Rechercher
Rechercher

Syrie

Washington sanctionne Hafez, le fils aîné de Bachar el-Assad

En tout, le gouvernement américain vise 14 nouvelles entités et personnes, après une première vague de sanctions annoncées mi-juin lors de l'entrée en vigueur de la "loi César".

Washington sanctionne Hafez, le fils aîné de Bachar el-Assad

Hafez el-Assad, le fils du président syrien Bachar el-Assad, lors d'une compétitions de mathématiques en Roumanie. Photo AFP

Les Etats-Unis ont inscrit mercredi sur leur liste noire le fils aîné du président syrien Bachar el-Assad, Hafez, âgé de 18 ans, dans le cadre d'une nouvelle série de sanctions contre Damas, a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

En tout, le gouvernement américain vise 14 nouvelles entités et personnes, après une première vague de sanctions annoncées mi-juin lors de l'entrée en vigueur de la "loi César", avec l'espoir de priver de ressources le régime et ses soutiens. "Nous avons désormais inscrit sur liste noire plus de 50 soutiens-clés de Bachar el-Assad et leurs entreprises ainsi que certaines organisations militaires qui martyrisent le peuple syrien", a dit un haut responsable du gouvernement américain à la presse.

Le jeune Hafez el-Assad --il porte le prénom de son grand-père qui dirigea la Syrie jusqu'à sa mort en 2000-- ne pourra pas se rendre aux Etats-Unis, où ses avoirs éventuels seront gelés. Il rejoint sa mère Asma el-Assad, ajoutée en juin à la liste noire. Le président syrien est lui sanctionné par Washington depuis le début en 2011 de la répression visant à mater un mouvement de révolte populaire, qui a rapidement abouti à une guerre dévastatrice ayant fait plus de 380.000 morts et des millions de réfugiés. 

Lire aussi

Loi César : une première salve frappe le noyau du régime

Un des émissaires américains pour la Syrie, Joel Rayburn, a évoqué "une montée en puissance" du fils de Bachar el-Assad au sein de la famille. De manière plus générale, "on a constaté une tendance, parmi les acteurs importants du régime syrien", "à utiliser les enfants majeurs de leur famille pour poursuivre les affaires tout en contournant les sanctions", a-t-il ajouté à des journalistes.

L'armée et le luxe

"L'objectif des sanctions est de tenter d'empêcher le régime Assad de consolider le contrôle économique qu'il utilise pour pérenniser la guerre", a-t-il poursuivi.

Au-delà, les nouvelles sanctions visent aussi la première division de l'armée syrienne et son commandant Zouheir Taoufiq el-Assad. "L'armée du régime Assad est devenue le symbole de la brutalité, de la répression et de la corruption", a déploré Mike Pompeo dans un communiqué, appelant à mettre "fin" à cette guerre "inutile et brutale".

Le Trésor américain a de son côté sanctionné l'homme d'affaires syrien Wassim Anouar al-Qattan, "qui a conclu plusieurs contrats avec le gouvernement de Syrie pour développer des centres commerciaux et des hôtels détenus par l'Etat à Damas". "En investissant dans l'immobilier de luxe grâce au déplacement forcé de civils innocents, les hommes d'affaires corrompus liés à Assad aggravent aussi l'oppression du peuple syrien", a estimé le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un autre communiqué. La "loi César" a été promulguée en décembre par le président des Etats-Unis Donald Trump.

César est le pseudonyme d'un ex-photographe de la police militaire syrienne qui a fait défection en 2013 en emportant 55.000 images illustrant la brutalité et les abus dans les prisons syriennes. Son audition, incognito, devant le Congrès américain en 2014 avait été à l'origine de ce texte qui porte son nom et qui aura mis cinq ans à voir le jour. La loi prévoit d'interdire d'entrée aux Etats-Unis et de barrer l'accès au système financier américain à toute personne, institution ou entreprise qui ferait obstacle à la paix en Syrie, ou qui faciliterait logistiquement l'effort de guerre de Damas.


Les Etats-Unis ont inscrit mercredi sur leur liste noire le fils aîné du président syrien Bachar el-Assad, Hafez, âgé de 18 ans, dans le cadre d'une nouvelle série de sanctions contre Damas, a annoncé le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

En tout, le gouvernement américain vise 14 nouvelles entités et personnes, après une...

commentaires (7)

Une famille qui ne vit que sur les cadavres de son propre peuple. "Jeune assad deviendra grand pourvu que dieu lui donne vie", disait Jean, et il deviendra un autre tyran comme l'ophtalmo sympa et sa femme charmante qui ont finit pas massacrer des centaines de milliers et vider des millions de domicile de leur propre peuple et les utilisent pour marchander ..

Wlek Sanferlou

23 h 23, le 29 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Une famille qui ne vit que sur les cadavres de son propre peuple. "Jeune assad deviendra grand pourvu que dieu lui donne vie", disait Jean, et il deviendra un autre tyran comme l'ophtalmo sympa et sa femme charmante qui ont finit pas massacrer des centaines de milliers et vider des millions de domicile de leur propre peuple et les utilisent pour marchander ..

    Wlek Sanferlou

    23 h 23, le 29 juillet 2020

  • Excellente nouvelle...les dictateurs criminels ont l habitude d utiliser leurs enfants des leur majorite comme prete nom afin de dissimuler leurs avoirs .......compare a tous les jeunes innocents tortures ou assasines par le genocide Assad,le sort de Hafez junior qui ne subit que de simples sanctions economiques de la part d un seul pays les USA,parait tres enviable.

    HABIBI FRANCAIS

    23 h 04, le 29 juillet 2020

  • C’est bien les mathématiques pour apprendre à compter les futures victimes de ce triste sire qu’il deviendra. Bon sang ne saurait hélas mentir !

    PHENICIA

    22 h 10, le 29 juillet 2020

  • Peut être que ses comptes ont servis à des déplacements de fonds on en sait rien mais en Amérique du Nord quand un jeune devient majeure il tombe sous la loi de la majorité et non plus dans la loi pour mineur et ce à partir de sa majorité soit 18 ans !! Ce sont les textes de lois .. maintenant n’oublions pas que la loi Cesar est la car derrière cette loi il y a eu un travail de 5 ans au congres qui font suite un à réfugié auditionner au congres et qui avait pour soutenir ces propos 55000 photos vidéos montrant la brutalité du régime syrien

    Bery tus

    21 h 49, le 29 juillet 2020

  • ET LE PETIT FILS QUI N,EST PAS NE ENCORE NE FAUT-IL PAS LE SANCTIONNER ? CES SANCTIONS SONT DE LA BLAGUE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 10, le 29 juillet 2020

  • Cette vengeance en s'attaquant aux faibles et au plus innocents, ici un enfant presque mineur, ne grandit pas la politique du géant. C'est une honte et une gifle aux droits de l'homme. Le vrai problème est que cet enfant puisse potentiellement détenir des avoirs aux USA.

    MGMTR

    19 h 52, le 29 juillet 2020

  • Hafez el-Assad grand père n'a certainement pas fait du bien au Liban... Les personalités libanaises en lien avec le régime ne tarderont pas à joindre la liste. Tant mieux pour la marchandise subventionnée au dépit du besoin national ALARMANT !!!

    Alors...

    19 h 18, le 29 juillet 2020