Rechercher
Rechercher

Liban

Berry et Bassil réclament la formation rapide d'un nouveau gouvernement

Le climat général est à la formation d'un cabinet d'union nationale, selon des sources de notre correspondante à Baabda Hoda Chedid.

Berry et Bassil réclament la formation rapide d'un nouveau gouvernement

Le Grand Sérail, siège de la présidence du Conseil, à Beyrouth. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Courant patriotique libre de Gebran Bassil et le groupe parlementaire affilié au président du Parlement Nabih Berry, deux des principaux parrains du gouvernement de Hassane Diab qui a démissionné lundi soir, ont appelé mardi à la formation rapide d'un nouveau cabinet. Le chef de l'Etat, Michel Aoun, qui a accepté la démission du gouvernement Diab chargé à présent d'expédier les affaires courantes, n'a pas encore fixé de date pour les consultations parlementaires contraignantes afin de laisser, selon certains milieux, le temps aux formations politiques de s'entendre.

Lundi soir, Hassane Diab avait annoncé la démission de son gouvernement, après le départ de plusieurs membres de son équipe sous la pression de la rue qui accuse la classe politique d'être responsable de l'explosion dévastatrice au port de Beyrouth mardi dernier qui a fait plus de 160 morts et des milliers de blessés.

L'édito de Issa Goraïeb

Le syndrome des hauteurs

"Maintenant que le cabinet a démissionné, la priorité est de former rapidement un gouvernement productif et efficace, et de restaurer la confiance en l'Etat", a écrit dans la journée sur Twitter le chef du CPL, Gebran Bassil, l'une des figures politiques les plus conspuées par la rue et gendre du chef de l'Etat et fondateur du CPL, Michel Aoun. "Nous, au CPL, serons les premiers à faciliter les choses et à coopérer", a-t-il ajouté.

A l'issue de sa réunion hebdomadaire, le groupe parlementaire aouniste a également appelé à la formation d'un gouvernement "productif et efficace qui concentre son attention sur la résolution des crises, financière, économique et sociale, que traverse le Liban". "Nous ferons tout pour faciliter la naissance du nouveau cabinet et serons en première ligne de la coopération pour y parvenir", ajoute le communiqué des députés aounistes.

De son côté, le groupe parlementaire de Nabih Berry, qui forme avec le Hezbollah le tandem chiite, a appelé lors d'une réunion à Aïn el-Tiné à la formation rapide d'un gouvernement "rassembleur", au vote d'une nouvelle loi électorale avec le Liban comme circonscription unique sans contrainte communautaire, ainsi qu'à la formation d'un Sénat représentant les différentes communautés du pays, comme le prévoit l'accord de Taëf.

"Il faut un gouvernement qui traite de la situation économique, s'occupe de la reconstruction de Beyrouth et mette en œuvre des réformes. Je n'ai pas de candidat au poste de Premier ministre ni de conditions pour y participer, et je me coordonnerai avec M. Berry", a déclaré le leader druze Walid Joumblatt depuis Aïn el-Tiné. "Malgré l'énormité de la douleur, il y a un risque de propagation de l'épidémie du coronavirus et les hôpitaux sont incapables d'accueillir (tous les patients)", a-t-il ajouté.

Lire aussi

Législatives anticipées : une brèche... en attendant la victoire

Concernant la double explosion au port de Beyrouth qui a ravagé la capitale libanaise la semaine dernière, le bloc a appelé les autorités judiciaires chargées de l'enquête à "œuvrer pour découvrir la vérité complète et à punir toutes les personnes impliquées dans ce dossier, directement responsables ou coupables de négligence, quelle que soit leur fonction".

Dès lundi soir, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, avait appelé le Liban à la "formation rapide d'un gouvernement qui fasse ses preuves auprès de la population".

Lire aussi

Diab démissionne... et après ?

Selon les observateurs, deux personnalités font figure de favoris pour devenir le chef du prochain gouvernement. Il s'agit de l'ex-Premier ministre Saad Hariri, poussé à la démission il y a plusieurs mois à la faveur du soulèvement populaire, et l’ancien représentant du Liban aux Nations unies Nawaf Salam. Citant des sources politiques, le quotidien al-Akhbar, proche du Hezbollah, assure que les États-Unis, l'Arabie saoudite mais aussi la France poussent pour la nomination de M. Salam, qui a également occupé les fonctions de juge à la Cour internationale de justice (CIJ). à la tête d'un "gouvernement neutre".

La position de Aoun
Selon des sources citées par notre correspondante à Baabda Hoda Chedid, les concertations politiques autour de la formation du prochain cabinet ont débuté. Dans ce contexte, le chef de l’État souhaiterait la formation d'un gouvernement le plus rapidement possible. Selon ces sources, ces concertations sont nécessaires avant la tenue des consultations parlementaires afin que les chefs des groupes parlementaires arrêtent leur choix, ajoutant qu'il était encore trop tôt pour parler de l'identité du prochain Premier ministre.

Réagissant aux bruits selon lesquels le président serait d'accord pour que Nawaf Salam préside le prochain gouvernement, ces sources indiquent que le climat général est à la formation d'un gouvernement d'union nationale, mais le format du prochain cabinet, son rôle et sa mission ne peuvent être tranchés avant que soit pris le pouls des différents blocs parlementaires. Ces sources indiquent également que Michel Aoun et son homologue français Emmanuel Macron avaient insisté lors de leur entretien à Baabda jeudi dernier, dans le cadre de la visite du président français au Liban, sur la formation d'un gouvernement d'union, assurant qu'aucun nom n'avait été évoqué. Sur un éventuel veto de Michel Aoun à un retour de Saad Hariri à la tête du gouvernement, ces sources précisent que le chef de l'Etat respecte la Constitution et attendra les résultats des consultations parlementaires.

Fortement mobilisée pour apporter des aides d'urgence aux Libanais après la tragédie, la communauté internationale réclame également des réformes structurelles dans un pays déjà éprouvé par une crise économique aiguë.

Dans ce contexte, l'ancien ministre Wi'am Wahhab a fait état sur Twitter d'une "pression internationale en faveur d'un gouvernement de sauvetage économique". "Ceux qui ne faciliteront pas sa formation s'exposent à des sanctions américano-européennes et au gel de leurs comptes", ajoute M. Wahhab.

Lors de sa visite au Liban jeudi dernier, M. Macron a affirmé lors d'une conférence de presse à la Résidence des Pins qu'il n'excluait pas des sanctions contre les responsables politiques libanais qui s'obstineraient à s'opposer aux réformes réclamées par le peuple et la communauté internationale. 

La colère des Libanais ne semblait pas retomber au lendemain de la démission du gouvernement, une réaction jugée insuffisante à la catastrophe du port de Beyrouth et au rejet de l'ensemble d'une classe politique considérée comme corrompue et coupable des multiples crises dont souffre le pays. Une manifestation avec pour mot d'ordre "Enterrez d'abord les autorités" est prévue en fin d'après-midi près du port, où ont explosé le 4 août quelque 2.750 tonnes de nitrate d'ammonium.


Le Courant patriotique libre de Gebran Bassil et le groupe parlementaire affilié au président du Parlement Nabih Berry, deux des principaux parrains du gouvernement de Hassane Diab qui a démissionné lundi soir, ont appelé mardi à la formation rapide d'un nouveau cabinet. Le chef de l'Etat, Michel Aoun, qui a accepté la démission du gouvernement Diab chargé à présent d'expédier les...

commentaires (33)

Berri et Bassil , serpent à 2 tetes

Robert Moumdjian

22 h 52, le 12 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (33)

  • Berri et Bassil , serpent à 2 tetes

    Robert Moumdjian

    22 h 52, le 12 août 2020

  • Berry et Bassil réclament la formation rapide d'un nouveau gouvernement BELOTTE et REBELOTTE

    youssef barada

    23 h 21, le 11 août 2020

  • Belotte et re-belotte!!! On change de chemise mais on pue toujours autant... Deux des parrains du gouvernement fantoche, se remettent à l'oeuvre... Gebran espérant réintégrer la bande des pantins par la porte arrière? et Nabih, consildant son emprise presque éternelle sur la Chambre??? À moins d'un séisme politique qui mettra à plat le Hezb et son armée, rien à espérer... C'est triste à dire, mais si ce soit-disant gouvernement d'unité nationale avec les mêmes joueurs revient, l'émigration reprendra de plus belle... N'Ets-ce pas lè ce qu'a dit un jour Hassn Nasrallah: «qui n'est pas content ici, qu'il quitte» propos appuyés, hélas par le président Michel Aoun? Espoir, résiliation ou résignation???

    Christian Samman

    22 h 54, le 11 août 2020

  • Chou Berri wou Bassil. En fait on se moque de nous. Ils vont encore mettre des pantins au gouvernement. No way qu'on accepte. Faut se réveiller !!!

    aouad myriam

    21 h 48, le 11 août 2020

  • Et l'annonce importante du Hakim qui devait avoir lieu dans "quelques heures"... on attend. C'est pour le gouvernement ou c'est pour le principe et l'honneur des députés en les faisant démissionner?

    Sybille S. Hneine

    20 h 39, le 11 août 2020

  • On ne doit plus entendre parler des deux Ali Baba

    Eleni Caridopoulou

    19 h 07, le 11 août 2020

  • Sans strategie de défense et la remise des armes à l’armée toute nouvelle tête au parlement seront vite bouffer par les vieux de la vieille

    Bery tus

    18 h 51, le 11 août 2020

  • Vite vite un nouveau gouvernement que nous puissions modeler à notre guise pour éviter les poursuites et continuer à s’en mettre plein les poches avant que ces empêcheurs de tourner en rond ne trouvent moyen de nous renverser....

    Bashir Karim

    18 h 07, le 11 août 2020

  • BASSIL VEUT FACILITER ET COOPÉRER...DONC IL AVOUE QU'IL N'A JAMAIS FACILITER NI COOPÉRER...IL S'EST TOUJOURS S'IMPOSÉ PAR LA FORCE DU HEZBOLLAH. IL N'A PAS HONTE IL VEUT JAMAIS RECULER, C'EST FOU COMME PERSONNAGE !. IL NE VOIT QUE LUI ET LUI SEUL...SANS PITIÉ MALGRÉ TOUT CE LE PEUPLE SUBIT. IL FAUT TROUVER ENFIN LA SOLUTION POUR ARRÊTER CE MONSTRE.

    Gebran Eid

    18 h 06, le 11 août 2020

  • • Hariri et les politiciens OUT....Salam et les vrais technocrates indépendants IN • Remise des armes de la discorde à l’armée afin d’éviter une guerre Israélienne et de protéger le Liban et ses habitants qui n’ont rien demandé et n’en ont rien à cirer des rêves de grandeur de Nasrallah • Reprises des négociations avec le FMI et mise en place de vrais reformes contres des aides à savoir : a)) Licenciement des fonctionnaires improductifs, b) Reforme de l’électricité en laissant tomber les projets foireux et désastreux pour les finances publiques comme Selaata c) Contrôle rigoureux des frontières surtout avec la Syrie et arrêt de la contrebande • Loi électorale avec petites circonscription et vote UNINOMINALE comme dans tous les pays civilisés et afin que le député soit vraiment connu et proche de ses électeurs. Élection d’un NOUVEAU président de la chambre issu de la nouvelle majorité avec un maximum de 2 mandats consécutifs Nouveau gouvernement issu des élections appuyé par la chambre et formation d’une vraie opposition • Demande légale du nouveau gouvernement de poursuivre tous les politiciens malfrats et ce quel que soit leurs rangs • Vendre des actifs de l’état pour couvrir le reste et libération de l’argent des déposants dans les banques libanaises. • Abolition du confessionnalisme politique une fois pour toute et déclaration de la neutralité libanaise sous protection de l’ONU

    Liban Libre

    17 h 45, le 11 août 2020

  • Ceux qui ont démissionné du Parlement ont été perçus comme des personnes de principes et d'honneur. Svp les autres pourriez faire de même. Svp les leaders éternels sortez vos députés. Tout doit être revu.

    Sybille S. Hneine

    17 h 20, le 11 août 2020

  • Svp ne recyclez pas ceux des 30 dernières années. Ne nous ressortez pas les éternels mêmes candidats. Ou quand un un père un frère un fils un neveu une tante etc... peuvent en cacher un autre. Du neuf.

    Sybille S. Hneine

    17 h 17, le 11 août 2020

  • I-Hariri et les politiciens OUT....Salam et les vrais technocrates indépendants IN. II- Remise des armes de la discorde ax l’armee afin d’eviter une guerre Israelienne et de proteger le Liban et ses habitants qui n’ont rien demande et n’en ont rien a cirere des reves de grandeur de Nasrallah III- reprises des négociations avec le FMI et mise en place de vrais reformes contres des aides az savoir : a)) Licenciement des fonctionnaires improductifs, b) Reforme de l’électricité en laissant tomber les projets foireux et désastreux pour les finances publiques comme Selaata c) Contrôle rigoureux des frontières surtout avec la Syrie et arrêt de la contrebande IV- Loi électorale avec petites circonscription et vote UNINOMINALE comme dans tous les pays civilisés et afin que le député soit vraiment connu et proche de ses électeurs. V- Nouveau gouvernement issu des élections appuyé par la chambre et formation d’une vraie opposition VI- Demande légale du nouveau gouvernement de poursuivre tous les politiciens malfrats et ce quel que soit leurs rangs VII- Vendre des actifs de l’état pour couvrir le reste et libération de l’argent des déposants dans les banques libanaises. VIII- Abolition du confessionnalisme politique une fois pour toute et déclaration de la neutralité libanaise sous protection de l’ONU

    Liban Libre

    17 h 07, le 11 août 2020

  • Et Berri continue à vouloir imposer sa loi, son premier ministre, son calendrier. Dire qu’on reparle de SH. C dire si ces gens-là sont sourds et aveugles.

    Marionet

    17 h 06, le 11 août 2020

  • On n'a pas entendu le son de leur voix depuis le désastre que nous avons vécu, pas un mot de compassion, pas le moindre commentaire et là, tout d'un coup, ils ressortent comme par magie : "chouette, on va pouvoir retrouver nos places"!!! C'est un vrai cauchemar...

    NAUFAL SORAYA

    16 h 47, le 11 août 2020

  • Tout ça pour ça ??? Pour un gouvernement d'union nationale ??? Quelle HONTE !!! Pauvre Liban, pauvres libanais !!! On n'a même plus envie de venger les morts ! On en arrive même à les envier !!! Qu'ils soient au paradis ou en enfer, ils sont déjà dans un monde meilleur car ils n'auront plus à subir souffrance et humiliation d'un gouvernement d'union nationale. J'admire ce peuple qui souffre depuis 45 ans. J'admire sa patience. J'admire sa résilience. Je sais cher peuple qu'il t'arrive d'appeler la mort au secours. Mais comme dans la fable de La Fontaine, lorsque la mort arrive, tu lui demandes de t'aider à recharger ton fardeau...je sais, cher peuple, que tu as soif de justice. Heureux les affamés et les assoiffés de justice car ils seront rassasiés.

    Haddad Fadi

    16 h 42, le 11 août 2020

  • " le format du prochain cabinet, son rôle et sa mission ne peuvent être tranchés avant que soit pris le pouls des différents blocs parlementaires " Et ça recommence. C'est à ne rien comprendre à ces gens là. Ça fait 30 ans qu'ils se relayent pour ruiner le pays et affamer les gens et aujourd'hui on reprend les mêmes et on recommence. Mais où est la pudeur de ces gens là ? Où se trouve leur intelligence, si intelligence ils ont? Ils n'ont pas compris que les gens ne peuvent plus les renifler et qu'ils leur demande de dégager, et loin. Mon seul souhait c'est que les gens finissent par comprendre que voter à celui qui le case dans un travail pépère ou lui facilite une affaire compliquée ou qu'il soit de sa religion n'est pas forcément la personne recherchée pour un réel changement. Que toutes celles et tous ceux qui ont soufferts durant ces longues années comprennent qu'on élise pas un homme politique à coups de dollars.

    Citoyen

    16 h 24, le 11 août 2020

  • Ils existent encore ceux-là??

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 14, le 11 août 2020

  • On lui siffle des rumeurs à Hoda Chedid, et elle reporte comme des vérités. Un gouvernement capable de lancer les réformes, sinon, il vaut mieux ne rien faire.

    Chahine

    16 h 08, le 11 août 2020

  • Quand ceux qui ont bloqué Hassan Diab parlent de nouveau gouvernement dans les plus bref délais, c’est qu’il prêt ; dans leur tête au moins. Que la majorité et opposition sachent que la fin de la récréation a sonné. L’assemblée nationale sera dissoute et il n’y aura pas d’élections anticipées. Le nouveau gouvernement sera neutre et conduit pas un neutre. Il aura un pourvoir législatif. Il préparera une nouvelle loi électorale pour 2022 ou 2023. C’est la seule porte de sortie. Et ceux que cela ne leur plait pas, alors bas les masques.

    PPZZ58

    16 h 03, le 11 août 2020

  • VOUS AU CPL : Vous la fermez. Vous restez dans votre coin et laissez faire les grands. Les bébés incompétents. Ca va. On a la dose. Restez de côté. Surtout que vous dites qu'on ne vous a pas laissé travaillé. Ok restez de côté et laissez faire les gens intelligents.

    RadioSatellite.co

    15 h 53, le 11 août 2020

  • M NAWAF SALAM Excellent Choix. Oui. Depuis le début, nous le demandons. Les révolutionnaires le demandent. Le hezbollah a refusé parce que M Salam a des c...lles et sait dire NON. Alors que celui qui vient de dégager hier, est choisi par la bande à Hassoun le planqué et il ne sait pas dire "non" à ses maîtres tout en réclamant son Million de l'AUB. Il ne sait qu'accuser ( je ne sais qui de je ne sais quoi et n'importe quand aussi bien que n'importe comment : Sans y comprendre). Bref OUI à M NAWAF SALAM

    RadioSatellite.co

    15 h 52, le 11 août 2020

  • Vous n'avez rien a réclamer , C'est le peuple et le peuple seul qui réclame Au nom du peuple, Dégager! DEHORS !, avant que le peuple aie votre peau

    Aboumatta

    15 h 47, le 11 août 2020

  • Le premier tri pour sélectionner des ministres devrait tourner autour de la question suivante: savait-il/elle que le nitrate explosif était stocké au port ou pas? Ceux qui savaient ne devraient plus être en charge de poste publics.

    MGMTR

    15 h 33, le 11 août 2020

  • CPL, Amal, Hezbollah, bouclez-la et dégagez. Les libanais vous vomissent.

    Remy Martin

    15 h 30, le 11 août 2020

  • Les libanais ne veulent pas d'un "gouvernement d'union nationale " à la libanaise, c'est-à-dire un panier de crabes. Ils veulent un gouvernement APOLITIQUE. Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Hariri est, de ce fait exclu. Nawaf Salam pourrait être un bon choix. D'ailleurs, le fait qu'il n'ait pas l'heur de plaire à Nasrallah, lequel s'était vanté d'avoir fait obstacle à sa nomination, la dernière fois, devrait suffire à le rendre sympathique.

    Yves Prevost

    15 h 06, le 11 août 2020

  • "Nous, au CPL, serons les premiers à faciliter les choses et à coopérer". Surtout qu'il ne s'en mêle pas ! Sinon, on en a encore pour 3 mois !

    Yves Prevost

    15 h 00, le 11 août 2020

  • Pas de gouvernement d union nationale Il n y a pas d union nationale . Comment éloigner Berri et Bassil d imposer leurs lèche- culs On apprend d une ministre sortante que Le gendre présidait des réunions secrètes de l ‘ancien gouvernement en l ‘ absence de Hassan Diab..!!!!!!!!!!!.. Ca nous donne une idée de ce qui s’ en suivrait.

    Robert Moumdjian

    14 h 39, le 11 août 2020

  • Par pitié, faites taire Berry le CPL et le HEZB , épargnez nous leurs, soit disant, exigences ! C'est le peuple et la communauté internationale qui dirige à partir de maintenant...... Et que les pro assassins ne me parlent pas de libre opinion, Hitler avait aussi sa propre opinion !!!!!!! Soyez tous maudits !

    Cabbabe Nayla

    14 h 29, le 11 août 2020

  • Ils ne comprennent vraiment rien. Personne ne souhaite qu'ils facilitent, s'ils le font c'est à nouveau la même sauce. Qu'ils s'écartent uniquement... Et avec eux sa majesté PharAoun 1er

    Bashir Karim

    14 h 27, le 11 août 2020

  • A Caque occasion qui se présente et quelque soit son degré de gravité, ce sont, comme par hasard, toujours les mêmes qui se précipitent pour faire des déclamations concernant leur attachement au pays et à sa souveraineté alors qu’ils sont honnis par le peuple et désignés comme étant les fossoyeurs de la nation. AUCUNE RETENUE, AUCUNE DÉCENCE.

    Sissi zayyat

    14 h 27, le 11 août 2020

  • Déclarations de sangsues et de tiques affamées du sang des libanais. KELLOUN...

    Wlek Sanferlou

    14 h 21, le 11 août 2020

  • "... "Nous, au CPL, serons les premiers à faciliter les choses et à coopérer" ...". Comprendre: tous ceux qui ne seront pas d’accord avec nos exigences seront accusés de compliquer les choses et de ne pas coopérer...

    Gros Gnon

    14 h 14, le 11 août 2020