Rechercher
Rechercher

Économie - Devises

Denrées alimentaires : la BDL hausse le taux applicable pour la circulaire n° 557

Denrées alimentaires : la BDL hausse le taux applicable pour la circulaire n° 557

La BDL a rappelé que la procédure dédiée aux importateurs ciblés par la circulaire n° 557 ne pouvait être enclenchée qu’à travers le secteur bancaire. Photo Anwar Amro/AFP

La Banque du Liban (BDL) a annoncé hier dans un communiqué avoir haussé le taux applicable dans le cadre du mécanisme mis en place par sa circulaire intermédiaire n° 557. Adopté le 27 mai dernier en plein contexte de crise, ce texte permet aux importateurs de certaines denrées alimentaires de base et de matières premières destinées à l’industrie agroalimentaire d’obtenir auprès d’elle des dollars contre des livres libanaises à un taux certes supérieur à la parité officielle de 1 507,5 livres pour un dollar, mais inférieur à celui du marché noir, dans un contexte de forte raréfaction du dollar.

Fixé à 3 200 livres pour un dollar au moment de la publication de la circulaire, le nouveau taux a désormais été relevé à 3 900 livres, soit un niveau identique à celui quotidiennement imposé par la Banque centrale, depuis le 18 juin, aux agents de change agréés. La BDL rappelle en outre que la procédure dédiée aux importateurs ciblés par la circulaire n° 557 ne peut être enclenchée qu’à travers le secteur bancaire. Le demandeur sollicite sa banque qui envoie la demande à la Banque centrale, laquelle débloque et transfère les fonds réclamés. Un processus qui prend une dizaine de jours environ. Les modalités complémentaires ainsi que la liste des produits concernés ont, elles, été détaillées fin mai par le ministère de l’Économie et du Commerce. Ce dernier est d’ailleurs en train de finaliser une extension de la liste de produits inclus dans le dispositif (le « panier »), qui englobera également d’autres biens de grande consommation, selon une source au ministère. Cette dernière ajoute que le gouvernement devrait dévoiler la nouvelle liste aujourd’hui, avant ou après le Conseil des ministres prévu à Baabda. Certaines catégories de viandes importées devraient être en principe incluses dans le dispositif.

Lire aussi

Des dollars injectés dans les banques pour le paiement des produits importés, annonce Salamé

Le dispositif mis en place par la circulaire n° 557 est un moyen imaginé par la BDL et le ministère de l’Économie pour tenter de freiner l’inflation spectaculaire de nombreux produits, locaux comme importés, en raison de la brutale dépréciation de la livre par rapport au dollar. Selon les sources habituellement contactées par L’Orient-Le Jour, le taux dollar/livre gravitait autour de 9 300 livres hier en fin d’après-midi sur le marché noir, une moyenne proche de la fourchette signalée par le site Lebaneselira.org (9 000 livres le dollar à l’achat et 9 400 à la vente). Le marché noir est devenu la principale référence du marché dès les premiers mois de la crise qui a démarré fin août dernier.

Communiqué des industriels

Cette tendance, que les autorités comme la BDL ne semblent pas en mesure de contrer, s’est renforcée depuis que les banques ont adopté des restrictions drastiques et illégales sur les comptes en devises en arrêtant de donner des dollars en espèces (depuis mars) et que les agents de change agréés ont drastiquement encadré les modalités d’achat de devises (courant juin).

En parallèle, l’Association des industriels libanais (AIL) s’est plainte hier dans un communiqué du fait qu’un dispositif mis en place par la BDL adopté le 27 mai, la circulaire n° 556, n’avait toujours pas été mis en application. Ce texte engageait la BDL à débloquer 100 millions de dollars de devises afin de permettre aux industriels de payer 90 % des montants dus à leurs fournisseurs à l’étranger via leurs propres comptes en monnaie étrangère dont l’accès a été limité par les banques (comptes en dollars libanais, par opposition aux « fonds frais » sur lesquels aucune limite ne s’applique). Les modalités d’application sont fixées par le ministère de l’Industrie et la BDL.




La Banque du Liban (BDL) a annoncé hier dans un communiqué avoir haussé le taux applicable dans le cadre du mécanisme mis en place par sa circulaire intermédiaire n° 557. Adopté le 27 mai dernier en plein contexte de crise, ce texte permet aux importateurs de certaines denrées alimentaires de base et de matières premières destinées à l’industrie agroalimentaire d’obtenir auprès...

commentaires (1)

Alors que la BdL a prolongé en catimini la circulaire 536 qui convertit 50% des intérêts des comptes $ au taux fictif, fantaisiste et débile de 1507,50 Livres de singe. Les retraités voient leur pouvoir d’achat divisé par 5. Mais le gouvernement et le gouverneur de la BdL ne sont pas à une débilité près.

Liberté de Penser

09 h 03, le 07 juillet 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Alors que la BdL a prolongé en catimini la circulaire 536 qui convertit 50% des intérêts des comptes $ au taux fictif, fantaisiste et débile de 1507,50 Livres de singe. Les retraités voient leur pouvoir d’achat divisé par 5. Mais le gouvernement et le gouverneur de la BdL ne sont pas à une débilité près.

    Liberté de Penser

    09 h 03, le 07 juillet 2020

Retour en haut