Rechercher
Rechercher

Analyse

Avec ou sans Hariri, un gouvernement pour faire quoi ?

Avec ou sans Hariri, un gouvernement pour faire quoi ?

Saad Hariri. Photo d’archives Dalati et Nohra

Les tractations politiciennes en cours autour de la genèse du prochain gouvernement donnent le sentiment qu’en dépit de l’extrême urgence de la situation et des critiques acerbes formulées contre le pouvoir libanais pour s’être dérobé à ses responsabilités politiques dans le cataclysme du 4 août, tout se passe comme si rien n’avait changé dans le pays et que le spectre d’un effondrement total ne menaçait pas l’État et la société dans les tout prochains mois.

Ce constat montre, en soi, combien, malgré les cris lancés de toutes parts, une bonne partie de la classe dirigeante reste déconnectée des réalités ou alors continue d’espérer pouvoir échapper à telle ou telle réforme structurelle réclamée par la communauté internationale pour enclencher l’aide financière et économique en faveur du Liban. C’est, par exemple, le cas du camp présidentiel qui, rassemblé autour de sa locomotive, Gebran Bassil, se bat avec force et ferveur depuis des années pour empêcher que l’autorité de régulation projetée dans le domaine de l’électricité n’échappe à l’autorité du ministère de l’Énergie, alors que c’est l’une des toutes premières exigences des bailleurs de fonds. C’est aussi le cas d’autres protagonistes politiques, actuellement menés par le camp berryste, pour tenter de court-circuiter, ou au mieux de neutraliser une autre exigence, celle de l’audit projeté sur les comptes de la Banque du Liban.

Si la BDL était aujourd’hui une affaire gagnante, si l’électricité ne résumait pas à elle seule l’histoire de la déconfiture et de la faillite de l’État libanais, on aurait compris que des acteurs politiques souhaitent continuer à utiliser ces leviers d’influence pour en tirer une légitimité clientéliste. Mais dans l’état où ils sont !... À entendre cependant tous ces protagonistes rivaliser d’engagements pour ce qui est de leur intention de paver la voie à un gouvernement de réformes, on ne peut que se demander où donc se trouve l’erreur et pourquoi il ressort des tractations en cours que tout le monde ne s’écharpe que sur le nom du Premier ministre.

Lire aussi

Baabda fixe un « délai d’incitation » : des consultations parlementaires en fin de semaine ?

Le tandem chiite se dit pour un retour de Saad Hariri à la tête du gouvernement, alors que le président Michel Aoun et son alter ego, M. Bassil, n’en veulent pas. C’est aussi le cas des Forces libanaises de Samir Geagea, mais, semble-t-il, pour d’autres raisons. Quant aux joumblattistes, on ne comprend plus très bien ce qu’ils veulent ou ne veulent pas, pas plus que les groupes de la société civile d’ailleurs.

Tandem chiite contre Gebran Bassil ?

Osons un résumé de la situation : le président de la Chambre, Nabih Berry, en accord avec le Hezbollah, tente un forcing en faveur d’un gouvernement présidé par M. Hariri. M. Berry se rend à Baabda (vendredi dernier) pour en informer le chef de l’État et, indirectement, le leader du Courant patriotique libre. Les fuites dans la presse et les déclarations de responsables du tandem chiite, notamment le numéro deux du Hezbollah, Naïm Kassem, montrent pourtant que derrière la façade Saad Hariri, conçue ici comme une garantie de pacification de la rue sunnite, ni plus ni moins, on est toujours à la recherche d’un cabinet d’union nationale ou de quelque chose qui lui ressemble. Le but, évident, est, au pire, de diluer les responsabilités lorsqu’il sera question de prendre des mesures douloureuses pour les contribuables, les fonctionnaires, les retraités et autres catégories de la société ; et, au mieux, de les imputer toutes à… M. Hariri.

Mais au-delà, il y a l’incapacité totale, organique du Hezbollah, à sortir du schéma politique consensualiste établi par l’accord de Doha, en 2008, et qui a manifestement conduit à l’éclatement de la gouvernance au Liban. C’est cet éclatement qui est à l’origine de l’appel lancé par le président français Emmanuel Macron en faveur d’un nouveau pacte politique dans ce pays ; un appel à distinguer, bien sûr, des demandes répétées formulées à ce sujet par des personnalités politiques ou religieuses chiites, parce qu’à l’ombre du statut particulier et de l’arsenal du Hezbollah, elles ne peuvent apparaître aux yeux des autres parties que comme des tentatives revanchardes visant à consacrer une hégémonie.

Pour en revenir à la question gouvernementale, le chef du CPL tranche donc le problème dimanche en notifiant à M. Berry son rejet d’un retour de Saad Hariri à la tête du gouvernement. Des informations de presse font alors état de tentatives des milieux aounistes de trouver ici ou là de nouveaux Hassane Diab pour succéder à… M. Diab. Certes, le CPL est libre de formuler une préférence pour tel ou tel candidat à la présidence du Conseil, mais son attitude témoigne d’une tendance fâcheuse et récurrente à ne pas vouloir pour les autres ce qu’il veut pour lui-même. Ainsi, après avoir, avec l’aide du Hezbollah, bloqué la présidentielle pendant deux ans et demi pour imposer son point de vue selon lequel il faudrait, par conformité au pacte national, que le leader le plus populaire chez les chrétiens soit « élu » président de la République, il n’estime pas nécessaire d’appliquer le même critère à la communauté sunnite, sachant que ni la Constitution ni le pacte national ne disent rien à ce propos. À cela il faut ajouter le comportement de la présidence de la République qui, une nouvelle fois, contrevient aux règles constitutionnelles en retardant les consultations parlementaires contraignantes pour nommer un Premier ministre, s’adjugeant abusivement de ce fait les prérogatives de ce dernier pour ce qui est de la formation du gouvernement.

Ambiguïtés

Quant au rejet affiché par les FL d’une nomination de Saad Hariri à la tête du gouvernement, il n’est pas dépourvu d’ambiguïté. On sait que le parti de Samir Geagea s’est prononcé en faveur des demandes du mouvement de contestation et qu’il réclame un cabinet formé exclusivement d’experts indépendants pour mener à bien les réformes. Pourtant, à lire entre les lignes les déclarations et communiqués du parti et de ses responsables, on a le sentiment que les Forces libanaises ne s’opposeraient guère à toute formule de gouvernement ayant à sa tête M. Hariri. En d’autres termes, ce qui est clairement rejeté par Meerab, c’est un Hariri qui s’apparenterait à celui des trois premières années du mandat Aoun, le Hariri qui déclarait il y a encore un an et demi qu’il était lié au CPL de Gebran Bassil par un « mariage maronite ». En cela, on sait que la position des Forces libanaises est proche de celle des principaux bailleurs de fonds du Golfe, nommément l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Sur ce plan, l’intéressé entretient d’ailleurs lui-même une certaine ambiguïté, puisqu’à supposer même que le Hezbollah aille jusqu’à se rallier à sa condition d’un gouvernement d’experts sous sa présidence, il n’est pas sûr que Riyad et Abou Dhabi accepteraient de lui redonner un chèque en blanc sans une sérieuse remise en question de son modus vivendi avec le parti chiite (incluant une remise à la justice de « son » condamné par le Tribunal spécial pour le Liban, Salim Ayache). Alors à quoi bon ?

Lire aussi

Baabda fixe un « délai d’incitation » : des consultations parlementaires en fin de semaine ?

Il reste une semaine jusqu’au 1er septembre, date du centenaire du Grand Liban et de la seconde visite annoncée de M. Macron à Beyrouth pour constater l’état d’avancement des réformes… Si, au cours de cette semaine, les protagonistes politiques ne se rendent pas compte que la plateforme raisonnable et modérée présentée par la France est la seule actuellement disponible en vue de former un gouvernement ayant pour objectif d’entamer au plus tôt les réformes qui permettront de débloquer l’aide financière internationale, alors le Liban ira au-devant de périls de plus en plus graves.

Faudra-t-il que le paquet de pain passe à 15 000 livres pour que l’on commence à bouger ?


Les tractations politiciennes en cours autour de la genèse du prochain gouvernement donnent le sentiment qu’en dépit de l’extrême urgence de la situation et des critiques acerbes formulées contre le pouvoir libanais pour s’être dérobé à ses responsabilités politiques dans le cataclysme du 4 août, tout se passe comme si rien n’avait changé dans le pays et que le spectre...

commentaires (13)

Gouvernement a rien faire. Élections Anticipées de vrais députés. Le Fahmi est inquiet de l’argent à prévoir. Les libanais sont prêts à ne pas être payé et fournir des papiers et des crayons aux électeurs pourvu qu’on ne voit plus cette crasse politique avec un système informatique fiable parrainé par l’ONU.

Alors...

21 h 49, le 25 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Gouvernement a rien faire. Élections Anticipées de vrais députés. Le Fahmi est inquiet de l’argent à prévoir. Les libanais sont prêts à ne pas être payé et fournir des papiers et des crayons aux électeurs pourvu qu’on ne voit plus cette crasse politique avec un système informatique fiable parrainé par l’ONU.

    Alors...

    21 h 49, le 25 août 2020

  • Une chose encore, il faut arrêter de mettre les FL dans toutes les sauces juste pour couvrir ou justifier ce que les autres font mal. Celles-ci ont été créé pour défendre le pays et son peuple, tout son peuple, et non pas les Chias ou les Sunnas ou les Chrétiens seulement contrairement a TOUS les autres. Elles ont été celles qui ont enseigné au peuple Libanais que leur pays était de 10.452 Km2 et non pas Joumblatt, Hariri, Aoun, Berry ou Hassouna. Ce dernier, dans un de ses discours avait prétendu avoir vérifié si les 10.452 Km2 comprenaient Chebaa ou pas. En bref il ne le savait même pas! Mettez vous bien dans la tête que sans elles il n'y a pas de Liban alors que sans tous les autres le Liban prospérera comme jamais dans son histoire! Que cela plaise a certains ou pas!

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 23, le 25 août 2020

  • De grâce arrivons donc à un accord entre Libanais : effaçons, enlevons et oublions tout ce qui concerne cette clique réputée être au pouvoir. Ne les citons plus, oublions les et ne publions plus aucune interview, articles et n'importe lequel de leurs tweets et messages car ce ne sont qu'acides et poisons, dégradations de l'humain en nous et du patriote dans nos consciences. Que nos infos parlent de ceux qui travaillent à construire le pays, à soulager les blessés et les infortunés! Parlons de ces docteurs et nurses des secouristes et personnel medical, de ceux qui visitent les isolés et nécessiteux pour leur procurer aide et nourriture... Parlons de tout ça non pas pour adoucir notre trépas mais plutôt pour nous aider à resurgir Unis et prêt à prendre en charge la Patrie!!!

    Wlek Sanferlou

    14 h 11, le 25 août 2020

  • Vous faites deux erreurs dans votre analyse: 1- La position des forces Libanaises n'est nullement ambiguë. Son président a clairement répondu par plusieurs fois lors de son interview que son parti réclame un gouvernement totalement indépendant qui n'a aucune relation avec les partis traditionnels surtout ceux qui sont au pouvoir et ceux qui nous ont conduit a la situation actuelle. 2- La proposition de la France est voué a l’échec si elle n'inclue pas avant toute chose le désarmement du Hezbollah. ceci fait le pays s'en sortira en moins de deux!

    Pierre Hadjigeorgiou

    14 h 03, le 25 août 2020

  • "...et...pour faire quoi..." un soi-disant chef d'Etat qui se laisse mener par le bout du nez par son gendre...qui, lui...se conforme aux ordres du parti divinement guidé par le grand Manitou à Téhéran...? Tout cela pour rester assis sur un fauteuil défoncé par une réputation de plus en plus noire, ainsi que par le rejet d'une grande partie du peuple libanais...? -Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 04, le 25 août 2020

  • Effectivement, pour faire quoi? Pour tourner en rond, comme d'habitude!

    Georges MELKI

    10 h 25, le 25 août 2020

  • SANS HARIRI CE SERAIT UN GOUVERNEMENT A LA DIAB ECHOUE A L,AVANCE. AVEC HARIRI QUE CE SOIT UN GOUVERNEMENT D,UNION NATIONALE COMPOSE D,EXPERTS OU UN GOUVERNEMENT DE TECHNOCRATES INDEPENDANTS... CE DERNIER EST PREFERE... CE SERAIT UN GOUVERNEMENT QUI INSPIRERAIT LA CONFIANCE AUX PAYS AMIS, DONATEURS ET INVESTISSEURS QUI VEULENT AIDER LE LIBAN ET FINANCER LES REFORMES TANT ATTENDUES. LES BOYCOTTEURS DEVRAIENT EN ETRE EXCLUS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 29, le 25 août 2020

  • Nos "dirigeants" semblent jouer à un jeu d'échec. Ces dirigeants sont tous des piètres joueurs de ce jeu et la patience des Libanais à atteint la limite au delà du raisonnable. Les demandes de réformes , formulées par la communauté internationale reviennent comme un leitmotiv. On peut penser et souhaiter qu'ils (les donateurs étrangers) sauront tirer les conclusions de ce chaos d'inconséquences et prendront les mesures autrement plus "sévères" parce que quoi que l'on dise tous les irresponsables politiques chez nous, doivent rendre des comptes à une puissance extérieure . La présidence de la république en dépit d'un événement aux conséquences particulièrement graves, voire irréparables n'a toujours pas lancé ces fameuses consultations parlementaires, le gendre qui se croit tourmenté sans relâche, par des traitements injustes, et cruels, menace de poursuivre la terre entière, le chef des FL qui ne vaut guère mieux, en raison déjà du fait d'avoir avalisé l'accession à la présidence, du locataire actuel , en "face" l'ancien et "futur" premier ministre qui est autant responsable de la situation actuelle et enfin de la puissance, actuelle dominante, qui cherche par tous les moyens à amortir les mesures prises contre elle à l'étranger.

    c...

    08 h 05, le 25 août 2020

  • " tout se passe comme si rien n’avait changé dans le pays et que le spectre d’un effondrement total ne menaçait pas l’État et la société dans les tout prochains mois.". Ils en sont encore à gratter le sol comme des poules et chercher s'il n'y a pas encore quelque chose à grapiller. Sourds, aveugles, mais pas tout à fait muets, malheureusement!

    Yves Prevost

    07 h 59, le 25 août 2020

  • Quoiqu'on fasse, on n'aura jamais qu'un gouvernement de cleptocrates. C'est dans nos gènes...

    Gros Gnon

    04 h 25, le 25 août 2020

  • Rien ne fera bouger ces crapules soyez en sûr. Même si Dieu lui-même descendait sur terre pour le leur demander. Le peuple dans son ensemble doit continuer à descendre dans la rue et les bailleurs de fonds internationaux (Occident mais surtout pays arabes) devraient mettre la pression sur l’armée quitte à soudoyer beaucoup de soldats dont les salaires fondent comme neige au soleil pour leur faire quitter le navire qui coule ou encore mieux les encouragerait à faire un coup d’état. Je suis conscient que cela est dangereux et n’est pas une bonne solution mais c’est la moins mauvaise sinon dans 1 an on parlera du Liban comme de la Somalie un état failli, en faillite dont la population est exsangue et qui meurt de faim.

    Liban Libre

    02 h 56, le 25 août 2020

  • Trois questions très pertinentes ont été posées dans cet article. 1- Que veut la société civile? 2- Un nouveau gouvernement, pour faire quoi? Et 3- Où est l’erreur? Voici trois réponses toutes simples: 1- La société civile veut exercer son droit de « vivre » et de « respirer » (en paix)! Elle veut donc voir le dos de toute la clique politico-mafieuse actuelle (enfants et proches inclus biensûr). 2- « Ils » cherchent à former un gouvernement pour faire ce qu’ils font d’habitude, étouffer toute responsabilité et donc tout espoir de réforme car il reste à se partager les biens de l’Etat encore. 3- L’erreur est de confier la solution à ceux qui sont (et ont toujours été) le problème.

    Fady Abou Hanna

    02 h 36, le 25 août 2020

  • Sage lecture de la situation... Mias hélas, lequel de tous ces leaders acceptera de se faire hara-kiri au bénéfice du Liban? Aucun! Il y a eu comité pour la reconstruction, parrainée par plusieurs instances dont MM. Jad Tabet et Melhem Kahlaf... qui de ces zozos au pouvoir (ou en coulisses, du pareil au même) a daigné les appuyer? Personne! «Aides-toi et le Ciel t'aidera» n'a jamais été aussi évident!!!

    Christian Samman

    02 h 16, le 25 août 2020