Rechercher
Rechercher

Réactions

Raï reçoit de nouveaux appuis politiques à sa vision d’un Liban neutre

« La neutralité, seule garante de l’avenir », proclame le président de la Ligue maronite.

Raï reçoit de nouveaux appuis politiques à sa vision d’un Liban neutre

Le patriarche Raï recevant une délégation de la Fondation maronite dans le monde, présidée par Charles Hage (à gauche du patriarche). Photo DR

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a de nouveau affirmé hier que les Libanais, peuple et gouvernement, doivent « œuvrer à la neutralité du Liban, pour qu’il soit terre de dialogue conformément à un vote de l’Assemblée générale de l’ONU », selon un vœu du chef de l’État qui veut en faire le pays hôte d’une « Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue entre les civilisations et les cultures ».

« Pour qu’une telle institution puisse exister, il faut un lieu naturel, une terre fertile bien attestée dans sa neutralité, a poursuivi le patriarche, qui s’exprimait devant une délégation de la Ligue maronite conduite par son président, Nehmetallah Abi Nasr. C’est pourquoi, nous devons, en tant que Libanais, œuvrer pour que le Liban terre de dialogue, de liberté et de pluralisme, de dialogue des civilisations et des cultures, ne soit pas qu’un slogan vide. »

Le 16 septembre 2019, l’Assemblée générale a voté la résolution 344 en faveur de la création au Liban de « l’Académie de l’homme pour la rencontre et le dialogue ». « Je crois fermement dans le rôle et la mission du Liban comme terre de convergence et de dialogue, avait affirmé alors le chef de l’État. L’expérience acquise par son peuple, de par sa société pluraliste, l’ont amené à rejeter l’extrémisme intellectuel et religieux, et à lui apprendre la tolérance et l’acceptation des différences. »

Neutralité, sauf à l’égard de la cause palestinienne

Pour sa part, le président de la Ligue maronite a dénoncé « l’incapacité des Libanais à se réunir et à dialoguer, afin d’élaborer des solutions sans intermédiaires, contrôleurs ou tuteurs ». Il a quand même affirmé qu’il est temps « de cesser de dépendre de l’étranger, que ce soit de l’Orient ou de l’Occident, et de compter sur nous-mêmes ».

M. Abi Nasr a en outre appuyé les orientations nationales du patriarche en faveur de la neutralité géopolitique du Liban, sauf à l’égard de la cause palestinienne. « La politique de neutralité semble aujourd’hui la seule garante de l’avenir du peuple libanais et de ses appartenances et allégeances plurielles », a affirmé M. Abi Nasr.

Dans une homélie retentissante, le patriarche avait plaidé dimanche pour que « l’étau dans lequel est prise la libre décision nationale soit brisé », en référence à la présence armée du Hezbollah, parti idéologique qui se conduit comme un État dans l’État et met en péril à la fois l’unité interne et la sécurité nationale. Dans le même élan, le patriarche avait demandé que soit proclamée et garantie la neutralité du Liban à l’égard des conflits régionaux et internationaux.

Le patriarche a également reçu hier une délégation de la Fondation maronite dans le monde conduite par son président, l’homme d’affaires Charles Hage, et sa vice-présidente, Rose Choueiri. La délégation était accompagnée par l’abbé Nehmetallah Hachem, supérieur de l’Ordre libanais maronite.

La délégation a apporté son appui aux grandes orientations nationales du patriarcat maronite, qui pèse de tout son poids en faveur de la neutralité du Liban. Elle a également fait part de l’activité d’une association d’entraide, « Solidarities », qu’elle a fondée à l’orée de la crise sociale, et qui distribue 20 000 portions alimentaires par mois sur l’ensemble du territoire libanais.

La prise de position du chef de l’Église maronite a déjà reçu plusieurs soutiens à l’intérieur, notamment celui du chef du courant du Futur, Saad Hariri. Le patriarche Raï se rend prochainement au Vatican pour en parler avec les officiels du Saint-Siège.


Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a de nouveau affirmé hier que les Libanais, peuple et gouvernement, doivent « œuvrer à la neutralité du Liban, pour qu’il soit terre de dialogue conformément à un vote de l’Assemblée générale de l’ONU », selon un vœu du chef de l’État qui veut en faire le pays hôte d’une « Académie de l’homme pour la...

commentaires (3)

La prise de position du chef de l’Église maronite a déjà reçu plusieurs soutiens à l’ intérieur , notamment celui du chef du courant du Futur , Saad Hariri. ca nous fait des belles jambes, tous ceux qui ont pillé le liban ( on peut les citer tous dont le gouverneur de BDL avec). sont en faveur d un pays confessionnel ,clientaliste bordelique non merci

youssef barada

18 h 42, le 12 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • La prise de position du chef de l’Église maronite a déjà reçu plusieurs soutiens à l’ intérieur , notamment celui du chef du courant du Futur , Saad Hariri. ca nous fait des belles jambes, tous ceux qui ont pillé le liban ( on peut les citer tous dont le gouverneur de BDL avec). sont en faveur d un pays confessionnel ,clientaliste bordelique non merci

    youssef barada

    18 h 42, le 12 juillet 2020

  • Mais on s en - contre sacre de la cause palestinienne ... N avons nous pas assez payé pour cette cause perdue ? L olp n avait- Il pas essayer de s accaparer du Liban pour remplacer une terre qu ils ont vendu ? Rappelez vous du poème de Nadia Tueni , écoutez la respiration de la mémoire !!!!!!!!!!

    Robert Moumdjian

    05 h 29, le 12 juillet 2020

  • Est-ce que Aoun et Bassil écoutent? Le patriarche devrait ôter au numéro 1 de l’état sa représentativité maronite maintenant que le peuple lui ait ôté la légitimité populaire.

    Michael

    15 h 45, le 11 juillet 2020