Rechercher
Rechercher

Un peu plus

Lettre ouverte aux dirigeants libanais (un an plus tard)

Lettre ouverte aux dirigeants libanais (un an plus tard)

Je vous hais. Je vous hais du plus profond de mon âme. Et ma haine est incommensurable. Je vous hais parce que vous avez tout détruit. Nos vies, nos rêves, nos relations. Vous avez écrasé notre dignité, écrabouillé notre avenir. Et vous continuez inlassablement à tout pourrir. Je vous hais parce qu’une fois de plus, vous nous forcez à nous séparer des gens qu’on aime. Vous brisez des familles. Vous brisez le cœur des mères, des pères, des frères, des sœurs, des enfants, des conjoints. Vous nous faites pleurer à chaque fois que quelqu’un s’en va pour s’offrir un avenir meilleur. Vous nous avez tout pris en installant pernicieusement en nous, avec vos tentacules, la peur, la douleur et la résignation. Vous êtes abjects, immondes, méprisables, vils et dégoûtants. Vous faites partie de la pire race humaine. Vous n’avez aucune décence, aucune empathie, aucune humanité ni aucun respect pour le peuple qui vous a élus. Aucun respect pour votre pays. Vous avez tout pillé, sucé jusqu’à la dernière goutte de sang qui coulait dans nos veines. Vous vous êtes approprié notre argent, notre pays, nos ressources. Et vous en voulez plus encore.

Je vous hais. Parce que vous nous avez plongés dans les ténèbres. Au sens propre et au sens figuré. Vous faites fuir le fuel alors que nous vivons dans la pénombre. Vous refusez que les 650 millions alloués au barrage de Bisri soient transférés pour une cause vitale : l’aide à votre peuple. Vous refusez les réformes en vous accrochant à vos sièges crasseux. Vous ricanez au visage de la communauté internationale. Vous laissez votre peuple crever de faim, mendier du pain. Vous laissez les Libanais perdre leurs emplois. Vous préférez aider les pays auxquels vous avez fait allégeance, en punissant vos gens. Vous ne faites que ce qui va dans votre propre intérêt. Vous êtes la honte de notre pays et vous êtes d’une laideur sans nom. Et alors que nous continuons notre descente infernale vers le fond, vous festoyez ensemble. Vous avez fait sortir vos enfants (et votre argent) du pays. Vos enfants qui sabrent le champagne sur la Côte d’Azur dans une villa à 20 000 euros, payée avec l’argent des Libanais. Vos enfants qui vivent dans de grands appartements achetés avec l’argent des Libanais. Vos enfants et vos proches qui font la fête sur les cimes libanaises ou qui voguent sur leur yacht au large de Portofino.

Je vous hais parce que le désespoir est devenu notre seul sentiment. Et il nous ronge. Nous dévore. Nous agonisons dans cette immense et écœurante prise d’otages. La plupart d’entre nous ne peuvent pas partir, faute de visa, d’argent, et/ou de perspective. Vous nous avez mis à genoux. Et nous vous laissons faire, parce que comme je l’avais écrit il y a quelques années, nous sommes un peuple de merde. Un peuple complice, amorphe, asservi. Un peuple qui lors des premières lueurs de la révolution nous a donné un semblant d’espoir, avant de replonger dans cette résilience que l’on nous envie. Mais de quelle résilience parlons-nous ? Nous vivons dans la merde. Dans tous les sens du terme. Nous avons failli à notre devoir. Nous sommes le déshonneur de ce pays que nous insultons chaque jour lorsque les choses vont mal. Ce pays qui ne nous a rien demandé. Ce pays qui aurait pu être le plus beau du monde et qui méritait ses surnoms et sa légende de ski et de plage le même jour. Ce pays qui a une histoire millénaire. Ce pays qui nous a offert les montagnes, la mer, les forêts, les rivières et le soleil. Ce pays qui avait tout pour lui. Et nous le laissons mourir. Nous l’enterrons main dans la main avec vous.

Je vous hais pour ça. Pour nous avoir paralysés. Nous avoir fait échanger notre patriotisme contre du cynisme. Nous avoir fait plier. Je vous hais, et je ne suis pas la seule. Je n’ai jamais souhaité de mal, même à mon pire ennemi. Et me voilà remplie de haine et de colère, priant tous les dieux de vous faire disparaître. Implorant les cieux de vous faire souffrir comme nous souffrons. De vous infliger les pires châtiments. Je supplie tous les saints de nous offrir un miracle. Et j’en suis arrivée à souhaiter l’ingérence d’un pays qui respecte les droits de l’homme et la dignité des individus.

Je vous hais de plus profond de mon être.


Je vous hais. Je vous hais du plus profond de mon âme. Et ma haine est incommensurable. Je vous hais parce que vous avez tout détruit. Nos vies, nos rêves, nos relations. Vous avez écrasé notre dignité, écrabouillé notre avenir. Et vous continuez inlassablement à tout pourrir. Je vous hais parce qu’une fois de plus, vous nous forcez à nous séparer des gens qu’on aime. Vous...

commentaires (29)

Ce superbe article reflète la douleur de tous ceux qui souffrent de voir ce Liban arrivé à ce niveau. Je comprends votre haine. La mienne est accompagnée de douleur, de tristesse et de désespoir. Car même l'espoir semble être désespéré. Rien ne fonctionne. Gouvernés par des malades et des corrompus depuis des décennies, une grande majorité du peuple continue de les suivre, malheureusement. Vous y comprenez quelque chose?

SidawiAandre

09 h 29, le 04 août 2020

Tous les commentaires

Commentaires (29)

  • Ce superbe article reflète la douleur de tous ceux qui souffrent de voir ce Liban arrivé à ce niveau. Je comprends votre haine. La mienne est accompagnée de douleur, de tristesse et de désespoir. Car même l'espoir semble être désespéré. Rien ne fonctionne. Gouvernés par des malades et des corrompus depuis des décennies, une grande majorité du peuple continue de les suivre, malheureusement. Vous y comprenez quelque chose?

    SidawiAandre

    09 h 29, le 04 août 2020

  • A quand le réveil du peuple libanais ,a quand la chute de notre Bastille? Sortez de votre apathie et votre marasme intellectuel Ou sont les gènes de Youssef Beik Karam Ou est le savoir faire et le charisme de Camille Chamoun Ou est l intégrité du général Chéhab et du président Sarkis ? Ou est le génie de Charles Malek Libanais , pire que la faillite financière , vous faites preuve de faillite morale et manque d honneur et de dignité .

    Robert Moumdjian

    03 h 28, le 04 août 2020

  • Excellent ! Mais ils ne méritent même pas la haine, ce serait les traiter en humains. C’est un tas d’immondices qui soulève le cœur et donne la nausée . Ils méritent à peine que nous leur crachions dessus.

    Abou Assali Dalal

    01 h 05, le 04 août 2020

  • Que c est vrai Je partage ta colere

    Linda Bassili

    22 h 59, le 03 août 2020

  • Que rajouter ? Le dégoût ? ils est parfaitement exprimé ! la Rage impuissante ? elle suite dans chaque mot de cette lettre ! le désespoir ? Non ! Jamais ! Cette pourriture dirigeante, cette caste politico-mafieuse n'est pas, ne sera jamais, notre Liban ! J'ai envie d’être un tantinet positif "c'est avant l'aube que la nuit est la plus noire". Tant que nous serons tous la, Medea, l'OLJ, vous et moi nous pourrons nous révolter, nous relever. Mais sans attendre 15 ans cette fois.

    Lebinlon

    20 h 19, le 03 août 2020

  • C est quand meme exagérer de mettre toute la faute sur les dirigeants. La faute, l'unique faute: c est vous (peuple) avez laisser faire le hezb ! Vous avez mis votre confiance dans quelqu'un qui porte une barbe et des épées!, c est une faute IMPARDONNABLE. Vous avez voté pour le diable, et le voila , 2ibliis que vous avez invoqué par votre vote, ou votre absentéisme, clientélisme, est venu et va vous prendre avec lui. Et apres cela, après les souffrances, on en sera débarrassé, du diable et de ceux qui qui l'invoquent.

    Aboumatta

    18 h 51, le 03 août 2020

  • ouf...Medea...tu peux cracher sur leur visage ce n est que de la pluie comme dit le proverbe.Tout cela n'est que gémissements, qui mènent nulle part.Fachett khel2...la solution à notre situation revient à un miracle.L'équilibre des pouvoirs de chaque communauté,la guerre fratricide dans chaque communauté, la cause palestinienne,la cupidité des seigneurs et la fidélité de leurs adeptes,les idéologies autodestructrices ,les influences de L'Est et de l'Ouest , les dettes de tout part,la politique de l'autruche,un État au pouvoir illusoire qui n 'inspire aucune confiance au citoyen et un sentiment d'injustice depuis la Fondation .La volonté du peuple a été spolié ,Nous avons navigué à vue... aucun Visionnaire au gouvernail et le bateau est toujours à la dérive et les passagers se chamaillent entre eux et contre les matelots , sont souvent sous morphine, se résignent, se flinguent se jettent souvent à l'eau changent de bateau et implorent le ciel ...Tragique,pathétique désespérant...Je te comprends...

    Abi Kheir Walid

    18 h 02, le 03 août 2020

  • non ,mais!!!!!!! ça n'en est pas fini avec la haine? une guerre civile de 15ans n'a pas suffi? à quoi sert la haine ,peut on me le dire? il ne s'agit pas de tendre la joue ,évidemment ,mais d'avoir confiance en soi et d'avancer avec les moyens qui restent pour devenir ,ensemble ,plus grands ,plus forts ,plus intelligents ,de façon à mettre à la tete du pays des citoyens qui le sont eux aussi; car c'est bien le citoyen qui choisit ses représentants dans un pays démocratique;sinon ,le citoyen les fiche dehors avec perte et fracas;J.P

    Petmezakis Jacqueline

    17 h 17, le 03 août 2020

  • Waouh, On dirait que même le bon Dieu s’en est lavé les mains. N’est pas un proverbe assez connu depuis le XVème siècle qui dit, aide toi et le ciel t’aidera. Tant que le peuple ne bouge pas personne ne viendra à notre secours. Nous avons permis à cette racaille de nous malmener et de nous humilier et ce pendant des décennies il est temps de leur dire STOP et de la façon qui convient à la situation. Trêve de conneries on descend dans la rue leur montrer le chemin de la sortie.

    Sissi zayyat

    16 h 03, le 03 août 2020

  • Ma-gni-fi-que !!! Ce cri du coeur poignant est partagé par bon nombre de Libanais surtout ceux d’entre us qui vivent en dehors du Liban. Ces responsables completement irresponsible sont odieux, déguelasses, vils, veuls. La liste de leurs défauts est bien langue. J’ai arrêté de regarder les nouvelles pour ne plus avoir à les écouter ni à voir leurs sales gueules. Merci pour votre article. Vous avez reussi avec brio, à exprimer ce que nous avons dans les coeurs et les pensées.

    Hoda Touma

    13 h 52, le 03 août 2020

  • Ce cri du coeur

    Hoda Touma

    13 h 27, le 03 août 2020

  • Chère madame, Désolé de vous dire que votre haine et vos lamentations ne servent à rien. La racaille qui gouverne le Liban s’en torche royalement. Votre souffrance les fait doucement rigoler . Ils laissent d’ailleurs délibérément des gens comme vous se défouler dans les divers médias libanais pour donner un semblant de démocratie et de liberté de la parole. Vaste rigolade...car après les articles et les émissions larmoyantes et pathétiques, il ne se passe rien . Mais rien. Néant, Nada, nothing , ma chi. Car comme vous le dites , nous sommes un peuple de merde, de castrats, un peuple qui se plie en deux devant ses bourreaux et qui les réélit à chaque nouvelle élection. Non, ce n’est pas du miracle que vous appelez de vos vœux dont nous avons besoin car les miracles n’hésitent pas (désolé de vous l’apprendre!). Ce dont on a besoin c’est du réveil de ce peuple de soumis et d’endormis pour faire la VRAIE révolution, pas celle avec des chichas au centre ville mais celle qui doit marcher sur les marchands du temple et les jeter à la mer. « Selmié selmié » ça ne marche pas avec l’espèce de pourriture qui nous gouverne. En France on a marché sur Versailles et on a décapité le roi. En Russie on a décapité les tsars et toute leur descendance. Ça coûtera du sang et des larmes car les peuples acquièrent leur liberté à ce prix ! Mais hélas aucun che Guevara à l’horizon. Nous avons ce que nous méritons, le fruit de notre suivisme et de notre manque de courage !

    Ziad CHOUEIRI

    12 h 33, le 03 août 2020

  • Merci d'avoir si bien exprimé notre colère à tous. Je voudrais ici parler de cette tristesse et de cette peine profondes ressenties chaque seconde, chaque minute, chaque heure pour notre pays qui se meurt. C'est ici un cri d'amour pour le pays du Cèdre que je voudrais aussi exprimer.

    Eddé Philippe

    12 h 22, le 03 août 2020

  • Merci et bravo Madame du fond du coeur pour votre cri ! Plaise à Dieu que vos souhaits se réalisent, et que le temps qui passe et les méchancetés accumulées s'entrecroisent et s'interpénètrent, pour donner à ce grand peuple libanais, une revanche méritée et méritoire!!!

    Salim Dahdah

    11 h 43, le 03 août 2020

  • Merci de si bien dire ce que nous ressentons tous. Il y aussi cette tristesse et cette peine profonde qui nous habitent chaque seconde , chaque minute , comme une blessure profonde qui fait mal tous les jours un peu plus.

    Eddé Philippe

    11 h 26, le 03 août 2020

  • Ces mots représentent, sans le moindre doute, notre sentiment collectif. Ils nous réunissent bien plus l’hymne national. Et, malheureusement, nous en venons tous à souhaiter être re-colonisés! Je demande à Dieu juste comment font-ils pour survivre aux malédictions quotidiennes de cinq millions de personnes qui les voudraient pétrifiés sous tous les maux de la terre? Ou faut-il demander au Diable?

    Fady Abou Hanna

    11 h 03, le 03 août 2020

  • Merci!

    rolla aoun

    10 h 22, le 03 août 2020

  • UN CRI QUI FUSE DU COEUR DE CHAQUE LIBANAIS. DEGAGEZ-LES DE BONGRE OU DE MALGRE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 00, le 03 août 2020

  • J'aurais préféré: Je vous méprise. Churchill avait dit: je n'ai de la haine à l'égard de personne, à part M. Hitler, mais ça c'est professionnel.

    MGMTR

    09 h 08, le 03 août 2020

  • Merci Medea ..mais malheureusement il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir....et le pire sourd que celui qui ne veut pas entendre...et le pire ignard que celui qui ne veut pas lire....ils sont minables aux egos hypertrophies..sans conscience ...votre cri interminable m'a fait un grand bien ce matin ...merci encore

    Houri Ziad

    08 h 41, le 03 août 2020

  • Ouauuuuuuh !!!... Merci Madame Médéa d'avoir le courage de crier ce qu'une grande partie des Libanais ressent. Mais...ces soi-disant dirigeants...savent-ils lire et écouter...savent-ils que nous le petit peuple libanais...existons...??? Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 39, le 03 août 2020

  • C'est exactement ce que je voulais dire, mais en mieux. Bravo!

    Gros Gnon

    08 h 21, le 03 août 2020

  • Entre cet article et celui de Gilles Khoury, qui ont beau reflété notre triste réalité, on est gâtés pour un début de semaine.. Déjà que lire le journal tous les matins est un cauchemar, pitié, n'en rajoutez pas davantage!!!!

    NAUFAL SORAYA

    07 h 26, le 03 août 2020

  • Tout est dit. Seulement, il n’y a pas pire sourd que qui ne veut rien entendre.

    Jocelyne Hayeck

    06 h 58, le 03 août 2020

  • Bien dit ! Ca résume exactement le sentiment de la majorité silencieuse des Libanais...

    Fadi Chami

    06 h 27, le 03 août 2020

  • Un texte déchirant! L'entendra-t-on? J'en doute. Les dirigeants ont atteint un tel niveau de bassesse que rien ne peut les atteindre....C'est indigne!

    Ballin, Marie-Therese

    01 h 38, le 03 août 2020

  • Admirable! On ne peut que joindre nos voix à la votre pour leur dire qu'on les hais é-nor-mé-ment !!!!!!!! ....

    Wlek Sanferlou

    00 h 47, le 03 août 2020

  • Vous nous avez mis à genoux. Et nous vous laissons faire, parce que comme je l’ avais écrit il y a quelques années, nous sommes un peuple de merde. Un peuple complice , amorphe, asservi. Un peuple qui lors des premières lueurs de la révolution nous a donné un semblant d’espoir, avant de replonger dans cette résilience que l’on nous envie. Mais de quelle résilience parlons- nous ? Nous vivons dans la merde. vous vous vous , qui vous ? ils ont un nom vous ne croyez pas qu il est temps de les nommer , au lieu de placarder leurs portraits un peu partout pour mieux les adorer

    youssef barada

    00 h 36, le 03 août 2020

  • Bravo Mme Medea! Vous exprimez là le sentiment de tout libanais normal, à qui il reste encore un brin de conscience et un peu de patriotisme. Ah si quelques milliers de libanais avaient votre courage et votre énergie pour déloger par la force cette bande de criminels et de pillards sans foi ni loi!!!

    Georges Airut

    00 h 31, le 03 août 2020