Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Guerre après la guerre

Une guerre qui n’a jamais cessé, et dans les rues et dans ma tête, continue.

Des cris et d’éclats infernaux ici et là, suites d’actes barbares, insensibles et crus.

Cette vision cruelle est réelle et guère imaginaire, laquelle a marqué les mémoires ainsi que l’histoire et les légendes d’autre part.

Comme une scène surnaturelle sur terre !

Vrai ou pas, cela est encré en moi.

Comme les racines d’un roseau, si profondes et solides du bas jusqu’au-delà.

Que toute force devant son immense envergure s’évanouit d’effroi.

Guerre de tous les temps et tous les âges, guerre grandiose et affreuse qui se dresse bien fière et ne se défie point.

Elle brise tout en son devant et l’essence derrière sans pitié et sans fin.

Des tempêtes de destructions fâcheuses ont suivi ses actions hideuses pour couronner son terrain de triomphes malins et abîmer les corps et les âmes sans merci ni fin.

Comment mettre fin à ses ruines monstrueuses et semer la sérénité au sein de sa terre et dans les cœurs des humains.

Comment regagner ce bien perdu depuis l’Antiquité.

Comme je médite sur cet être déchu par le mal et ses abus et rêve que son esprit retrouve enfin le bonheur et sa dignité.

Par la justesse de Dieu, l’injustice on comprenait.

Et de ses droits on abusait, bien que minimes elles avaient été.

De génération en génération si mal on la prenait, que ses lois grandes devenaient aussi bien qu’elles n’étaient.

Hélas le mal en l’homme subsistait et la guerre grandissait.

Ses actions qui se prétendaient corrigibles et justifiables, nuisibles le sont-elles et illégales.

La guerre naquit d’un cœur sec, insensible, et passa vite d’une ère à l’autre comme un éclair effroyable, ou un torrent arrachant par sa violence les racines d’une bonne terre et sa graine semblable.

Cette terre fragile, celle des fidèles et des prophètes la première.

Du Créateur et sa créature la plus chère…


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Une guerre qui n’a jamais cessé, et dans les rues et dans ma tête, continue.

Des cris et d’éclats infernaux ici et là, suites d’actes barbares, insensibles et crus.

Cette vision cruelle est réelle et guère imaginaire, laquelle a marqué les mémoires ainsi que l’histoire et les légendes d’autre part.

Comme une scène surnaturelle sur terre !

Vrai ou...

commentaires (0)

Commentaires (0)