Rechercher
Rechercher

Liban

Schenker s'entretient par visioconférence avec des activistes de la société civile

Le responsable américain, qui ne prévoit aucune réunion avec les officiels libanais, a toutefois été reçu par le commandant en chef de l'armée.

Schenker s'entretient par visioconférence avec des activistes de la société civile

Le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé du Proche-Orient, David Schenker (Centre, haut), s'entretenant par visioconférence avec des activistes libanais de la société civile. Photo Twitter/Ambassade américaine

Le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé du Proche-Orient, David Schenker, qui est arrivé à Beyrouth mercredi pour "exhorter les dirigeants libanais à mettre en œuvre des réformes qui répondent au désir du peuple libanais", s'est entretenu avec plusieurs activistes de la société civile, selon l'ambassade américaine à Beyrouth.


"Le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé du Proche-Orient, David Schenker s'est virtuellement entretenu avec des membres de la société civile engagés dans les manifestations du 17 octobre", s'est contentée d'annoncer jeudi l'ambassade américaine sur Twitter, sans plus de détails. Le 17 octobre 2019 a marqué le début d'une révolte populaire inédite contre la classe politique accusée de corruption et d'incompétence par une large frange de la population.

Sur une photo publiée par la mission diplomatique américaine, on peut voir M. Schenker discuter par visioconférence avec des activistes de la société civile dont Laury Haytayan, ancienne candidate aux législatives et experte en hydrocarbures. M. Schenker s'est également entretenu mercredi en face à face avec une douzaine de personnalités chiites hostiles au Hezbollah, dont le chercheur Lokman Slim.

David Schenker ne prévoit aucune réunion avec les officiels libanais, notamment les trois présidents, Michel Aoun, Nabih Berry, et Hassane Diab, démissionnaire. Il sera toutefois reçu à dîner ce soir à Bikfaya par le député démissionnaire et chef des Kataëb Samy Gemayel. Prendront part au dîner les autres parlementaires qui ont démissionné Nadim Gemayel, Elias Hankache, Henri Hélou, Nehmat Frem et Paula Yacoubian. Marwan Hamadé sera absent de la réunion, de même que Michel Moawad qui se trouve à l'étranger, selon la presse.  Selon des sources du palais de Baabda citées par la chaîne locale LBCI, l'ambassade des Etats-Unis au Liban a indiqué à la présidence libanaise que la visite qu'effectue en ce moment le responsable US était une visite personnelle lors de laquelle il s'est entretenu avec des représentants de la société civile et des personnalités politiques. Elle a également indiqué que M. Schenker, chargé notamment du dossier sensible du tracé des frontières entre le Liban et Israël, reviendra au Liban dans les prochaines semaines dans le cadre, cette fois, d'une visite officielle lors de laquelle il rencontrera les représentants des autorités libanaises.

Le responsable américain a toutefois été reçu par le commandant en chef de l'armée Joseph Aoun avec qui il a discuté des derniers développements ainsi que de la coopération entre les deux pays. "Nous voulons aider le gouvernement, mais nous ne pouvons pas le faire s'il ne s'aide pas lui-même", a déclaré M. Schenker dans un entretien diffusé dans la soirée par la chaîne LBCI, qui a déploré "l'émigration des Libanais en raison de la crise économique et de l'explosion", assurant dans ce contexte que les aides américaines allaient être livrées directement à la population à travers des associations.

Le Premier ministre désigné, Moustapha Adib, a mené mardi des consultations parlementaires pour former un nouveau gouvernement, afin de mettre en œuvre des réformes urgentes dans le pays englué dans une profonde crise politique et économique. A l'issue de ces consultations, il s'est engagé à former rapidement un "gouvernement d'experts". Mercredi, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a appelé les responsables politiques libanais à réformer profondément le pays, assurant être en phase avec le message d'urgence porté à Beyrouth par Emmanuel Macron. Ce dernier a exhorté les dirigeants libanais à hâter la formation du nouveau cabinet et mettre en place des réformes dans des délais bien précis. Il a obtenu l'engagement des forces politiques à une constitution rapide du cabinet dans un délai de 15 jours.


Le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé du Proche-Orient, David Schenker, qui est arrivé à Beyrouth mercredi pour "exhorter les dirigeants libanais à mettre en œuvre des réformes qui répondent au désir du peuple libanais", s'est entretenu avec plusieurs activistes de la société civile, selon l'ambassade américaine à Beyrouth.Assistant Secretary Schenker met virtually with...

commentaires (6)

On ne choisit pas un protagoniste en costume communautariste pour "faire bien". On prend ce qui est bien , c'est tout.

Je partage mon avis

17 h 17, le 03 septembre 2020

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • On ne choisit pas un protagoniste en costume communautariste pour "faire bien". On prend ce qui est bien , c'est tout.

    Je partage mon avis

    17 h 17, le 03 septembre 2020

  • De grace ne soyons pas poiintilleux au vu des circonstances. l'histoire regorge d'exemples ou diplomates communiquent avec la societe dite civile, sans pour autant entraver au traite de Vienne. Quand a qui a elu ces personages, n'en faisons pas un drame. Par contre ce qui me semble manquer est une femme avec un voile qui representerait aussi nos compatriotes Mahometans.

    Zampano

    16 h 23, le 03 septembre 2020

  • La diplomatie américaine est en train de court-circuiter les autorités libanaises (que l'on soit pour ou contre ces autorités) pour s'entretenir des affaires de tout un peuple. Ce n'est pas une attitude normale de la part d'un Etat démocratique qui dit vouloir en aider un autre. Les diplomates doivent montrer l'exemple d'une démocratie et s'adresser à des membres qui ont été élus. Que la société civile soit consultée pourquoi pas. Mais elle ne doit pas être le seul interlocuteur. Il y a des règles à respecter quand on veut rétablir un certain ordre ou un ordre certain. Qu'on le veuille ou non.

    Sybille S. Hneine

    15 h 56, le 03 septembre 2020

  • Zarif aurait du faire une conference Zoom lors de son illustre passage à Beyrouth..! hahahaha

    LeRougeEtLeNoir

    15 h 45, le 03 septembre 2020

  • QUI SONT CES ACTIVISTES ET QUI REPRESENTENT-ILS ET SURTOUT QUI LES ONT NOMME POUR LES REPRESENTER ET PARLER EN LEUR NOM ? LA CONTESTATION DOIT FORMER UN COMITE POUR LA REPRESENTER ET PARLER EN SON NOM.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 37, le 03 septembre 2020

  • hum! J.P

    Petmezakis Jacqueline

    13 h 57, le 03 septembre 2020