Rechercher
Rechercher

Explosions au port

Des prêts à 0 % pour la reconstruction des biens-fonds privés

Le nouveau dispositif mis en place par la Banque du Liban est déjà boudé par les hôteliers, tandis que les commerçants de la capitale doutent de son efficacité.

Des prêts à 0 % pour la reconstruction des biens-fonds privés

Le quartier de Mar Mikhaël, à Beyrouth, après la double explosion de mardi. Patrick Baz/AFP

La Banque du Liban a annoncé hier la mise en place d’un dispositif permettant aux entreprises comme aux particuliers dont les biens-fonds (logement, locaux commerciaux, etc.) ont été totalement ou partiellement détruits par la double explosion survenue mardi au port de Beyrouth de bénéficier de prêts à 0 % pour financer leur réhabilitation ou leur reconstruction.

Le dernier bilan s’élève à plus de 150 morts et 5 000 blessés, pour une facture des dégâts estimée à plusieurs milliards de dollars. Selon le gouvernorat de la capitale, 300 000 personnes au moins se seraient retrouvées sans domicile, tandis que des blocs entiers d’immeubles dans un rayon de moins de 5 km du port sont inhabitables car sur le point de s’écrouler. Selon Adnan Rammal, membre de l’Association des commerçants de Beyrouth (ACB), les dégâts et les pertes subis par les citoyens et l’État oscillent entre 3 et 3,5 milliards de dollars, selon une première estimation. Le port abritait par exemple plus de 200 millions de dollars de marchandises et de matériels, les dégâts sur les réseaux de télécommunications et d’infrastructure pourraient atteindre 150 millions de dollars, entre autres estimations fournies. L’ACB a en outre précisé que 30 à 50 % des commerces ne pourraient pas rouvrir leurs portes si l’État ne les aide pas rapidement.

Prêts à 0 % remboursables sur cinq ans
C’est dans ce contexte qu’intervient le nouveau dispositif de la BDL, qui vise donc à apporter une réponse à une partie de ces chantiers. Selon le texte (circulaire principale n° 152, la deuxième publiée dans la journée, avec celle sur les transferts d’argent vers le Liban), ces crédits libellés en dollar pourront être contractés par les personnes éligibles via leurs banques et seront remboursables sur cinq ans maximum à partir du 31 octobre prochain. Les personnes – physiques ou morales – ne possédant pas de compte en banque ne pourront donc pas en bénéficier.

Une précision qui devrait exclure de nombreuses personnes, dans la mesure où le taux de bancarisation (personnes majeures possédant un compte en banque ou dans toute autre institution assimilée) du pays est de 45 %, selon le dernier indice Global Findex publié par la Banque mondiale en 2017 (la moyenne mondiale est de 69 %). L’étude ne fournit pas en revanche de données précises sur le taux de bancarisation dans la capitale où l’essentiel des dégâts ont été provoqués.

Lire aussi

Le FMI explore « tous les moyens possibles » d’aider le Liban après les explosions


Au niveau des modalités prévues par le texte, les remboursements pourront être échelonnés sur une base mensuelle ou trimestrielle et pourront être effectués en livre libanaise « en fonction du taux de change dollar/livre en vigueur entre la BDL et les banques du pays ». Ce taux correspond normalement à la parité officielle de 1 507,5 livres pour un dollar, mais il n’est plus appliqué que pour une palette réduite de transactions bancaires et interbancaires, tandis que la livre n’a cessé de se dévaluer par rapport au dollar sur le marché des changes. Le taux en vigueur gravite autour de 8 000 livres pour un dollar sur le marché noir depuis quelques semaines, tandis que les changeurs agréés sont tenus d’appliquer un taux proche de 4 000 livres pour un dollar.

Ligue des déposants
La circulaire vise tous les particuliers ainsi que toutes les entreprises, à l’exception de celles opérant dans le secteur de la construction – sans plus de précisions. Les demandeurs souhaitant bénéficier de ce mécanisme devront fournir les devis nécessaires pour reconstruire ou réhabiliter les biens-fonds concernés. Les dossiers remplis doivent être envoyés par les banques à la BDL entre le 15 août et le 31 octobre. Mais les établissements n’auront cependant pas besoin d’attendre l’aval de la BDL pour octroyer les crédits.

Elles sont en revanche expressément tenues de conserver tous les documents fournis par leurs clients dans le cadre de cette procédure, une précision dont la BDL n’a pas justifié la nécessité. Contactée, une source bancaire a indiqué que les banques étaient encore en train de fixer l’ensemble des modalités qu’elles imposeront à leurs clients dans le cadre de cette procédure.

Enfin, la BDL s’engage de son côté à fournir les liquidités nécessaires aux banques qui ont octroyé les prêts, en devises et à un taux de 0 %, sans préciser si cette opération ne prendra pas simplement la forme d’un jeu d’écriture comptable, comme ce fut le cas pour un dispositif similaire adopté en mars – circulaire intermédiaire n° 547 – pour répondre à certaines conditions aux besoins de liquidités des entreprises fermées à cause des mesures de confinement imposées dès mars par les autorités pour faire face au Covid-19. La BDL a en effet plusieurs dizaines de milliards de dollars d’engagements envers les banques, entre dépôts et certificats de dépôt.

Il reste que le nouveau dispositif de la Banque du Liban pour octroyer des prêts à taux 0 % ne semble pas convaincre une partie des victimes de la catastrophe. Dans un communiqué publié hier, le président du syndicat des hôteliers, Pierre Achkar, a « rejeté » cette aide, estimant qu’elle revenait à faire assumer le coût de la reconstruction aux victimes plutôt qu’à l’État, qu’il juge responsable de la catastrophe. L’Association des commerçants de Beyrouth a de son côté émis des doutes concernant la mise en œuvre effective du mécanisme par les banques, établissant un parallèle avec les dysfonctionnements constatés par plusieurs entrepreneurs concernant les prêts à taux 0 % de la précédente circulaire.

« Certaines banques ont tout simplement refusé, et d’autres exigeaient un remboursement en dollars frais, ce qui était soit impossible, soit non rentable pour les commerçants qui avaient effectué la démarche. Les banques feraient mieux de laisser leurs clients accéder à leurs dépôts », a ainsi expliqué à L’Orient-Le Jour Adnan Rammal. Le commerçant a ainsi fait référence aux restrictions mises en place de manière unilatérale par de nombreuses banques dans le pays depuis près d’un an, et qui n’ont toujours pas été réglementées par les dirigeants, laissant les Libanais sans recours efficace devant la justice. Une situation dénoncée notamment par la Ligue des déposants, une association d’activistes qui s’est fixé pour mission d’aider les clients des banques à obtenir gain de cause face à leurs établissements bancaires respectifs. Dans un communiqué hier, l’organisation a exigé de ces derniers de « libérer » les dépôts de leurs clients.

La banque BEMO promet 100 millions de dollars de prêts aux sinistrés de Beyrouth

La banque BEMO a annoncé hier avoir débloqué 100 millions de dollars de crédit afin de promouvoir la reconstruction de la capitale.

Les prêts, libellés en « dollars libanais », seront octroyés à un taux bonifié entre 2 et 3 %, pour une durée moyenne de 5 ans. « Nous visons principalement les gens dans le besoin. Les montants ne seront pas très grands. Il s’agit vraiment de reconstruire et non d’embellir ou d’entreprendre des projets extravagants », souligne Riad Obégi, PDG de BEMO.

D’ailleurs, les sinistrés souhaitant obtenir un crédit devront s’aider d’un expert « digne de confiance » aux yeux de la banque, qui estimera les dégâts. Ils devront aussi garantir à BEMO qu’elle sera remboursée prioritairement s’ils reçoivent des indemnités quelconques.

« Je crois que nous nous apprêtons à sortir de l’impasse économique et comptons sur l’honnêteté des gens qui n’oublieront pas que nous avons été à leurs côtés », a ajouté Riad Obégi. Pour diminuer les risques, la banque cible en priorité ses clients, ou des clients recommandés par des fidèles.

La banque BEMO n’a pas précisé si elle allait également souscrire au mécanisme de la BDL.


La Banque du Liban a annoncé hier la mise en place d’un dispositif permettant aux entreprises comme aux particuliers dont les biens-fonds (logement, locaux commerciaux, etc.) ont été totalement ou partiellement détruits par la double explosion survenue mardi au port de Beyrouth de bénéficier de prêts à 0 % pour financer leur réhabilitation ou leur reconstruction.

Le...

commentaires (7)

PRIERE LIRE PLUS D,AUTRE ALTERNATIVE. MERCI.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

10 h 16, le 07 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • PRIERE LIRE PLUS D,AUTRE ALTERNATIVE. MERCI.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 16, le 07 août 2020

  • FAUT LES DEGAGER DE BONGRE... SINON... DE MALGRE ! PLUS D,AUTRE INITIATIVE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 51, le 07 août 2020

  • Et comme personne ou presque ne pourra rembourser cet argent si généreusement offert, les banques et leurs actionnaires saisiront les biens. A lose-win situation, comme on en a l'habitude.

    N.S.

    09 h 13, le 07 août 2020

  • Pourquoi des prêts (même à 0%)????? C'est encore aux sinistrés de s'endetter pour se reconstruire un toit ou un gagne-pain???? C'est fou quand même, ce déni, cette inconscience? Non seulement la négligence des responsables a conduit à ce désastre sans nom, qui a littéralement pulvérisé, à tous les niveaux, la vie de la moitié de la capitale, mais en plus, au lieu de dire: "ne vous en faites pas, nous assumons tout, c'est de notre faute, nous réparerons nos dégâts", il faut qu'ils mettent les gens encore plus sous terre qu'ils ne le sont, en leur prêtant de l'argent??? En plus, de l'argent qu'ils nous ont volé de nos compte???? La limite de l'indécence et du mépris pour le peuple, elle se situe où, dans leur tête de m....?????

    NAUFAL SORAYA

    08 h 10, le 07 août 2020

  • les banques flairent toujours les bonnes affaires; aux libanais d'etre clairvoyants J.P

    Petmezakis Jacqueline

    07 h 40, le 07 août 2020

  • Ca, c’est la meilleure. Ajouter l’insulte à l’agression. Tout d’abord comment vont il octroyer des prêts en dollars alors que le pays a fait défaut sur sa dette en dollars? À 0% en plus, c’est à dire que l’état va devoir couvrir la différence entre le taux auquel il parvient à se financer en dollars et les 0%. En plus avec des prêts remboursés en LL au taux officiel? Faut arrêter de prendre des vessies pour des lanternes. C’est juste une façon pour la classe politique de forcer l’aide à passer par le réseau habituel de l’état et des banques. Pour la proposition BEMO, c’est un peu plus transparent, mais il va falloir rembourser en dollars...

    Bashir Karim

    07 h 02, le 07 août 2020

  • mais quelle idée aberrante! enfoncer encore ces pauvres libanais et libanaises qui ont déjà tout perdu dans la dette??? pourquoi? pour reconstruire ce que leurs politiciens ont pu détruire ? YA HARAAAAAAM hors de question que j'accepterai une telle chose...laissons les corrupteurs, les bala damir, les profiteurs du système poiltique, les experts en vol d'argent publique payer la reconstruction. TFOU an'jadd TFOU

    Antoine Zaarour

    01 h 38, le 07 août 2020