Rechercher
Rechercher

Crise

La livre libanaise continue de s'effondrer face au dollar et frôle les 9.000 LL

Selon notre correspondante dans la Békaa, Sarah Abdallah, le dollar s'échangeait samedi contre 8.850 LL à Chtaura, alors qu'hier, dans la même ville, le taux oscillait entre 8.250 et 8.300 LL.

La livre libanaise continue de s'effondrer face au dollar et frôle les 9.000 LL

Des billets de dollars et des livres libanaises. Photo d'archives AFP

La livre libanaise, officiellement fixée à 1507,5 LL pour un dollar dans un Liban en crise, continuait de perdre du terrain samedi en se rapprochant d'un nouveau record inquiétant. Selon le site Lebaneselira.org, le billet vert s'échangeait contre une fourchette de 8,600 à 8,900 livres libanaises sur le marché noir à 11h, signe de la gravité de la situation politico-économique du pays du Cèdre.

Selon notre correspondante dans la Békaa, Sarah Abdallah, le dollar s'échangeait samedi contre 8.850 LL à Chtaura, alors qu'hier, dans la même ville, le taux oscillait entre 8.250 et 8.300 LL.

Cette nouvelle dépréciation de la livre, qui avait initialement débuté il y a un an, s'est brusquement accélérée samedi dernier, suite à la récusation du Premier ministre désigné, Moustapha Adib, qui a renoncé à former un gouvernement en raison des tiraillements partisans autour de la composition du cabinet. Cet échec a sérieusement porté atteinte à l'initiative française de sortie de crise du Liban, qui, en plus de l'effondrement de son économie, fait face à l'accélération de la pandémie du coronavirus et tente de reconstruire sa capitale après la double déflagration dévastatrice du port de Beyrouth, qui a fait plus de 190 morts et 6.500 blessés le 4 août.

Pour rappel, plusieurs taux de change ont cours dans un Liban qui, depuis un an, n’en finit plus de s’enfoncer dans une grave crise économique. La parité officielle de 1 507,5 livres pour un dollar n’est maintenue, depuis des mois, que pour certaines transactions. Le taux imposé par la Banque du Liban aux agents de change agréés est, lui, toujours fixé depuis le 18 juin dans la fourchette de 3 850 livres le dollar à l’achat et 3 900 livres à la vente. Enfin, le taux applicable pour les circulaires n° 148 et 151 adoptées en avril et qui permettent aux déposants de retirer, sous certaines conditions, leurs "dollars libanais" à un taux plus proche du marché, est fixé à 3 900 livres pour un dollar.


La livre libanaise, officiellement fixée à 1507,5 LL pour un dollar dans un Liban en crise, continuait de perdre du terrain samedi en se rapprochant d'un nouveau record inquiétant. Selon le site Lebaneselira.org, le billet vert s'échangeait contre une fourchette de 8,600 à 8,900 livres libanaises sur le marché noir à 11h,...

commentaires (6)

Il fallait s'y attendre. Le pays est en train de couler alors que l'orchestre continue sa partition comme si de rien n'etait.

Patrick Accaoui

14 h 57, le 04 octobre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Il fallait s'y attendre. Le pays est en train de couler alors que l'orchestre continue sa partition comme si de rien n'etait.

    Patrick Accaoui

    14 h 57, le 04 octobre 2020

  • Tant que le trafic entre le Liban et la Syrie subsiste, les libanais n’ont qu’à s’attendre à ce que leur argent qui se trouve jusqu’à maintenant dans les caisses de l’état pour nourrir Assad et ses partisans tout en prenant le soin de propager la paupérisation du peuple libanais pour qu’ils finissent par soit quitter le pays soit accepter que l’Iran et la Syrie continuent à diriger le pays. Nous avons pourtant un autre choix pour nous libérer de leur joug, mais ça personne ne veut l’entendre. On attend un miracle ou une solution de l’extérieur mais malheureusement nous n’aurons que des problèmes venus de ces deux pays usurpateurs comme une sentence ou une punition pour ne pas avoir su défendre notre nation en temps et en heure.

    Sissi zayyat

    13 h 28, le 04 octobre 2020

  • Vous ne citez pas la circulaire 356 qui convertit 50% des intérêts des comptes $ en livres aux de 1507,50 LL. Circulaire pondue en décembre 2019 pour 6 mois qui a été prolongée en catimini par la BdL. Rien ne pourra arrêter la dégringolade de la Livre tant que nous avons la même classe politique de connivence avec tous les profiteurs de la situation actuelle notamment ceux qui blanchissent des montants de plus en plus importants via les banques douteuses. Une seule solution, un sauveur de la trempe de Bechir Gemayel, qui vienne mettre toute cette racaille en prison et crée une nouvelle république avec un nouveau système politique et démographique. Le Liban de nos parents n’existe plus.

    Liberté de Penser

    08 h 14, le 04 octobre 2020

  • Est ce vrai que les ressortissants syriens ont l'autorisation de retirer 200 $ par mois dans les banques libanaises?? L'ONU aurait négocié cela pour eux. (Nous les libanais c'est no way pour retirer nos $ tout le monde le sait). Si c'est vrai on va finir par demander la nationalité syrienne. Quelqu'un pourrait confirmer cela?

    Sybille S. Hneine

    17 h 02, le 03 octobre 2020

  • le malheur du Liban à chaque discours d un réspensable ou chef de communauté il a ses supporters et ceux qui ne supporte personnes ils sont entraines de faire leurs valises pour quitter le pays. la livre libanaise s effondre et personne ne bouges meme ceux qui profitait pour s enrichir ( ils s en foutent car leurs blés est en dollar ou euro à l étranger) je me souvient du mot du ministre des affaires étrangères francais M Le Drian si les libanais ne font rien le Liban risque de disparaitre , je crois qu il s est trompé car le Liban n existe plus deja.

    youssef barada

    15 h 04, le 03 octobre 2020

  • Bien entendu ! Plus on attend pour former un gouvernement, plus la livre dégringolera. Mais ce problème ne semble pas concerner le locataire de Baabda.

    Yves Prevost

    14 h 21, le 03 octobre 2020