Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

Une infirmière de l’hôpital Rafic Hariri contaminée par le coronavirus

La patiente aurait contracté le virus en dehors de l’hôpital. Aucun autre membre de l’équipe n’est cependant touché par la maladie.

Une infirmière de l’hôpital Rafic Hariri contaminée par le coronavirus

Une infirmière de l’hôpital Hariri a été diagnostiquée positive au Covid-19. Photo d’archives Joseph Eid/AFP

« La journée d’hier (lundi) n’a pas bien commencé. Un de nos soignants sur la ligne de front a été diagnostiqué positif au Covid-19. Il s’agit de la première contamination parmi notre personnel depuis le début de la crise. » C’est par ces mots que le Dr Firas Abiad, directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri, a annoncé hier sur son compte Twitter la première contamination au sein de l’équipe soignante de l’établissement.

« C’est une infirmière de l’une des sections du département consacré au Covid-19 qui a contracté le virus, sachant que ce département est complètement isolé des autres sections de l’hôpital », explique à L’Orient-Le Jour le Dr Pierre Abi Hanna, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital. « Selon les premiers éléments de l’investigation menée pour déterminer l’origine de la contamination, elleaurait attrapée le virus en dehors de l’établissement, poursuit-il. Tous les autres membres de l’équipe ont été testés négatifs. Ceux qui, parmi eux, sont à risque élevé de contact avec la patiente sont en quarantaine, alors que ceux qui sont à faible risque de contact observent leurs symptômes. En ce qui concerne la patiente, elle est sous traitement médicamenteux et son état est stable. »

« C’est la première contamination parmi l’équipe soignante de l’hôpital en quatre mois », constate le Dr Abi Hanna, qui insiste sur « les mesures strictes de précaution prises au sein de l’établissement ». Il fait remarquer qu’à l’échelle mondiale, les études ont montré qu’en moyenne 5 à 7 % des membres des équipes soignantes sont touchés par le virus.

À l’ambassade du Liban au Koweït

Hier aussi, l’ambassade du Liban au Koweït a annoncé sur sa page Facebook qu’un de ses employés a été testé positif au Covid-19 et que par conséquent, l’ambassade allait fermer ses portes jusqu’à dimanche. « C’est le second cas parmi les membres de la mission diplomatique libanaise », souligne à L’OLJ le chargé d’affaires du Liban au Koweït, Bassel Oueidate. « Le premier cas a été détecté en avril à une période où le Koweït était en confinement, ajoute-t-il. L’ambassade était alors fermée. Le second cas a été détecté lundi soir. C’est un jeune homme qui toussait. À ma demande, il a effectué le test de dépistage PCR. Il se porte bien et ne présente aucun autre symptôme. »

Lire aussi

Quand une initiative privée vole au secours d’hôpitaux publics

Le jeune homme en question n’est entré en contact avec aucun autre de ses collègues, assure M. Oueidate, qui affirme que « par mesure de précaution, les locaux resteront fermés jusqu’à dimanche, date à laquelle une vaste opération de désinfection aura lieu, sachant qu’il s’agit de la quatrième opération du genre depuis le mois d’avril ».

Soulignant que l’ambassade fonctionne actuellement à 30 % de sa capacité, « dans le cadre des mesures de précaution », le chargé d’affaires note que « les rendez-vous pris par des Libanais résidant au Koweït pour les journées de mardi et jeudi (seules journées de travail jusqu’à présent) ont été décalés à lundi et mercredi, puisque à partir de lundi, nous allons ouvrir quatre jours par semaine ». « La sécurité des membres de notre équipe et des visiteurs de l’ambassade est une priorité », conclut-il.

Neuf nouveaux cas

Par ailleurs, une nouvelle hausse a été enregistrée hier au compteur de l’épidémie, avec neuf nouveaux cas dont trois parmi les rapatriés, selon le bilan quotidien du ministère de la Santé. Ce qui porte à 1 473 le nombre des cas cumulés depuis le début de l’épidémie, dont 32 décès et 889 guérisons. Au nombre des personnes rétablies, onze habitants de Majdel Anjar et huit patients qui se trouvaient aux soins intensifs. Actuellement donc, 552 patients souffrent du Covid-19.

Hier encore, les rapatriements de Libanais bloqués à l’étranger se sont poursuivis. Plusieurs centaines de personnes sont notamment rentrées dans la journée en provenance de Syrie, via les postes-frontières de Masnaa et Abboudiyé, dans le cadre de la septième réouverture partielle de la frontière terrestre depuis l’entrée en vigueur de la mobilisation générale.

Au niveau des évacuations aériennes, aucun vol de Libanais n’était prévu pour hier, alors que quatre avions sont attendus aujourd’hui en provenance de Riyad, Dubaï, Londres et Moscou, dans le cadre de la quatrième phase des évacuations. En revanche, deux vols ont transporté hier dans leur pays des migrants de nationalité éthiopienne.

Enfin, en préparation de la réouverture de l’Aéroport international de Beyrouth (AIB), prévue le 1er juillet à 10 % de sa capacité en comparaison avec la même période de l’année dernière, le ministre des Transports a précisé les différentes mesures de protection qui ont commencé à être mises en place. Il a notamment annoncé l’installation de repères au sol, afin d’assurer la distanciation entre les voyageurs, de panneaux de plexiglas sur les comptoirs et de bouteilles de désinfectant.


« La journée d’hier (lundi) n’a pas bien commencé. Un de nos soignants sur la ligne de front a été diagnostiqué positif au Covid-19. Il s’agit de la première contamination parmi notre personnel depuis le début de la crise. » C’est par ces mots que le Dr Firas Abiad, directeur de l’hôpital universitaire Rafic Hariri, a annoncé hier sur son compte Twitter la...

commentaires (1)

Bon courage à cette courageuse dame et on lui souhaite une guérison certaine et rapide! Nos prières iront pour elle!

Wlek Sanferlou

03 h 10, le 17 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Bon courage à cette courageuse dame et on lui souhaite une guérison certaine et rapide! Nos prières iront pour elle!

    Wlek Sanferlou

    03 h 10, le 17 juin 2020

Retour en haut