Rechercher
Rechercher

Monde - Conflit territorial

L’Arménie et l’Azerbaïdjan font état d’une accalmie dans les combats

L’Arménie et l’Azerbaïdjan font état d’une accalmie dans les combats

Des Azerbaïdjanais lors des funérailles, le 15 juillet, de militaires morts lors des combats qui ont éclaté entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan, il y a quelques jours. Vali Shukurov/Reuters

Les ministères arménien et azerbaïdjanais de la Défense ont annoncé hier qu’il n’y avait pas eu de nouveaux combats frontaliers dans la nuit, une première accalmie après trois jours de violences meurtrières.

Au moins 16 personnes ont été tuées entre dimanche et mardi dans des combats à la frontière entre ces deux pays, en conflit depuis des décennies autour du Haut-Karabakh, région sécessionniste d’Azerbaïdjan soutenue par l’Arménie et théâtre d’une guerre au début des années 1990. Les récents affrontements ont cependant eu lieu loin de ce territoire, à la frontière nord entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

Une porte-parole du ministère arménien de la Défense a indiqué que la situation avait été « calme pendant la nuit », tandis que le ministère des Affaires étrangères a indiqué que les affrontements avaient cessé à minuit. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a lui aussi fait savoir « que les actions militaires se sont arrêtées à minuit ».

La Russie, puissance régionale, les États-Unis et l’Union européenne avaient tous appelé les deux ex-républiques soviétiques à cesser le feu. Bakou et Erevan s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités.

De son côté, la police azerbaïdjanaise a dispersé dans la nuit de mardi à mercredi des milliers de manifestants dans les rues de Bakou qui réclamaient une offensive militaire contre l’Arménie. Les manifestants se sont rassemblés sur la place Asadlyg de Bakou, tard dans la nuit, scandant des slogans en faveur d’une mobilisation générale pour reprendre la région du Haut-Karabakh qui a fait sécession en 1991, entraînant une guerre qui a fait 30 000 morts à l’époque.

« Le Karabakh, c’est l’Azerbaïdjan », « Mobilisation », ont lancé les manifestants, venus en nombre malgré le strict confinement imposé dans la ville du fait de la pandémie de nouveau coronavirus. Certains manifestants se sont ensuite dirigés vers le Parlement et ont pénétré dans le bâtiment, ce qui a amené la police à intervenir et à disperser la foule avec notamment des canons à eau et à coups de matraque.

Malgré près de 30 ans de médiation internationale, les deux pays ne sont pas parvenus à trouver une solution au conflit du Haut-Karabakh, et Bakou menace régulièrement d’en reprendre le contrôle par la force. Les dépenses militaires de l’Azerbaïdjan, une puissance pétrolière, sont supérieures à la totalité du budget de l’Arménie. Mais cette dernière appartient à une alliance politico-militaire dirigée par Moscou, l’Organisation du traité de sécurité collective. Bakou a pour sa part le soutien de la Turquie.

Source : AFP


Les ministères arménien et azerbaïdjanais de la Défense ont annoncé hier qu’il n’y avait pas eu de nouveaux combats frontaliers dans la nuit, une première accalmie après trois jours de violences meurtrières.Au moins 16 personnes ont été tuées entre dimanche et mardi dans des combats à la frontière entre ces deux pays, en conflit depuis des décennies autour du Haut-Karabakh,...

commentaires (1)

Y aurait-il du pétrole ou du gaz dans ce Karabakh? Tout s'expliquerait alors!

Georges MELKI

10 h 41, le 16 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Y aurait-il du pétrole ou du gaz dans ce Karabakh? Tout s'expliquerait alors!

    Georges MELKI

    10 h 41, le 16 juillet 2020

Retour en haut