Rechercher
Rechercher

Crise politique

Les démissions parlementaires et ministérielles pleuvent...

Manal Abdel Samad et Damien Kattar claquent la porte du cabinet.

Les démissions parlementaires et ministérielles pleuvent...

Hassane Diab adressant son message aux Libanais, samedi. Photo ANI

Après la double explosion qui a secoué Beyrouth mardi soir, les démissions pleuvent aussi bien au Parlement qu’au gouvernement. L’heure du départ a-t-elle ainsi sonné pour le cabinet de Hassane Diab ? La question se pose dans les milieux politiques au vu de la volonté de plusieurs de ses membres de jeter l’éponge, à la suite de la tragédie.

C’est la ministre de l’Information, Manal Abdel Samad, qui a ouvert le bal hier en annonçant son départ. Dans une déclaration à la presse, elle a présenté ses « excuses » aux Libanais, « dont nous n’avons pas réalisé les aspirations ». « Le changement est resté loin », a-t-elle ajouté.

Quelques heures plus tard, c’était au tour du ministre de l’Environnement et du Développement administratif, Damien Kattar, proche du chef du gouvernement Hassane Diab, de présenter sa démission écrite au Premier ministre. Motivant sa décision, il a fait savoir que des amis de ses enfants ont péri suite à la double explosion du port, et qu’il ne pouvait plus continuer à assumer ses responsabilités de ministre. Son collègue de l’Économie Raoul Nehmé, perçu comme gravitant dans l’orbite du Courant patriotique libre, a manifesté lui aussi sa volonté de rendre son tablier. Il s’est entretenu à cette fin au Sérail avec Hassane Diab hier, mais ne l’a pas présentée en attendant le Conseil des ministres aujourd’hui à Baabda.

L'édito d'Emilie SUEUR

Nettoyer enfin les écuries d’Augias

Entre-temps, M. Diab a tenu une réunion avec plusieurs ministres, pour discuter de la possibilité d’une démission collective du gouvernement à l’issue de la séance ministérielle. Une façon pour le Premier ministre d’éviter une chute de son équipe lors des séances parlementaires prévues jeudi au palais de l’Unesco, et consacrées à l’attentat du port de Beyrouth.

À l’issue de la réunion, le ministre de l’Industrie Imad Hoballah (Hezbollah) et sa collègue du Travail Lamia Yammine (Marada) ont assuré que le gouvernement ne démissionnera pas. M. Hoballah traduisait ainsi la position du Hezbollah, principal parrain du cabinet Diab. Dans certains milieux proches du parti chiite, on estime que toute démission en ces temps difficiles n’est qu’une fuite en avant et un acte faisant preuve de « manque du sens des responsabilités ». À son tour, la ministre de la Justice Marie-Claude Najm a refusé de démissionner, l’alternative au gouvernement actuel étant selon elle absente.

Lire aussi

Législatives anticipées : une brèche... en attendant la victoire

Ce veto du Hezbollah rendrait difficile une démission de Hassane Diab et son équipe, comme le veut mouvement de contestation, mais aussi les autorités religieuses. Dans son homélie dominicale à Dimane, hier, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a ouvertement plaidé pour le départ de la Chambre et du gouvernement. « Les démissions des députés et ministres ne suffisent pas. Il faut arriver au départ du gouvernement dans son ensemble, dans la mesure où il est incapable de redresser le pays, et d’organiser des élections législatives anticipées au lieu d’une Chambre qui ne fonctionne plus », a-t-il déclaré.

De son côté, le métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Mgr Élias Audi, ne s’est pas clairement prononcé en faveur d’une démission du gouvernement ou de la Chambre. Mais, dans son homélie, il n’a pas manqué de décocher ses flèches en direction des « responsables politiques ». « Dans un pays qui se respecte, un responsable qui n’accomplit pas ses devoirs, ou manque à ses responsabilités démissionne », a-t-il tonné.

Les FL, le PSP et le Futur

Sauf que Hassane Diab ne semble pas l’entendre de cette oreille. S’il exclut la démission, il s’efforce de multiplier les signaux positifs tant en direction de la communauté internationale qu’à l’adresse du mouvement de contestation. Dans la foulée des affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre, samedi au centre-ville, M. Diab a adressé un message à la nation dans lequel il a estimé que « le seul moyen de sortir le pays de sa crise structurelle réside dans la tenue de législatives anticipées pour générer une nouvelle classe politique et un nouveau Parlement ». Et d’accorder un délai de deux mois aux protagonistes pour s’entendre sur la prochaine phase.

Le billet de Julien Ricour-Brasseur

Beyrouth, de chair et en sang

Au-delà de l’insistance du Premier ministre à conserver son poste, les cercles de l’opposition estiment que la décision politique de tourner la page Diab est prise, et que le tandem chiite, ou pour le moins le mouvement Amal du président de la Chambre Nabih Berry, ne seraient plus attachés au maintien du cabinet. Entre-temps, M. Diab se serait accordé ce délai de deux mois en attendant les résultats de la présidentielle américaine, prévue en novembre prochain.

Quoi qu’il en soit, plusieurs députés ont manifesté durant le week-end écoulé leur volonté de jeter l’éponge. Après Marwan Hamadé, le chef des Kataëb Samy Gemayel a annoncé samedi sa démission et celle de ses deux collègues Nadim Gemayel (Beyrouth) et Élias Hankache (Metn).

Paula Yacoubian (Beyrouth), représentant la société civile, a déclaré samedi qu’elle compte présenter sa démission aujourd’hui, exhortant dans un tweet ses collègues à agir de même. La veille, Michel Daher (Zahlé) avait claqué la porte du groupe parlementaire aouniste, tendant la main aux députés indépendants pour « tenter de réaliser un changement », à défaut duquel, a-t-il dit, il abandonnerait son siège parlementaire, comme il l’a annoncé sur son compte Twitter. Michel Moawad (Zghorta), qui avait lui aussi claqué la porte du groupe aouniste, a annoncé hier dans une conférence de presse sa démission du Parlement, après avoir entendu « les cris des gens », comme il l’a souligné.

Plus tôt dans la journée, Neemat Frem, député du Kesrouan, avait pris la même décision, déclarant à Dimane qu’il ne se rendra au Parlement que pour voter la dissolution. Son collègue Chamel Roukoz, gendre de Michel Aoun, devrait se décider à l’issue d’une réunion regroupant plusieurs députés aujourd’hui. Il convient de signaler qu’au niveau administratif, Gaby Ferneiné, membre du conseil municipal de Beyrouth, a renoncé à son siège.

Les regards sont maintenant braqués sur les ténors de l’opposition, à savoir le courant du Futur, les Forces libanaises et le Parti socialiste progressiste, qui multiplient leurs contacts en vue de presser dans le sens de législatives anticipées. Le chef druze Walid Joumblatt a cependant exclu une fois de plus, dans une interview à la chaîne al-Hurra, une démission de son groupe parlementaire, appelant en revanche au départ du cabinet. Une rencontre à cet effet s’est déroulée hier à la Maison du Centre entre le leader du Futur Saad Hariri et Melhem Riachi, en sa qualité d’émissaire du chef des FL Samir Geagea. Sans attendre les résultats de cette dynamique, Dima Jamali (Futur, Tripoli) et Henri Hélou, député joumblattiste de Baabda, présenteront leurs démissions aujourd’hui à la Chambre.


Samy Gemayel lors des funérailles du secrétaire général des Kataëb, Nazar Najarian.

Samy Gemayel : « Nous ne voulons plus servir de feuille de vigne au Parlement »

Les trois députés du parti Kataëb, Samy Gemayel, Nadim Gemayel et Élias Hankache, ont présenté samedi leur démission, estimant qu’ils ne peuvent plus tolérer une action parlementaire qu’ils jugent inefficace et qu’ils critiquent depuis longtemps.

Le chef des Kataëb Samy Gemayel a choisi d’annoncer sa démission et celle des deux autres députés membres de son parti, Nadim Gemayel et Élias Hankache, lors des funérailles du secrétaire général Nazar Najarian, tenues après une réunion du bureau politique des Kataëb. « Nous ne voulons plus servir de feuille de vigne au Parlement. Nous choisissons la confrontation », a martelé M. Gemayel, refusant de « jouer le rôle de faux témoins ». « Nous avons fait de multiples tentatives, notamment la collecte de dix signatures de députés pour réclamer une séance consacrée aux questions au gouvernement, l’organisation d’une démission collective, ou encore la réduction du mandat de la Chambre, mais nous n’y sommes pas parvenus », a-t-il déploré. Et de lâcher: « Ce Parlement ne produit rien et ne bâtit pas un avenir. » Quelques minutes après la cérémonie funéraire, Nadim Gemayel a publié sur son compte Twitter sa lettre de démission adressée au président du Parlement Nabih Berry, assortie d’un commentair: « Les institutions publiques, improductives et dominées par les armes, ne représentent plus mes ambitions et celles des électeurs qui m’avaient donné leur confiance pour les représenter. » Interrogé par L’Orient-Le Jour pour savoir si la démission ne constitue pas une sorte d’abdication, il répond qu’il poursuivra son « action politique et nationale aux côtés du peuple qui souffre », sa présence dans l’hémicycle étant devenue inutile. Dans une conférence de presse tenue un peu plus tard, il a tiré à boulets rouges sur le pouvoir, dénigrant la création par le gouvernement d’une commission d’enquête sur la catastrophe du 4 août. « Comment l’armée va enquêter, alors qu’elle était en charge du port et savait ce qui s’y trouvait ? » a-t-il fulminé, avant de lancer : « L’État et les institutions publiques sont vides, et le système politique dans lequel nous avions confiance a failli. » Dans des propos très véhéments, il a prié Dieu de « prendre les dirigeants et (d’) éloigner leurs faces maléfiques pour que le peuple libanais puisse se relever ». « Ils s’en iront dans l’humiliation », s’est-il dit convaincu.


Après la double explosion qui a secoué Beyrouth mardi soir, les démissions pleuvent aussi bien au Parlement qu’au gouvernement. L’heure du départ a-t-elle ainsi sonné pour le cabinet de Hassane Diab ? La question se pose dans les milieux politiques au vu de la volonté de plusieurs de ses membres de jeter l’éponge, à la suite de la tragédie.

C’est la ministre de...

commentaires (14)

On sentait bien que ces dames ruaient dans le brancard... Un petit merci à Mme Abdel Samad d'avoir ouvert le bal.

Desperados

17 h 47, le 10 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • On sentait bien que ces dames ruaient dans le brancard... Un petit merci à Mme Abdel Samad d'avoir ouvert le bal.

    Desperados

    17 h 47, le 10 août 2020

  • Attention je n’accuse l’armée de quoi que se soit tout ce que je voulais dire c’est que si l’armée prend le contrôle .. comme le hezb a aussi une branche armé elle vas se positionner en renfort à l’armée libanaise donc partage de pouvoir

    Bery tus

    16 h 45, le 10 août 2020

  • Si on fait intervenir l’armée c’est pareil si l’armé prend le pouvoir alors le hezb aura aussi le champ libre !! Et peut être plus qu’avant

    Bery tus

    15 h 06, le 10 août 2020

  • Effectivement les opposant de devraient pas démissionner car le parlement et légitime même si 66 démissionnent .. ils seront remplacer illico presto après un semblant d’élection

    Bery tus

    15 h 05, le 10 août 2020

  • SILENCE RADIO QUE LES MEDIAS OMETTENT DE COMMENTER : SLEIMAN B FRANGIEH.

    gaby sioufi

    13 h 15, le 10 août 2020

  • LE DEGAGEMENT GENERAL DE LA GROTTE ETOILEE ET DU GOUVERNEMENT EST REQUIS DE BONGRE... SINON IL SERA IMPOSE DE MALGRE ! PAS D,AUTRE ALTERNATIVE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 39, le 10 août 2020

  • "M. Hoballah traduisait ainsi la position du Hezbollah, principal parrain du cabinet Diab. " Et voilà! Si le "guide suprême" ne veut pas de démission, il n'y aura pas de démission, point barre!

    Georges MELKI

    10 h 30, le 10 août 2020

  • L’effondrement du pouvoir en cours souffre à mon avis d’un défaut capital: Seul le Hezbollah restera debout et il pourra ainsi renforcer sa mainmise sur le pays. Nous tomberons alors dans un abîme sans fond et sans retour. Une seule solution me semble réaliste: L’armée aux commandes, l’état d’urgence et un gouvernement d’action, compact, déterminé et efficace, muni d’une loi martiale qui lui donne les moyens de balayer d’autorité les obstacles et leurs auteurs. Un tel exécutif ferait le ménage en se focalisant sur les priorités immédiates que sont la survie alimentaire et sanitaire, les services publics de base et la mise en accusation des bandits qui nous ont gouvernés, Un tel gouvernement est tout ce qu’il faut pour permettre à la communauté internationale de débloquer des fonds d’urgence suffisants à court terme pour sauver les affamés, soigner les blessés et redonner l’espoir. Une fois cette étape probatoire franchie, et fort des succès obtenus, ce gouvernement autoritaire pourra s’atteler aux deux problèmes de fond: 1. gérer la faillite financière et l’après 2. intégrer le Hezbollah dans un système démocratique et absorber sa force militaire dans les forces régulières. Oublier le facteur Hezbollah à ce stade serait une erreur fatale. On ne peut pas juste faire le vide, il faut immédiatement solliciter l’armée. Une autre idée?

    Antoine Eddé

    09 h 57, le 10 août 2020

  • Qu’ils le veuillent ou pas, ils partiront tous. Le peuple a décidé qu’il ne veut plus d’eux. Ce que peuple veut Dieu le veut. Lorsque je lis dans un journal que l’armée libanaise et les forces de l’ordre nient avoir tiré sur les manifestants quelque balles que ce soit mais ajoutent que ce sont des membres extérieurs qui sont derrière ça dans le but de les protéger, c’est le pompon ! Ensuite on demande de confier à l’armée le soin de mener les investigations sur la catastrophe alors qu’elle était au courant du contenu des hangars respectifs de ce qui se passe sur nos frontières et qu’elle n’a pas bougé une oreille pour éviter l’impensable , alors on arrive à la conclusion qu’il n’y a plus d’etat ni de gouvernement ni de députés ni de ministres ni de forces de l’ordre ni d’armée et encore moins de justice ou de président. Il reste que leur but final serait qu’il n’y est plus de pays ni de peuple. Alors nous allons leur montrer qu’ils n ‘y arriveront JAMAIS. Nous sommes là pour veiller à ce que cette décision nous revienne de plein droit car c’est du Liban dont il s’agit . Les libanais ne sont pas morts et le Liban leur appartient exclusivement. Ils seront chassés et jugés comme il convient de le faire.

    Sissi zayyat

    09 h 43, le 10 août 2020

  • le Parti socialiste progressiste a été, est et il me semble sera toujours la pour foutre en l'air toute initiative nationale qui puisse sauver le pays pour préserver les intérêts strictement personnels de Joumblatt. Que les Druzes ne se méprennent pas. Il refuse de quitter le parlement car il sait que sa cote part parlementaire se réduira en faveur des indépendants Druzes et Chrétiens mais aussi des FL, PNL et Kataeb qui récupéreront une majorité de voix des Chrétiens de la montagne. Sa plus grande phobie étant que les FL, PNL ou Kataeb ne se renforcent a ses dépends qu'il ferait n'importe quoi pour que son cauchemar ne deviennent réalité. Il a collaboré avec les Palestiniens contre l’état, puis avec les Syriens malgré le fait qu'ils aient assassiné son père, puis avec les Israéliens, puis avec les Syriens a nouveau jusqu'en 2005. Par la suite a tout fait pour ne pas toucher aux armes du Hezbollah par peur du Tsunami Chrétien pensant garder un équilibre politique. A partir de la, Aoun s'est chargé de prendre la relève et de tout foutre en l'air usant des mêmes méthodes Joumblatistes. En 2008 Joumblatt a réalisé son erreur et a essayé de faire bouger les choses mais son comportement politique nous a enfoncé encore plus. Hariri n'a pas et ne fait pas mieux et tout cela pour des considérations communautaire et, pire encore, strictement personnelles. A chaque fois que le Liban obtient un soutient international, ces gens la le torpille car contraire a leur intérêts personnels.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 24, le 10 août 2020

  • Les démissions pleuvent? Non, le verbe est exagéré, c du crachin pas vraiment de la pluie à ce stade. Et d’ailleurs, est-ce une bonne idée d’abandonner le navire au moment où il coule?

    Marionet

    09 h 22, le 10 août 2020

  • Joumblatt et probablement aussi Hariri refusent donc une démission collective de leur groupe parlementaire. Ils montrent par là même qu’ils ne sont que de faux opposants et que leur 2 partis sont liés aux 3 de l’Axe de l’Imposture (Amal CPL Hezbollah) par une structure clientéliste commune enracinée depuis l’occupation assadienne il y a 30 ans. La révolution qui se profile devra déraciner tout ce régime de la bande des cinq imposé au Liban par l’ennemi assadien qui rôde toujours.

    Citoyen libanais

    09 h 04, le 10 août 2020

  • Bon...pour certains de ces ministres "démissionnaires"...qu'ils ne soient plus assis autour de l'immense table...ne changera pas grand chose !...Ils brilliaient par l'absence d'actions énergiques dans leur ministère, pourtant très important...tout en étant inatteignables quand on aurait eu besoin de leurs explications...!...Come quoi cela ne suffit pas de poser un bon copain dans une fonction ministérielle sans aucune expérience dans le domaine concerné...pour avoir des résultats ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 37, le 10 août 2020

  • A mon avis, les démissions de députés sont une erreur car il ne faut pas rêver d'obtenir ainsi la dissolution de l'Assemblée et, du coup, les voyous y ont le champ libre. Par contre, les ministres qui ont encore un minimum de conscience doivent démissionner.. Des élections anticipées sont nécessaires, mais le pays ne peut attendre encore deux mois. Un nouveau gouvernement peut, lui, être formé en 24h. Et que l'on ne nous dise pas que pour trouver douze citoyens a la fois compétents et honnêtes, il faut aller les chercher sur la lune! C'est insulter les libanais.

    Yves Prevost

    07 h 13, le 10 août 2020