Nos Lecteurs ont la Parole

Liberté d’expression à la libanaise

S’exprimer, dire ce qu’on pense ou en repense. Se pencher sur ses tournures obscures, crier, voiler sa déception, rugir, punir par les mots.

Droit de dire, droit de penser...

Choisir ses dires... Cadrer ses pensées...

Tout dire sans pointer...

Accuser sans nommer...

Penser sans dire...

Se révolter et se taire...

Souffrir sans crier...

Hurler à la honte, aux mensonges, aux fausses publicités, mais à voix basse, on pourrait t’écouter !

En français peut-être, ou même en anglais, mais pas dans un lexique brut...

Gare aux écrans, aux spectateurs, aux prédateurs, aux dramaturges, aux agacés, aux dépassés et aux voleurs, aux empereurs, aux divas, aux virages... « Beau rivage » !

Paroles, promesses, tournées, champagne qui coule, victoire...

Et la réalité en pleine figure !

Discours court... Gris !

Humeur morose, déboires à l’eau de rose...

Dépromus, détrônés, mais quand même élus !

Disons ce que nous avons à dire, puissent-ils nous faire taire, au moins nous ne les laisserons pas faire !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


S’exprimer, dire ce qu’on pense ou en repense. Se pencher sur ses tournures obscures, crier, voiler sa déception, rugir, punir par les mots.

Droit de dire, droit de penser...

Choisir ses dires... Cadrer ses pensées...

Tout dire sans pointer...

Accuser sans nommer...

Penser sans dire...

Se révolter et se taire...

Souffrir sans crier......

commentaires (0)

Commentaires (0)