Contestation

Armes illégales, cherté de vie, corruption : nouvelles manifestations à travers le Liban

Des manifestants se rassemblent près du domicile d'Amine Gemayel, l'accusant de corruption.

Un groupe de protestataires manifestant le 30 mai 2020 à Beyrouth contre les armes illégales, en référence à l'arsenal du Hezbollah. Photo AFP / ANWAR AMRO

Armes illégales, vie chère, corruption, licenciements : plusieurs manifestations, quoique de petite ampleur, ont eu lieu samedi à travers le territoire libanais, confirmant un regain de la mobilisation populaire déclenchée le 17 octobre 2019 contre une classe politique et financière accusée de corruption et d'incompétence. Ce regain intervient au moment où le Liban continue de lutter contre la propagation du coronavirus, maintenant en place l'état de mobilisation générale qui prévoit une série de restrictions, ce qui n'a nullement dissuadé ces manifestants.

Devant le siège du palais de Justice de Beyrouth, une poignée de manifestants sont venus réclamer l'application des résolutions 1559 et 1680 du Conseil de sécurité de l'ONU qui prévoient, entre autres, le désarmement des groupes non-étatiques. Cette résolution cible principalement le Hezbollah, seul parti politique au Liban qui a maintenu son arsenal après la fin de la guerre civile en 1990. Si la révolte du 17 octobre soulève une série de revendications sociales, économiques et politiques, le désarmement du Hezbollah n'est pas généralement évoqué par les protestataires. Cette question reste épineuse et divise tant la classe politique que la population. La preuve : un groupe de contre-manifestants, se revendiquant également de la révolte du 17 octobre, est venu exprimer son soutien aux armes du Hezbollah, tout en se disant contre la corruption.

La Cimenterie nationale

Ailleurs dans le pays, des rassemblements contre la cherté de vie ont également eu lieu. Ainsi, dans la Békaa-Ouest, des habitants de la localité de Hoch Harimé ont bloqué la route principale de la ville, rapporte notre correspondante Sarah Abdallah. Plus au Nord, à Tripoli, un groupe de manifestants s'est rassemblé pour les mêmes raisons, drapeaux libanais à la main, sur la place Abdel Hamid Karamé, connue sous le nom de place al-Nour, épicentre de la révolte dans la capitale du Liban-Nord. Les protestataires ont bloqués les routes menant à la place, au milieu d'un fort déploiement militaire et policier. Des slogans assurant "le retour à la révolution du 17 octobre" ont été scandé. Un rassemblement similaire s'est tenu à Saïda, au Liban-Sud.

Lire aussi

Au Liban, les militaires retraités passent à l’action politique

En outre, des dizaines de chauffeurs de camions travaillant pour Sabeh Beton, filiale de la Cimenterie nationale qui avait annoncé vouloir licencier 95% de ses employés dans les prochains jours, ont manifesté à Zahlé, bloquant des routes de cette ville de la Békaa. Toutefois, la Cimenterie nationale a annoncé dans l'après-midi avoir suspendu sa décision, après s'être entretenue avec le Premier ministre, Hassane Diab.

Manifestation près du domicile d'Amine Gemayel

Sur le plan de la lutte contre la corruption, une poignée de protestataires se sont rassemblés en début de soirée près du domicile de l'ancien président libanais Amine Gemayel à Sin el-Fil, dans la banlieue-est de Beyrouth, l'accusant de corruption. Des affiches à l'effigie de Samy Gemayel, fils d'Amine Gemayel et chef du parti Kataëb que son père avait dirigé, ont été placardés par les manifestants, comme cela avait été fait lors des précédentes manifestations devant les domiciles d'autres députés, notamment Gebran Bassil, Jamil Sayyed ou encore Walid Joumblatt.

Lire aussi

Le torchon brûle entre le CSM et Ghada Aoun

"Amine Gemayel a toujours été connu pour sa corruption, et à présent son fils perpétue cette tradition", a accusé l'un des manifestants au micro de la chaîne LBCI. Il n'y a pas eu toutefois d'échauffourées entre les protestataires et les forces de l'ordre déployées sur place, contrairement à vendredi soir, lorsqu'un groupe de manifestants a été agressé par des militaires et des partisans du président du Parlement, Nabih Berry, lors d'un rassemblement près de sa résidence à Aïn el-Tiné à Beyrouth.

Depuis le 17 octobre 2019, le Liban connaît une révolte populaire sans précédent qui fustige la classe politique et financière, l'accusant de corruption et d'incompétence. Le pays fait face à sa pire crise économique en trente ans, et doit lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Ces circonstances ont poussé des milliers de Libanais au chômage et dans la pauvreté. Le gouvernement de Hassane Diab a présenté un plan de redressement sur cinq ans, à travers lequel il espère pouvoir sortir le pays de sa crise. Mais ce cabinet est largement conspué dans la rue et doit faire face aux divisions en son sein, ainsi qu'aux critiques des partis de l'opposition.


Armes illégales, vie chère, corruption, licenciements : plusieurs manifestations, quoique de petite ampleur, ont eu lieu samedi à travers le territoire libanais, confirmant un regain de la mobilisation populaire déclenchée le 17 octobre 2019 contre une classe politique et financière accusée de corruption et d'incompétence. Ce regain intervient au moment où le Liban continue de lutter...

commentaires (14)

Il est urgent de recentrer l’action du 17 octobre contre la bande des cinq: Amal PSP Hezbollah Futur CPL car ce sont avant tout eux qui ont mené le pays à la ruine économique et à l’asservissement politique aux puissances étrangères.

Citoyen libanais

14 h 50, le 01 juin 2020

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Il est urgent de recentrer l’action du 17 octobre contre la bande des cinq: Amal PSP Hezbollah Futur CPL car ce sont avant tout eux qui ont mené le pays à la ruine économique et à l’asservissement politique aux puissances étrangères.

    Citoyen libanais

    14 h 50, le 01 juin 2020

  • IL FAUT SE CONCENTRER SUR LES ARMES ILLEGALES ET CEUX QUI INTIMIDAMT LES AUTRES AVEC CET ARSENAL ONT AMENE LE PAYS LA OU IL EST AUJOURD,HUI CAD AU STADE DE MENDIANT INTERNATIONAL...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 04, le 31 mai 2020

  • Ceux qui détiennent les armes illégales s’en prennent à tous les libanais patriotiques ou ceux qui œuvrent pour le salut de notre pays. Ces manifestants qui soudainement sortent d’on ne sait où facilitent leurs tâches. Ils ont changé de méthodes qui consistait à éliminer physiquement leurs opposants puisque le monde a les yeux braqués sur eux et attendent le moindre faux pas pour les punir et les mettre hors d’etat De nuire. Alors ce subterfuge monté de toute pièce ne convainc que leurs convaincus. Peine veine. RENTREZ CHEZ VOUS BANDE D’ABRUTIS. Vous faites du tort à la révolution.

    Sissi zayyat

    12 h 13, le 31 mai 2020

  • Allez rentrer chez , ça commence à ressembler à une gangraine qui a atteint certains manifestants qui prétendent être du mouvement du 17 octobre. Les deux pelés et trois tondus qui n’ont pas trouvé mieux à faire que de manifester devant ,es Gemayel sont des vendus et des lâches, ils avaient que les cagoulés portant des bâtons ne viendront pas les inquiéter puisque c’est leur boss qui a donné les fausses informations pour semer le doute dans certains crânes creux et espère que ça prenne. Quant à ceux qui défendent les armes illégales et prônent l’honnêteté du HB, ce sont des agents du CPL qui infiltrent les manifestants en espérant se faire entendre. Ceux là on les invite a aller manifester chez lui dans son fief puisque nous savons nous que le seul responsable des vols de tout genre est approuvé par HN pour pouvoir alimenter son réseau et acheter des armes qu’il retournera contre les libanais.

    Sissi zayyat

    11 h 41, le 31 mai 2020

  • Et puis ces menaces de mort contre les députés Kataëb sur les réseaux sociaux..Dont Berri affirment qu’ils sont incontrôlables.. Pourquoi n’y a t il jamais de menaces de mort que contre un groupe politique donné. Dans le cas contraire que se serait-il passé dans la rue??

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 14, le 31 mai 2020

  • En revanche les armes illégales , elles le sont bien. Elles devaient être portées jusqu’à la libération sud du pays. Après le retrait unilatéral décidé par Israël le génial dossier de Chebaa fut trouvé... Tu nous les donne ou pas, question posée au régime syrien, qui répond tu les libères ou pas?? Résultat , les armes illégales sont aujourd’hui à Idleb et Karkouk.. Elles résistent là-bas.... à la démocratie naissante !! Un peu comme chez nous.

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 09, le 31 mai 2020

  • Samu Gemayel n’a pas d’amis qui lui prêtent des avions privés , Bashir Gemayel est connu pour avoir refusé une limousine Mercedes qu’on lui avait gracieusement offert.... Ca sent une peu le fuel derrière cette manif...!

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 02, le 31 mai 2020

  • Les accusations de corruption contre Samy Gemayel sont inédite(pour son père, c'est autre chose). Je sais "Kullon, yaani kullon!", mais Samy est sans doute le seul hommes politique à avoir soutenu la thaoura depuis le premier jour. Il semble bien que certains partis cherchent à récupérer à leur profit le mouvement de contestation..

    Yves Prevost

    07 h 25, le 31 mai 2020

  • Etonnante cette manifestation contre les Gemayel les accusant de corrompus. Sûrement elle est téléguidé par des perturbateurs qui n'ont rien à voir avec la révolution libanaise. Leur but est la désinformation et contrecarrer la révolution.

    Basile Pierre

    07 h 21, le 31 mai 2020

  • Très mal déplacée cette visite ,et dénuée de tout sens , surtout que les quelques participants veulent faire figurer le chef du parti comme corrompu. Ce qui est faux. Osez aller là où on vous attend avec des bâtons, et cessez ces gesticulations de bétises.

    Chahine

    05 h 32, le 31 mai 2020

  • SAMI GEMAYEL CORROMPU? TOUS CAD TOUS MAIS AU MOINS DONNEZ UNE RAISON POUR LES QUELQUES POLITICIENS ENCORE HONNETTES ET QUI NE CE SONT PAS ENRICHI S SUR LE DOS DU PEUPLE AMINE GEMAYEL CORROMPU? IL A QUITTE LA PRESIDENCE EN 1990, AVANT CES FAMEUX 30 ANS SUPPOSES AVOIR AMENE LE PAYS A LA RUINE LE PAYS A VRAIMENT COMMENCE SA DESCENTE AUX ENFERS DEPUIS QUE BASSIL A EU LA MEGALOMANIE DE SE DIRE REPRESENTANT DE TOUS LES CHRETIENS DU PAYS ALORS QU'EN 1975 IL AVAIT JUSTE 5 ANS ET N'A JAMAIS CONNU UN BACHIR GEMAYEL ET SA FAMILLE QUI ONT LLUTTE DE TOUTES LEUR FORCE CONTRE LES ATTAQUES PALESTINIENNES , AIDES SOUVENT PAR DES MUSULMANT LIBANAIS N'AYANT RIEN COMPRIS A CETTE GUERRE. LA CHUTE VERTIGINEUSE DATE DE LA MISE SOUS TUTELLE DE L'ELECTRICITE PAR LE CPL QUI A CONDUIT LE PAYS A LA FAILLITTE CAR MEME SI IL N'Y A EU AUCUNE CORRUPTION, IL FAUT AVOUER QUE LEURS DECISIONS ONT ETE CATSTROPHIQUES ET IL NE SUFFIT PAS DE DIRE ON M'A EMPECHE POUR NE PAS PORTER UNE LOURDE RESPONSABILITE DANS LA FAILLITTE DE CE PAYS LA VERITE REVOLUTIONNAIRES: FAITES CE QUE VOUS PENSEZ DEVOIR FAIRE MAIS SURTOUT PRENEZ VOUS EN AUX VRAIS RESPONSABLES CAD CEUX QUI SONT VENUS AU POUVOIR EN VENDANT LEURS AMES AU DIABLE ET QUI ONT DES MILICES QUI VOUS TABASSENT CHAQUE FOIS QUE VOUS PRONONCEZ LE NOM DE LEURS LEADERS

    LA VERITE

    02 h 59, le 31 mai 2020

  • LES INIQUITES DU GOUVERNEMENT ET DES PREDATEURS BANQUIERS SES COMPLICES QUI ONT DEVALISE LES ECONOMIES D,UNE VIE DES GENS ET LA FAIM QUI EN RESULTE VONT METTRE LE FEU AUX POUDRES.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    22 h 01, le 30 mai 2020

  • je tombe des nues... ok pour les manifs mais ...Amine gemayel??? !!!! et samy gemayel??? S'il y a des gens qui sont modestes et humbles et pourtant à l'aise sans être fortunés..ce sont eux... Ils ont donné de nombreux martyrs... Ca cache une cabale contre Samy pour le griller. Maintenant chaque "maronite" pouvant espérer accéder à la présidence va être insulté et accusé de corruption par un autre maronite. Sinon je ne vois pas en quoi Samy et Amine seraient corrompus. N'importe quoi cette manif

    RadioSatellite.co

    21 h 41, le 30 mai 2020

  • Ceci commence à ressembler à un nouveau folklore libanais ou les manifestants si pacifiques tombent dans un cercle vicieux sans pouvoir intimider les responsables pour les culpabiliser .

    Antoine Sabbagha

    20 h 50, le 30 mai 2020