Liban

Le Hezbollah dénonce la loi César, une "mesure dictatoriale" de Washington

Le logo du bloc parlementaire du Hezbollah. Via l'Ani

Le groupe parlementaire du Hezbollah a estimé jeudi que la "loi César", adoptée par Washington et imposant des sanctions au régime syrien et ses alliés, est une "mesure dictatoriale" prise par les États-Unis, mais n'aura aucun impact sur la Syrie et son peuple.

Dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion hebdomadaire, les députés du parti chiite ont critiqué "la tendance raciste des États-Unis et la rapidité avec laquelle ils ont utilisé la violence contre leurs propres citoyens, notamment ceux d'origine africaine", contredisant ainsi les allégations selon lesquelles ce pays est "civilisé". Ils ont par ailleurs dénoncé "les sanctions unilatérales" imposées par l'administration américaine contre les pays et les forces "qui veulent assurer la croissance" du Moyen-Orient. Ils ont estimé que ces sanctions "prouvent que Washington n'a plus d'influence" sur les pays de la région et que la "loi César "est une mesure dictatoriale" qui ne parviendra pas à "soumettre la Syrie et son peuple". Cette loi, rappelle-t-on, vise à sanctionner tout gouvernement, parti politique ou toute entité privée qui aide le régime de Damas ou qui contribue à la reconstruction de la Syrie, ce qui signifie pratiquement que le Liban ne pourra pas échapper à ses effets, par le biais notamment de la contrebande entre les deux pays.

Par ailleurs, les députés ont estimé que "toutes les tentatives d'handicaper la productivité du gouvernement libanais sont artificielles" et ont pour ambition de livrer le pays aux politiques américaines, dans l'intérêt de l’État sioniste et aux dépens des peuples de la région".  

Plus tôt dans la journée, lors d'un Conseil des ministres tenu au palais présidentiel, le chef de l’État, Michel Aoun, et le Premier ministre, Hassane Diab, avaient déjà dénoncé les campagnes et accusations lancées contre le gouvernement, estimant que ce dernier faisait pourtant tout son possible pour sortir le pays de la crise économique et financière.


Le groupe parlementaire du Hezbollah a estimé jeudi que la "loi César", adoptée par Washington et imposant des sanctions au régime syrien et ses alliés, est une "mesure dictatoriale" prise par les États-Unis, mais n'aura aucun impact sur la Syrie et son peuple.

Dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion hebdomadaire, les députés du parti chiite ont critiqué "la...