrière-plan de ce marche monstrueux, il en est grand temps!

CW

11 h 20, le 21 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Arrêtez les trafiquants monsieur le ministre mais aussi ayez le courage de dénoncer ceux qui sont a l'arrière-plan de ce marche monstrueux, il en est grand temps!

    CW

    11 h 20, le 21 octobre 2020

Retour en haut