Rechercher
Rechercher

Hot(on)line

Cynthya Karam nous embarque dans le « Road Trip » du ténor Bechara Moufarrej

Le concept est original, une manière différente de concevoir les vidéoclips comme de petites histoires à suivre. 6 « épisodes » à écouter, à voir (puis revoir) les lundis à partir de 18 heures sur les réseaux sociaux jusqu’à la fin du mois de septembre. Et ça marche...

Cynthya Karam nous embarque dans le « Road Trip » du ténor Bechara Moufarrej

Cynthya Karam au volant de sa voiture durant le tournage de « Road Trip ». Photos Céline Dagher

D’abord, la voix du ténor Bechara Moufarrej, puissante, puis le talent de Cynthya Karam, tout en nuances, et enfin la réalisation de Fouad Sakr et Marilyne Naaman qui véhicule une ambiance, une histoire suggérée, rythmée de points d’interrogation, de non-dit, de mystères…Lorsque ces trois éléments se sont mis ensemble, le projet visuel de « Road Trip » a vu le jour, illustrant au mieux une complicité évidente et l’ambiance de l’album éponyme.

« Dans ce dernier album, sorti début août, j’ai voulu rendre l’opéra commercial plus simple et plus accessible au Libanais, confie le ténor à la voix pure. J’ai choisi de mélanger des airs classiques arabes avec six nouveaux mix que j’ai insérés dans une histoire filmée. C’est avec cette idée et ce désir que j’ai contacté le réalisateur Fouad Sacre et l’actrice Cynthya Karam. Lorsque Fouad a trouvé le concept et l’histoire de Cynthya, mon Road Trip avait trouvé un nouveau langage. »

Le ténor Bechara Moufarrej pendant le tournage d’un épisode de « Road Trip ».

Sur ces six titres revisités, Lessa faker / Chitarra romana / Ya zahratan fi khayali / Aatini el-naya wa ghanni, Ana ‘albi dalili / Mattinata, Se Cinema Paradiso / Amara, ya amara, « Granada / Batwannès bik, Alf leila / L’Ultima Canzone et Marechiare / Laylet hob, les fans de Moufarrej, et ils sont nombreux, se prennent à suivre l’itinéraire d’une femme au volant de sa vieille Mercedes qui reçoit au premier épisode un étrange coup de fil. « Les spectateurs ne comprendront pas directement la raison de son bouleversement », explique l’actrice avec cet éclatant sourire qui la caractérise.


Où va cette femme, pourquoi ce trouble, puis cette colère, puis cette peine ? Quelques indices égrenés au fil des épisodes mènent le spectateur vers des réponses, jamais complètes, et surtout, cette promenade sur six épisodes permet de découvrir la nouvelle orchestration des chansons interprétées par le ténor, souligner la voix et ses performances.

Il apparaît également dans les vidéoclips, parallèlement au « Road Trip » de Cynthya qui nous mène dans la palettes de ses bouleversements. « Bechara va chanter mes émotions, les accompagner à travers ce parcours », dit-elle. Et le ténor de préciser : « Ce périple sera ponctué d’airs tristes ou plus gais qui la feront danser, s’emporter ou exprimer sa colère. » « L’œil de Fouad et la sensibilité de Marylin ont permis de finaliser un beau travail, sur la voix cristalline de Bechara... confie-t-elle. J’ai adoré le tournage… »

Une fois de plus, l’artiste aux multiples talents (cachés) jongle sans problèmes entre l’humour, l’émotion et le drame, entre le théâtre, la télévision et la chanson, avec le même charisme, entre Cynthya et Ceecee. Exactement comme sur les réseaux sociaux, Tic Toc et autre Facebook, où elle s’amuse, chante, parodie des artistes et, quand il le faut, attire l’attention de ces followers sur des problèmes plus sérieux, avec toute la sincérité du monde.

Le dernier épisode de cette première série de « Road Trip » sera diffusé sur les réseaux sociaux lundi 14 septembre. En attendant 6 autres, comme nous promet Moufarrej, visiblement satisfait du résultat et du succès du projet. « Vous pouvez, invite-t-il ses fans, les découvrir bientôt sur YouTube, Anghami et Spotify. »

Bio express

Bechara Moufarrej

Master en musique et spécialisation en Italie

A collaboré avec le Royal Philharmonic Orchestra à Londres, l’Orchestre philarmonique libanais, le Filarmonica Romana, l’Orchestra Giovanile Italiana, le Novi Sad/Belgrade Orchestra, et avec les chefs d’orchestre Gianluca Marcianò, Toufic Maatouk, Alberto Maniaci, Toby Purser, Marc Shanaha, Nicola Pascovski et d’autres.

A interprété de nombreux personnages parmi lesquels Don José (Carmen) au Cirque d’hiver à Paris, Rodolfo (La Bohème) avec le Qatar Philharmonic, ainsi que Ferrando (Cosi fan tutte) et le comte Almaviva dans Le Barbier de Séville en collaboration avec le Festival al-Bustan, le Abu Dhabi Festival et le Suoni dal Golfo Festival. Et, plus récemment, il a participé à un récital avec Deborah Voigt au Festival d’Abou Dhabi, enregistré Nessun Dorma pour Classic FM’s Classics, You Know Series avec le Royal Philharmonic Orchestra /James Morgan, La Traviata et Rigoletto en Serbie, ainsi qu’au Cleopatra World Premiere Opera au Royal Albert Hall de Londres.

Cynthya Karam

Chanteuse depuis son plus jeune âge, elle a été une des huit participants de Star Academy à faire une série de concerts dans les pays arabes. Du théâtre à la télévision, elle a travaillé avec de nombreux metteurs en scène, parmi lesquels Ebrahim Hatemikia, Najdat Anzour, Gabriel Yammine, Georges Khabbaz, Carlos Chahine, Layth Hajo, Jihad Andary, Aïda Sabra et d’autres.


D’abord, la voix du ténor Bechara Moufarrej, puissante, puis le talent de Cynthya Karam, tout en nuances, et enfin la réalisation de Fouad Sakr et Marilyne Naaman qui véhicule une ambiance, une histoire suggérée, rythmée de points d’interrogation, de non-dit, de mystères…Lorsque ces trois éléments se sont mis ensemble, le projet visuel de « Road Trip » a vu le jour,...

commentaires (0)

Commentaires (0)