Rechercher
Rechercher

Écoles privées

L’ambassade de France invite les Libanais à réinscrire leurs enfants dans les établissements français

Les élèves des écoles homologuées pourraient bénéficier d’un montant d’aide maximal de 7 500 000 LL.

L’ambassade de France invite les Libanais à réinscrire leurs enfants dans les établissements français

La France se mobilise pour soutenir les écoles françaises et francophones du Liban. Photo d’archives L’OLJ

Face à la crise sans précédent qui touche le Liban et terrasse aussi l’école privée, l’ambassade de France a annoncé un plan d’urgence inédit, dont le point d’orgue est le soutien à l’enseignement français, à titre exceptionnel, pour l’année scolaire 2020-2021. Avec pour objectif d’encourager les parents d’élèves à inscrire leurs enfants pour la rentrée prochaine, de soutenir financièrement les établissements en grande difficulté et de sauver une année scolaire à venir largement hypothéquée. Cette mobilisation de Paris, communiquée aux chefs d’établissement par l’ambassadeur de France, Bruno Foucher, le 3 juillet, se situe dans le cadre d’un plan mondial d’urgence pour le soutien à l’enseignement français à l’étranger. Une attention toute particulière est toutefois accordée au Liban qui assiste à l’effondrement de sa monnaie nationale face aux devises étrangères, sur fond de pandémie de Covid-19 et d’impasse politico-économique. Car le Liban compte 15 % des effectifs de l’enseignement francophone à l’étranger et plus de 60 000 élèves dans le réseau de l’enseignement français. Le conseiller culturel adjoint à l’ambassade de France chargé de l’enseignement français au Liban, Henri de Rohan-Csermak, détaille pour L’Orient-Le Jour les différents volets du soutien annoncé il y a quelques jours par l’ambassade de France. Une aide dont les modalités se concrétisent de jour en jour et qui devrait être développée par le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, attendu à Beyrouth dans les prochains jours.

Familles françaises et crédits aux établissements

Le soutien français s’adresse d’abord aux familles françaises du Liban touchées à la fois par les conséquences du coronavirus et par la crise financière. « Cette double crise a créé de nouveaux besoins, vu la fermeture d’entreprises et la perte d’emplois, explique M. de Rohan-Csermak. Un fonds de bourses Covid-19 a donc été accordé aux familles françaises, face aux problèmes qu’elles rencontrent du fait de la pandémie. »

Paris veut également porter assistance aux établissements scolaires qui ont souffert d’une année plombée par le soulèvement populaire et le confinement imposé par le coronavirus. Une année qui s’est clôturée par un refus des parents d’élèves d’assumer, à eux seuls, les écolages d’un troisième trimestre à distance, et par l’octroi donc d’importantes réductions de la part des administrations scolaires privées. « Il s’agit d’une avance de trésorerie accordée en euros aux établissements privés à un taux presque nul, avec les crédits de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), destinée à compenser les pertes de l’année 2019-2020, précise le conseiller adjoint. Sauf que le remboursement doit aussi se faire en euros dans un délai limité. »

Lire aussi

Licenciements dans les écoles privées : un « massacre »

Le troisième volet de l’aide française vise les familles des élèves scolarisés dans les sept établissements conventionnés du Liban, autrement dit les cinq établissements de la Mission laïque française – le Grand Lycée franco-libanais de Beyrouth, le Lycée franco-libanais Lamartine de Tripoli, le Lycée franco-libanais de Nahr Ibrahim, le Lycée franco-libanais de Verdun, le Lycée franco-libanais de Habbouche, Nabatiyé –, ainsi que le Collège protestant français et le Lycée Abdel-Kader. « Les aides aux familles seront accordées par l’AEFE selon des modalités en cours de négociation », observe Henri de Rohan-Csermak.

Plusieurs millions d’euros aux écoles homologuées

Immanquablement, l’aide aux familles non françaises des 45 établissements scolaires partenaires de la France, dits homologués ou d’enseignement français, sera l’aspect le plus important de l’initiative des autorités françaises. D’autant qu’elle est inédite. « Cette aide s’élèvera à plusieurs millions d’euros », promet le conseiller adjoint, qui ne se prononce pas, pour l’instant, sur le montant total de l’enveloppe. Il soutient en revanche qu’en fonction des demandes d’aide et dans un souci d’équité entre les bénéficiaires, « le plafond fixé pour chaque élève ne dépassera pas 7 500 000 LL », tout en reconnaissant que « c’est la première fois que la France accorde une telle aide aux écoles homologuées du Liban ».

« Réinscrivez vos enfants dans les établissements français », lance aux parents d’élèves M. de Rohan-Csermak. Car l’objectif de « ce volet qui s’intéresse à la rentrée prochaine, contrairement aux précédents », est « d’encourager la réinscription des élèves dans les établissements d’enseignement français », de « sauver l’année scolaire » et « d’empêcher les familles libanaises dans le désespoir de quitter des écoles auxquelles elles sont attachées ». « Dans la situation actuelle, la France estime qu’il est de son devoir de les aider », assure-t-il.

Pratiquement, les parents d’élèves des écoles concernées ont déjà été informés de la nécessité de remplir un dossier, avec toutes les données financières les concernant. « Après un premier travail de vérification des données, les établissements transmettront alors les dossiers par ordre de priorité à l’ambassade de France, explique le diplomate. À son tour, l’ambassade vérifiera les candidatures, en partant du principe que l’aide sera accordée aux personnes qui en ont le plus besoin. » Les montants attribués seront alors versés aux établissements avec l’engagement qu’ils seront utilisés pour payer l’écolage des familles sélectionnées.

Lire aussi

Écoles semi-gratuites en danger, 120 000 emplois menacés

L’aide exceptionnelle de Paris aux écoles françaises et francophones du Liban vient s’ajouter à un fonds d’aide aux écoles chrétiennes francophones du Liban, annoncé début 2020 par le président français Emmanuel Macron. Baptisé Fonds Personnaz, ce soutien aux chrétiens du Moyen-Orient est accordé à égalité par l’État français et l’association l’Œuvre d’Orient. Selon les chiffres fournis par l’ambassade de France, le réseau des écoles chrétiennes du Liban, essentiellement francophones, comptait, en 2018, 337 établissements scolaires sur un total de 2 854 écoles, soit 11 % du total. Il scolarisait 190 000 élèves sur un peu plus d’un million, soit 18 % des élèves et 53 % des élèves scolarisés dans le secteur privé francophone. « Le montant officiel de ce fonds sera bientôt divulgué, de même que la liste des établissements bénéficiaires », conclut le conseiller adjoint.


Face à la crise sans précédent qui touche le Liban et terrasse aussi l’école privée, l’ambassade de France a annoncé un plan d’urgence inédit, dont le point d’orgue est le soutien à l’enseignement français, à titre exceptionnel, pour l’année scolaire 2020-2021. Avec pour objectif d’encourager les parents d’élèves à inscrire leurs enfants pour la rentrée...

commentaires (2)

Bravo et merci la France

Eva Saad

12 h 21, le 17 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bravo et merci la France

    Eva Saad

    12 h 21, le 17 juillet 2020

  • Bravo à la France et à cette initiative qui soulage quelque peu les parents en difficulté, et assure à leurs enfants une éducation hors-norme.

    Tabet Karim

    12 h 21, le 14 juillet 2020