Nos Lecteurs ont la Parole

La classe moyenne

Dans la plupart des pays, une tranche de citoyens nichés entre les richissimes et les démunis constitue en général la colonne vertébrale de la nation. Chez nous, depuis la fin de la guerre qui a bouleversé notre système social, cette tranche appelée classe moyenne s’est trouvée rétrécie car le pouvoir d’achat de bon nombre de citoyens a diminué.

Dernièrement, avec les nouvelles restrictions sur les dépôts constitués en majorité par les économies de cette même classe moyenne (les riches, eux, et les gens du pouvoir ayant viré leurs avoirs hors du pays), celle-ci se trouve amputée des trois quarts de son pouvoir d’achat (à condition toutefois qu’on lui permette d’y avoir accès).

La question qui se pose est comment les personnes qui nous gouvernent espèrent faire redémarrer l’économie ? Comment l’agriculteur, l’industriel, le commerçant, celui qui travaille dans le secteur libéral, dans le domaine de l’éducation ou des loisirs, va pouvoir dorénavant exercer sa profession, son métier, si cette classe moyenne sur laquelle repose la bonne marche de l’économie d’un pays se trouve réduite comme peau de chagrin ?

Rayer la classe moyenne d’un pays est extrêmement dangereux ; c’est lui ôter sa pierre angulaire.

L’effondrement devient inévitable. Nous en sommes témoins. Nous en tenons responsables tous ceux qui ont participé au pouvoir depuis la fin de la guerre civile ; aucun ne peut se cacher derrière la moindre excuse, à savoir les Hariri, Berry, Joumblatt, Nasrallah, Geagea, Lahoud, Gemayel et Sleiman. Et leurs ministres respectifs au même titre que Aoun, Bassil son « illustre » protégé et Hassane Diab. Et aussi, et surtout, les responsables d’une justice manipulée qui aurait dû depuis belle lurette se manifester.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Dans la plupart des pays, une tranche de citoyens nichés entre les richissimes et les démunis constitue en général la colonne vertébrale de la nation. Chez nous, depuis la fin de la guerre qui a bouleversé notre système social, cette tranche appelée classe moyenne s’est trouvée rétrécie car le pouvoir d’achat de bon nombre de citoyens a diminué.

Dernièrement, avec les...

commentaires (0)

Commentaires (0)