Rechercher
Rechercher

Liban

Majzoub : L'aide internationale "cruciale" pour assurer l'année scolaire à venir

Le ministère de l'Education s'engage à assurer un niveau d'enseignement égal à celui qui a toujours été garanti au Liban, "que ce soit pour les élèves libanais ou les réfugiés".

Majzoub : L'aide internationale

Le ministre libanais de l'Education, Tarek Majzoub. Photo Dalati et Nohra

Le ministre libanais de l'Education, Tarek Majzoub, a exprimé mercredi ses craintes pour la rentrée scolaire à venir, estimant qu'un soutien financier international était "crucial" pour mener à bien l'année académique à venir, alors que le Liban continue de s'enfoncer dans sa pire crise économique et sociale depuis la fin de la guerre civile en 1990.

"Nous tirons la sonnette d'alarme face à une crise qui nous fait craindre qu'une génération complète se retrouve sans possibilités d'enseignement", a souligné M. Majzoub, lors d'une réunion avec des ambassadeurs et représentants de pays donateurs et d'organisations internationales.

"La situation que connaît actuellement le Liban a provoqué la fermeture de nombreux établissements scolaires privés, tandis que d'autres craignent de telles fermetures et licencient des enseignants et du personnel administratif", a-t-il souligné. Il a estimé que, pour pouvoir faire face à l'afflux d'élèves anticipé pour la rentrée dans les établissements publics, des mesures devraient être prises et notamment en ce qui concerne la location de nouveaux bâtiments. Il a exprimé ses réserves sur la possibilité pour les écoles publiques de prendre en charge les élèves libanais et les enfants syriens, qui suivent des cours en horaire décalé dans les écoles gouvernementales, "sans aide de la communauté internationale". M. Majzoub a donc appelé les pays donateurs et les organisations internationales à "comprendre le poids des crises qui s'accumulent au Liban et qui font effet boule de neige". Dans ce contexte, l'aide internationale sera "cruciale" pour éviter de perdre une année scolaire complète, a estimé le ministre. 

Niveau d'éducation
Il a encore affirmé que son ministère "ne baissera pas les bras" et s'engage à assurer un niveau d'enseignement égal à celui qui a toujours été garanti au Liban, "que ce soit pour les élèves libanais ou les réfugiés".

Lire aussi

L’ambassade de France invite les Libanais à réinscrire leurs enfants dans les établissements français


Le secteur éducatif est frappé de plein fouet par les répercussions de la crise économique et financière. Pour y faire face, le gouvernement a approuvé il y a plusieurs semaines un projet de loi prévoyant l'octroi de 500 milliards de livres libanaises de subventions au secteur éducatif. Près de 150 milliards de livres seront versés aux écoles et instituts publics, tandis que les écoles privées percevront 350 milliards de livres afin de payer les salaires des enseignants et du personnel administratif.

Parallèlement, l'ambassade de France à Beyrouth a annoncé un plan d’urgence inédit pour soutenir l'enseignement français au Liban au cours de l'année scolaire 2020-2021. Le Liban compte 15 % des effectifs de l’enseignement francophone à l’étranger et plus de 60 000 élèves dans le réseau de l’enseignement français. 

Le ministre de l'Education a par ailleurs appelé la communauté internationale à œuvrer à la reconstruction de la Syrie et au rapatriement des réfugiés. Mardi, le cabinet de Hassane Diab a approuvé une politique gouvernementale pour le retour des Syriens présents sur son territoire, prônant notamment la coopération avec le régime de Bachar el-Assad. 


Le ministre libanais de l'Education, Tarek Majzoub, a exprimé mercredi ses craintes pour la rentrée scolaire à venir, estimant qu'un soutien financier international était "crucial" pour mener à bien l'année académique à venir, alors que le Liban continue de s'enfoncer dans sa pire crise économique et sociale depuis la fin de la guerre civile en 1990.

"Nous tirons la sonnette...

commentaires (2)

c est une aide déguisé , il n y aura plus d écoles à la rentrée le peule ne veut plus de ce système mafieux , de ce gouvernement qui est incapable de faire reignier l ordre et faire de reformes, ce gouvernement veut que ca continue comme avant avec l aide DU DIEU et de la FMI pas une seule réformette à l horison

youssef barada

18 h 50, le 15 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • c est une aide déguisé , il n y aura plus d écoles à la rentrée le peule ne veut plus de ce système mafieux , de ce gouvernement qui est incapable de faire reignier l ordre et faire de reformes, ce gouvernement veut que ca continue comme avant avec l aide DU DIEU et de la FMI pas une seule réformette à l horison

    youssef barada

    18 h 50, le 15 juillet 2020

  • Quel malheur! ... On a besoin de l'aide internationale pour nous tenir la main et nous guider pour n'importe quoi maintenant!!! et tout ce que les pays du monde nous disent est si simple et dans notre pouvoir: RETIRER DONC CE BOULET QUE NOUS TRAINONS ET QUI INSISTE A SE NOMMER RESISTANCE ET MOUMANAA!...eh oui c'est bien la résistance à la vie, à l'évolution et au bien-être... On s'aveugle nous mêmes pour se diriger vers le gouffre...

    Wlek Sanferlou

    15 h 51, le 15 juillet 2020