Rechercher
Rechercher

Justice

Un colon juif condamné à perpétuité pour le meurtre de trois Palestiniens

Un colon juif condamné à perpétuité pour le meurtre de trois Palestiniens

Amiram Ben Uliel a été condamné hier à perpétuité pour le meurtre d’un bébé palestinien et de ses parents. Avshalom Sassoni/Pool via Reuters/File Photo

Un colon israélien a été condamné hier à perpétuité pour le meurtre d’un bébé palestinien et de ses parents, décédés dans l’incendie criminel de leur maison en 2015, un drame qui avait suscité une vive émotion dans les territoires palestiniens, en Israël et à l’étranger. Le tribunal de Lod avait reconnu en mai dernier Amiram Ben Uliel, 25 ans, coupable de ces meurtres. Il a condamné hier le jeune homme à un total de « trois peines » de prison à perpétuité, une par meurtre.

« L’accusé a été reconnu coupable de trois meurtres, deux tentatives de meurtre, deux incendies criminels et de crime raciste », affirme le verdict de 14 pages du tribunal. En juillet 2015, le bébé de 18 mois Ali Dawabcheh a été brûlé vif dans son sommeil après le lancement de cocktails Molotov sur sa maison de Douma, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Son père Saad et sa mère Riham, surpris comme lui dans leur sommeil, ont succombé à leurs brûlures dans les semaines suivantes. Seul son frère, Ahmad, alors âgé de quatre ans, a survécu. Ce drame avait suscité une vive émotion dans les territoires palestiniens, en Israël et à l’étranger.

En mai 2019, un autre Israélien arrêté dans cette affaire a plaidé coupable pour participation à la préparation d’un « crime raciste ». Et en octobre dernier, la justice l’a condamné pour « appartenance à une organisation terroriste », en référence à un groupe de colons radicaux qui remettent en question l’autorité de l’État. « Les actes de l’accusé ont provoqué la mort de trois personnes d’une même famille... Ce résultat tragique ne provient pas d’un acte spontané mais préparé avec soin et mû par une idéologie extrémiste et par le racisme. L’accusé voulait la mort des habitants de la maison qu’il a incendiée uniquement car ils étaient des Arabes vivant à Douma jugeant que leur mort vengerait celle de Malachi Rosenfeld, assassiné un mois plus tôt », poursuit le tribunal.

« Volonté de venger »

Lors de ses aveux, Ben Uliel, qui vivait au moment du crime dans une colonie en Cisjordanie occupée, avait affirmé avoir voulu venger la mort de Malachi Rosenfeld, un colon assassiné par balles par des Palestiniens, dans la zone du village de Douma. Amiram Ben Uliel ne pourra pas faire de demande de réduction de peine avant d’avoir purgé au moins 15 ans en prison. Il a par ailleurs été condamné à 20 ans de prison pour tentative de meurtre sur l’enfant de 4 ans qui a survécu à l’incendie et sur le voisin de la maison de la famille. Dans un communiqué, son épouse Oriane Ben Uliel a dénoncé « l’injustice » faite à son mari.

« Les juges n’ont pas cherché à faire la justice ni découvrir la vérité mais ont voulu condamner mon mari à tout prix, malgré les preuves de son innocence que nous avons présentées au tribunal. Nous allons faire appel et nous ne perdons pas espoir de prouver son innocence ». Son avocat a annoncé que son client allait faire appel devant la Cour suprême. Il a affirmé que les aveux de son client lui avaient été extorqués sous la torture. À la suite de l’attaque, Israël avait été critiqué à l’étranger et par des organisations de défense des droits humains pour son « laxisme » vis-à-vis des groupes radicaux. Les Palestiniens avaient accusé l’État hébreu de « soutien » à l’extrémisme juif. Les dirigeants israéliens unanimes avaient cependant dénoncé le « terrorisme juif ».

Source : AFP



Un colon israélien a été condamné hier à perpétuité pour le meurtre d’un bébé palestinien et de ses parents, décédés dans l’incendie criminel de leur maison en 2015, un drame qui avait suscité une vive émotion dans les territoires palestiniens, en Israël et à l’étranger. Le tribunal de Lod avait reconnu en mai dernier Amiram Ben Uliel, 25 ans, coupable de ces meurtres....

commentaires (1)

Israheil !

Gros Gnon

19 h 36, le 15 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Israheil !

    Gros Gnon

    19 h 36, le 15 septembre 2020