Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Poème pour Beyrouth

Beyrouth n’est pas votre carré de sable,

Votre terrain de jeu et d’expérimentation.

Son état est abominable,

Il n’y a plus de place que pour la lamentation.

La corruption et la négligence

Lui ont fait tellement de mal !

Mais votre cynisme et insouciance,

Se classent sous l’angle du PAS NORMAL !

Nous observons de loin ce qui se passe,

En colère et impuissants,

Et vous, salauds et pleins d’audace,

Vous échangez la responsabilité à tout bout de champ.

L’aide afflue du monde entier,

Au secours de Beyrouth sinistrée,

Et vous qui avez tout pillé,

Un sou de vos poches vous ne sortez.

Dans tous les pays il y a de la corruption,

Le pouvoir aveugle l’humain en nous,

Mais chez vous il n’y a pas de limitations,

L’argent et le pouvoir vous ont rendus fous !

J’ai reçu plusieurs vidéos

De personnes qui ont filmé

L’incendie puis l’explosion

Mais savez-vous ce qui m’a marquée ?

Avec les cris, avec l’effroi,

Avec les pleurs j’entendais surtout

Des « Ya Aadra » et des « Hasbiyallah »

Les gens implorent Dieu de partout !

Ces gens-là quelle que soit leur religion

Ont le droit de vivre en dignité

Et vous vous cachez derrière la religion

Pour ne jamais laisser ce pays vivre en paix !

La livre libanaise s’écroule,

Elle ne vaut même plus son tiers,

La cherté et l’inflation en découlent,

Les gens vivent dans la misère.

La majorité des Libanais comme moi

Ont décidé de s’installer ailleurs

Dans nos pays d’adoption

Nous cherchons à donner le meilleur.

Vous ne trouvez pas ça ridicule ?

Plus de Libanais dans la diaspora qu’au Liban

À cause d’un maudit groupuscule

Qui dirige les rênes du pouvoir comme un charlatan.

Dans tous les pays civilisés

Les politiciens se succèdent à tour de rôle

Une fois leur mandat terminé

Ils cèdent le pouvoir et la parole.

Mais vous ignobles et obstinés

Vous vous accrochez aveuglément

Dans l’argent public vous grugez

Et vous soudoyez vos stupides partisans.

J’espère que le peuple comprendra un jour

Qu’un politicien n’est pas un dieu

Afin que l’agonie ne perdure pas pour toujours

De grâce Libanais ouvrons nos yeux !

Danielle S. NASRALLAH

Libano-Canadienne

Montréal

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Beyrouth n’est pas votre carré de sable,

Votre terrain de jeu et d’expérimentation.

Son état est abominable,

Il n’y a plus de place que pour la lamentation.

La corruption et la négligence

Lui ont fait tellement de mal !

Mais votre cynisme et insouciance,

Se classent sous l’angle du PAS NORMAL !

Nous observons de loin ce qui se...

commentaires (0)

Commentaires (0)