Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

"Il n'y a pas de crise du pain", assure le président du syndicat des boulangers

Des pains libanais sur un tapis roulant dans une boulangerie de Beyrouth. Photo d'illustration Nabil Ismaïl

Le président du syndicat des boulangers, Ali Ibrahim, a assuré lundi qu'il n'y a pas de crise du pain, alors que des files s'étaient formées samedi devant les boulangeries du pays, les habitants craignant des ruptures de stock du pain, dues à la chute continue de la livre libanaise. Samedi, le ministre de l'Economie, Raoul Nehmé, avait déjà affirmé qu'il n'y avait pas de "pénurie de pain".

"Il y a plusieurs solutions sur la table, mais nous ne voulons pas entrer dans les détails", a déclaré M. Ibrahim à l'issue d'un entretien avec M. Nehmé, laissant entendre que l'une des solutions prévoit une augmentation du prix du pain. Le représentant des boulangeries a expliqué que ce dernier présentera ces solutions lors du Conseil des ministres prévu mardi. "Nous allons continuer, pour le moment, à distribuer le pain aux commerces", a-t-il assuré.

Plus tôt dans la journée, le rassemblement des minotiers du Liban avait lui aussi affirmé qu'il n'y avait "pas de pénurie de farine" dans le pays.

Depuis plusieurs mois, les boulangeries du Liban mettent régulièrement les autorités en garde contre "les graves crises qui touchent le secteur", en raison notamment de la pénurie de mazout et de l'augmentation du prix des matières premières, dans un contexte de hausse du dollar face à la livre libanaise et de la crise économique et financière. Pour tenter de trouver une voie médiane entre les boulangers et les citoyens, le ministère de l’Économie a légèrement augmenté le prix du paquet de pain et diminué son poids réglementaire, mais cette hausse a été jugée insuffisante par les boulangers qui ont appelé l’État à subventionner les matières premières entrant dans la fabrication du pain. Le ministre de l’Économie a accru les inquiétudes de l’opinion publique en début de semaine en proposant de modifier les modalités d’attribution de la subvention sur le taux livre/dollar dont bénéficient depuis octobre dernier les importateurs de farine et de carburant (essence et mazout, plus particulièrement).


Le président du syndicat des boulangers, Ali Ibrahim, a assuré lundi qu'il n'y a pas de crise du pain, alors que des files s'étaient formées samedi devant les boulangeries du pays, les habitants craignant des ruptures de stock du pain, dues à la chute continue de la livre libanaise. Samedi, le ministre de l'Economie, Raoul Nehmé, avait déjà affirmé qu'il n'y avait pas de "pénurie de...