Rechercher
Rechercher

Éclairage

Un « nouveau concordat » prôné par Bkerké est-il possible ?

Pour la première fois depuis taëf, l’Église maronite envisage la possibilité d’un changement conditionnel du système politique libanais.

Un « nouveau concordat » prôné par Bkerké est-il possible ?

Pour le patriarche Raï, la neutralité doit devenir le pivot de la vie nationale. Photo d’archives de L’OLJ

Pour la première fois depuis l’accord de Taëf (1989), le siège patriarcal maronite a récemment envisagé, par la voix de son patriarche, le cardinal Béchara Raï, la possibilité d’un amendement du système politique libanais qui répondrait à une demande de participation effective de la communauté chiite aux mécanismes du pouvoir exécutif, toujours verrouillé pour le moment par les communautés chrétienne et sunnite. « La révision du système politique libanais et de la répartition des prérogatives et des fonctions se fera – si elle s’avère indispensable – après la confirmation de la neutralité du Liban », a affirmé dimanche dernier (20 septembre) le patriarche maronite lors de la messe dédiée aux « martyrs de la résistance libanaise », à Notre-Dame d’Ilige (Jbeil).

S’il a ouvertement parlé d’un amendement du système politique, révèlent des sources proches du patriarcat maronite, c’est que le prélat est conscient que le centenaire du Grand Liban s’est ouvert sur le constat d’un « fiasco total » de l’État instauré au siècle dernier. Le chef de l’Église maronite est tout aussi lucide de la nécessité d’un « nouveau concordat » entre les communautés libanaises. Et pleinement conscient de la nécessité d’un accord sur les « préliminaires » indispensables à l’existence d’un État : droits et obligations auxquelles toutes les communautés doivent souscrire, volonté de vivre en commun, égalité en droits et en devoirs, communauté culturelle, égalité devant l’impôt, redistribution de la fortune nationale, renoncement à la violence en politique, etc. Autant de « préalables » sur lesquels les Libanais ne se sont pas vraiment entendus, à l’ombre d’un État-providence qui, pour certaines communautés, ou certains pans de la société, « doit tout assurer et auquel on ne doit rien ».

Mais quels sont ces amendements que le patriarche se déclare prêt à examiner ? Et ceux-ci prévoient-ils l’attribution de fonctions exécutives à la communauté chiite, comme le réclame indirectement celle-ci à travers son insistance à détenir le portefeuille des Finances, verrou financier qui leur permet d’avoir leur mot à dire sur le plan exécutif ? En outre, les conditions qu’il pose à leur acceptation n’annulent-elles pas, de fait, l’ouverture affichée et la possibilité de leur instauration ? Autant de questions auxquelles les protagonistes en présence n’ont pas toujours de réponse précise.

À toutes ces interrogations, une source épiscopale autorisée qui requiert l’anonymat apporte en particulier certaines clarifications. Et pour commencer, elle précise que l’Église maronite tient toujours à l’application des dispositions de l’accord de Taëf, qui consacrent la parité islamo-chrétienne, et préconisent la décentralisation administrative et la création d’un Sénat. « Ce qui est certain, précise cette source, c’est que le patriarche exclut tout modification du pacte national et du principe de parité. »

Or on sait qu’un énorme fossé s’est creusé entre la philosophie à la base de la Constitution et du pacte national – philosophie renforcée par Taëf – et le contexte local et régional actuel. Cette philosophie correspondait à une fracture politique islamo-chrétienne qui était de mise pendant de longues décennies, mais qui a été remplacée par la faille plus ancienne, qui se renforce en ce moment, entre musulmans sunnites et chiites. Le patriarche est-il prêt à revoir la Constitution à l’ombre de ce clivage ?

Rien à l’ombre des armes du Hezbollah

En l’absence d’une réponse claire à cette question, une chose est quand même sûre : le patriarche a pris la précaution de préciser que l’acceptation d’une « révision » des équilibres communautaires internes ne saurait se faire « tant que toutes les communautés ne sont pas entrées dans le giron de l’État et n’ont pas renoncé à leurs projets particuliers ». Autrement dit, tant que le Hezbollah n’a pas déposé ses armes comme toutes les autres milices libanaises. En clair, « pas de révision constitutionnelle tant que la résistance armée anti-israélienne n’a pas cédé devant la neutralité comme valeur fondatrice de l’État libanais », disent ses proches.

Lire aussi

Raï à Adib : « Foncez, vous n’êtes pas seul »

Personne ne sera étonné de savoir que le Hezbollah – et à sa suite le mouvement Amal – ont autant fraîchement accueilli les propositions patriarcales que son discours sur la neutralité. Toutefois, les deux formations ont décidé d’ignorer totalement les propos de Béchara Raï, estimant qu’il n’est pas « l’instance compétente » chargée d’en parler. À ces objections – contestables vu le rôle historique joué par le patriarche maronite dans la vie nationale – une source politique répond que « le patriarche est un pasteur, qu’il est redevable d’une explication et d’une clarification à ses fidèles, qu’il assume une responsabilité historique à laquelle il ne peut, en conscience, se dérober, et qu’il est de son devoir de contribuer, à son niveau, à mettre le Liban à l’abri des secousses de l’histoire et des projets qui, comme celui du Hezbollah, menacent son existence et son unité interne ».

Toujours est-il que dans un communiqué, le Conseil supérieur chiite, présidé par le mufti jaafarite Ahmad Kabalan, a « dénoncé les propos d’une grande autorité religieuse contre la communauté chiite ». C’est qu’en effet, le patriarche Raï avait apostrophé dans son homélie non les partis chiites, mais la communauté elle-même. « À quel titre une communauté réclame-t-elle un ministère, comme s’il lui appartenait? » s’était interrogé le patriarche.

Et le mufti Kabalan d’appeler à l’abolition pure et simple du communautarisme politique, une proposition extrême brandie régulièrement comme une menace existentielle pour les chrétiens du Liban, aux yeux desquels elle est synonyme de démocratie du nombre et de perte de leur « exception culturelle et politique ».

Le Futur : Une proposition hypothétique

Réagissant aux propos du patriarche, l’ancien député Moustapha Allouche (courant du Futur) voit dans l’ouverture du patriarche à des réformes constitutionnelles une « proposition hypothétique » dont il sait d’avance qu’elle s’inscrit dans un avenir qui la rendra improbable.

Pour l’ancien parlementaire, « il se peut que Nabih Berry s’en félicite, estimant que le combat des chiites a donné des résultats ». Toutefois, M. Allouche doute qu’on n’en arrivera jamais avec le Hezbollah à un consensus sur la neutralité du Liban.

Selon l’ancien député, « le Hezbollah est étroitement lié au projet politico-religieux de la wilayet al-fakih pour la réalisation duquel il n’hésitera pas, au besoin, à redéfinir la nature de sa présence au Liban, et même à redessiner la carte du Liban et de la Syrie, engrangeant au passage tous les acquis politiques, économiques et sociaux de l’ancien ordre des choses, qui seraient à sa portée, sans dévier de son projet politique propre ».

Pour M. Allouche, en outre, face à un nouvel ordre constitutionnel où ils ne seront plus en position dominante – et le patriarcat l’a pressenti dès 2012 –, les chrétiens finiront par opter pour le petit Liban, c’est-à-dire pratiquement pour une autonomie relative dans le cadre d’une décentralisation poussée.Ces mêmes considérations président à la manière dont les Forces libanaises voient les choses. Ce parti, assure une source FL autorisée, adhère sans réserve à la campagne en faveur de la neutralité conduite par le patriarche et envisage un changement éventuel dans les mêmes termes.

Lire aussi

« Ce qui est essentiel, c’est l’identité du Liban », affirme le Vatican

Les FL, précise la source citée, estiment essentiel de refonder une fois pour toutes le Liban sur le principe de neutralité, réinventé par la déclaration de Baabda (2012), et qui est diamétralement opposé au principe de la résistance et du système politico-religieux que défend le Hezbollah. La neutralité, précise-t-il, est essentielle à la stabilité politique et sociale du Liban comme à sa prospérité économique et au vivre-ensemble. Entre-temps, anticipant sur la possibilité que le Hezbollah arrache comme réforme une rotation intégrale des portefeuilles ministériels et des fonctions présidentielles ou même la création d’une vice-présidence qui irait à la communauté chiite, la source FL citée estime que les chrétiens libanais doivent, dès à présent, songer à une décentralisation administrative élargie, une réforme décidée à Taëf (1989) et restée inappliquée. Pour le député Alain Aoun (CPL), la proposition du patriarche entre dans une logique bien précise. « Il n’y a pas de système politique qui ne doive évoluer, affirme le parlementaire, pas plus le système libanais qu’un autre.

Le système libanais comprend certaines lacunes et tout le monde appelle à son évolution. Mais les conditions de cette évolution doivent être créées. Aujourd’hui, bien évidemment, elles ne sont pas réunies. Cette évolution doit être le fruit d’un dialogue national entre égaux, sans exclusives ou tabous. Et bien sûr, une volonté commune de trouver des solutions et de répondre aux appréhensions et inquiétudes des uns et des autres. Le patriarche maronite a pour sa part posé ses conditions pour entrer en dialogue et faire évoluer le système. Tel est le sens général à donner à sa proposition. »


Pour la première fois depuis l’accord de Taëf (1989), le siège patriarcal maronite a récemment envisagé, par la voix de son patriarche, le cardinal Béchara Raï, la possibilité d’un amendement du système politique libanais qui répondrait à une demande de participation effective de la communauté chiite aux mécanismes du pouvoir exécutif, toujours verrouillé pour le moment par...

commentaires (8)

Le patriarche est courageux mais il ne peut rien faire avec ces serpents ils vont le tuer en l'empoisonnant , faire le petit Liban et laisser le partit du diable se demerder tout seul , si cela est possible?

Eleni Caridopoulou

17 h 35, le 25 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Le patriarche est courageux mais il ne peut rien faire avec ces serpents ils vont le tuer en l'empoisonnant , faire le petit Liban et laisser le partit du diable se demerder tout seul , si cela est possible?

    Eleni Caridopoulou

    17 h 35, le 25 septembre 2020

  • L'amitié entre l'Eglise maronite et la France ne date pas de la création du Grand Liban. La France était un Etat catholique, mais elle avait cessé de l'être depuis 1905, date de la loi française sur la séparation de l'Etat et de l'Eglise. L'Etat français n'était pas pluri-icommunautaire et  pluri-confessionnel, mais laïc. Le concordat entre l'Etat et l'Eglise a été rétabli, non sur la base de la neutralité, mais d'un Etat laïc existant et de la souveraineté de l'Eglise catholique et du principe de la liberté religieuse. La création d'un Etat catholique maronite n'a pas été réalisé par le gouvernement français de l'époque, ni non plus un Etat Libanais laïc. Ce n'est pas un concordat fondé sur la neutralité active qui peut créer un véritable Etat.L'amitié entre l'Eglise maronite et la France ne date pas de la création du Grand Liban. La France était un Etat catholique, mais elle avait cessé de l'être depuis 1905, date de la loi française sur la séparation de l'Etat et de l'Eglise. L'Etat français n'était pas pluri-icommunautaire et  pluri-confessionnel, mais laïc. Le concordat entre l'Etat et l'Eglise a été rétabli, non sur la base de la neutralité, mais d'un Etat laïc existant et de la souveraineté de l'Eglise catholique et du principe de la liberté religieuse. La création d'un Etat catholique maronite n'a pas été réalisé par le gouvernement français de l'époque, ni non plus un Etat Libanais laïc. Ce n'est pas un concordat fondé sur la neutralité active qui peut créer un Etat

    DINTILHAC bernard

    17 h 04, le 25 septembre 2020

  • Monseigneur, à force de leur ouvrir les possibilités en les voyant comme de simples petites créatures, privées de tous les droits alors que vous savez très bien qu’ils tiennent le pouvoir entier de ce pays et occupent des postes clé pour bloquer et paralyser quand cela leur chante et de depuis des décennies, vous leur donnez la possibilité de faire le tri dans ce que vous annoncez et de prendre ce qui les arrange en prétextant un droit acquis tout en gardant leurs armes et criant plus fort leur allégeance à d’autres pays que le Liban. Ils ne remettront jamais leurs armes pacifiquement qu’on se le dise. Ils ont investi la dedans pendant des décennies et dépendent des mollahs qui ne les laisseront pas faire même si par un sursaut de conscience ils envisagent cette sortie. Ce sont les serviteurs de ceux qui les ont armé à la base et iront jusqu’au bout pour, soit mettre la main sur le Liban pour le détruire soit le détruire parce qu’ils n’arrivent pas à le dominer. Arrêtez vos plans sur la comète. Ces gens là avec leurs idéologies d’un autre âge, vivent dans un autre monde que tous les autres humains et veulent l’imposer d’abord au libanais et ensuite au monde. Le seul dialogue qui leur parle est de celui de la violence et de,la destruction. Regardez autour de vous, où qu’ils se trouvent il n’y a que morts famine et destructions.

    Sissi zayyat

    16 h 46, le 25 septembre 2020

  • Afin de se comporter en bons citoyens libanais Les chiites devraient désarmer,couper leurs liens syro-iraniens et c’est alors qu’ils auront leur ministère des finances

    paulsidani

    15 h 00, le 25 septembre 2020

  • Donnez aux Chiites les Finances et le ministre qu’ils désirent À la condition de se désarmer et de couper tout lien avec la Syrie et l’Iran

    paulsidani

    14 h 55, le 25 septembre 2020

  • LE POUVOIR NE PEUT ETRE VEROUILLE ACTUELLEMENT QUE PAR LE HEZBO/AMAL. CHER PATRIARCHE OCCUPEZ-VOUS DE VOTRE BERGERIE ET LAISSEZ LA POLITIQUE AUX AUTRES. VOTRE PROPOSITION DONNERAIT ENCORE PLUS DE POUVOIR AUX MERCENAIRES DE L,IRAN QUI DEMANDENT LE 3/3 ET TOUJOURS ARME CAD LA DECISION EXCLUSIVEMENT EN LEURS MAINS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 45, le 25 septembre 2020

  • Puisque l’on parle de communautes, a part la presidence de l’Assemblee don’t ils disposent pour bloquer a leur gre les deux postes de l’executif, le presidence et le conseil des ministres (les exemples sont nombreux) , les chiites sont les seuls a avoir des milices dotees d’un armement lourd qu’elles n’ont pas hesite a utiliser contre certaines factions libanaises. Cet etat des choses leur permet de se comporter en terrain conquis , comme par exemple former les gouvernements, decider de la guerre ou de la paix, et renier sans honte, leur signature a l’accord de Baabda sur la non ingerance, accord qui aurait pu nous eviter le pire. Leur force militaire leur attire les politiciens vereux et sans principes, prets a renvoyer servilement l’ascenseur une fois elus ou nommes dans les hautes spheres de l’Etat. Un changement constitutionnel du pouvoir libanais peut etre discute a froid, Mais comment le faire alors que la milice armee se targue de sa totale appartenance , non pas au Liban, mais a un regime retrograde etranger, obnubile par son expansionnisme regional. Seule une decentralisation elargie pourra tranquilliser ceux qui ne peuvent s’accomoder d’une pareille culture . On ne discute pas avec un pistolet sur la tempe. Et si les discussions doivent se faire par la caste politique actuelle le Liban deviendra meconnaissable.

    Goraieb Nada

    09 h 29, le 25 septembre 2020

  • Il n'est pas exact que " les mécanismes du pouvoir exécutif, [soient] toujours verruillés pour le moment par les communautés chrétienne et sunnite". La présidence de l'Assemblée est un pouvoir très important. Il permet au locataire du perchoir de manœuvrer pour bloquer les lois qui lui déplaisent et faire adopter les autres. Surtout, comme on l'a vu par deux fois, en fermant les portes du Parlement, de bloquer l'élection présidentielle. tant qu'un consensus n'a pas été obtenu sur un certain candidat. Faiseur de roi, ce n'est pas un mince pouvoir!

    Yves Prevost

    07 h 15, le 25 septembre 2020