Rechercher
Rechercher

Les « infaux » du coronavirus

La recette « miracle » d’un manitou des plantes

Parallèlement à l’épidémie de la Covid-19, c’est une véritable épidémie d’« infaux », ou fake news, qui s’est répandue sur la planète, via les réseaux sociaux ou les groupes de conversations WhatsApp. « L’Orient-Le Jour » lance une minisérie d’articles pour tordre le cou à certaines fausses informations qui, si elles peuvent donner à rire parfois, peuvent aussi avoir des conséquences désastreuses.

Photo d'illustration Bigstock

Il se présente comme le pape de la médecine par les plantes. Des plantes qu’il va chercher au sommet des montagnes les plus hautes, ou au fond des mers pour fabriquer ses produits « miracles ». Pendant des années, il a occupé l’antenne sur les chaînes locales hertziennes (avant que ce type de programmes, qui continuent à être diffusés sur les chaînes satellitaires, n’y soit interdit) s’étendant sur les bénéfices de chacun de ses produits : une même pilule pour traiter aussi bien l’hyper que l’hypotension, une autre pour contrôler le diabète, l’hypertension et l’excès de cholestérol, et une troisième pour réguler le cycle menstruel et lutter contre les problèmes de la prostate, l’anémie, les troubles digestifs, la calvitie et l’infertilité chez la femme.

Aujourd’hui, c’est à la Covid-19 que ce grand manitou des plantes se consacre. Alors que la communauté scientifique internationale travaille d’arrache-pied pour trouver un traitement ou un vaccin contre la maladie, ce grand spécialiste des plantes affirme en avoir trouvé le remède. En mars, après que l’Organisation mondiale de la santé eut annoncé que le nouveau coronavirus était devenue une pandémie, le voilà qui propose son remède. Dans une vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux, on le voit dans son appartement surplombant la mer, masque bien posé au-dessous du menton, conseiller « l’eucalyptus ». Il tend la main, prend une poignée de feuilles vertes, assurant que « cette plante peut être trouvée dans toutes les régions ».

Il enchaîne en expliquant qu’il faut nettoyer les feuilles avec de l’eau et du sel, avant de les faire bouillir jusqu’à ce que « la vapeur remplisse toute la maison ». « Cette vapeur aseptise la maison, les voies respiratoires, les vêtements et le corps », assure-t-il. En bonus, il conseille de boire de ce breuvage une demi-tasse à café deux fois par jour pendant 5 jours consécutifs.

Joignant l’acte à la parole, on le voit dans une deuxième vidéo inhaler lui-même la vapeur de la préparation d’eucalyptus.

Interviewé par une obscure chaîne sur YouTube, il affirme que depuis le début de la pandémie, il est engagé dans des recherches effrénées pour voir comment lutter contre le virus. Il confie aussi que jusqu’à présent, il n’a pas trouvé mieux que cette plante. Il conseille à tous les membres de la famille d’inhaler ensemble pendant une à deux minutes les vapeurs d’eucalyptus, assurant qu’ils se sentiront mieux immédiatement. Il affirme enfin que tout médicament qui sera développé à l’échelle internationale contiendra sûrement de l’eucalyptus.

Cette « infaux » a aussi mis en colère sœur Émilie Jérôme de l’enfant Jésus. Retrouvez son message ci-dessus.

Des effets secondaires

L’eucalyptus serait-il le remède miracle ?

Marc Beyrouthy, spécialiste des plantes médicinales et conférencier à l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK), explique que « cette plante ne poussait pas originellement au Liban ». « Elle y a été introduite au début du siècle dernier pour faire assécher les marécages et lutter par conséquent contre la malaria, parce que le moustique vecteur de la maladie mourait, poursuit-il. Cette plante a vite été surnommée en langue arabe kina, ce qui a créé une confusion avec la quinine ou l’artémise, plante utilisée en Afrique pour lutter contre le paludisme. »

M. Beyrouthy souligne qu’au Liban, il existe plusieurs espèces d’eucalyptus et « seule une personne avertie peut les repérer ». « Les Eucalyptus globulus et radiata sont les espèces qui contiennent le plus d’eucalyptol, substance qui a des propriétés anti-inflammatoires, antivirales et expectorantes et qui rentre dans le traitement des infections respiratoires comme la bronchite, le rhume, les crises d’asthme ou les maux de gorge, ajoute-t-il. Or au Liban, l’espèce d’eucalyptus qu’on trouve le plus est la citriodora, qui a une faible teneur en eucalyptol. »

Lire aussi

Inspirez, expirez... Adieu Corona !

Plus encore. Une même plante peut avoir des chémotypes différents. « Les composants biochimiques d’une plante sont tributaires de la région où elle pousse, de l’ensoleillement, du climat, de la composition du sol, de l’altitude, de la période de l’année où elle est cueillie, etc. Donc une même plante peut avoir des bénéfices et des risques différents selon son chémotype. À cela s’ajoute le rendement de l’eucalyptus qui varie entre 1 à 3 %, c’est-à-dire que pour chaque 100 g de feuilles on a entre 1 à 3 g d’eucalyptol. Toutes ces notions sont mentionnées sur les flacons d’huiles essentielles. Dans la vapeur d’eucalyptus, cette concentration est presque nulle. Elle n’a sûrement pas cet effet aseptisant » , précise M. Beyrouthy.

Contrairement à ce que l’on pense, tout ce qui est « naturel » n’est pas « bénéfique pour la santé ». « Tout aussi bénéfique soit-il, l’eucalyptus présente des effets secondaires. Nous savons ainsi que les enfants de moins de 10 ans ne doivent pas l’inhaler en fortes doses parce qu’il peut leur provoquer des bronchospasmes. Les personnes asthmatiques ne doivent pas non plus l’utiliser sans avis médical, parce qu’il peut leur occasionner des allergies, mêmes cutanées. En décoction, il est fortement déconseillé aux diabétiques », insiste M. Beyrouthy.

Au mieux, ce remède du manitou des plantes sert donc à parfumer la maison.


Ce contenu s'inscrit dans le projet Qarib qui vise à renforcer la cohésion sociale et à rapprocher médias et citoyens au Proche-Orient. Il a été produit avec le soutien de CFI, Agence de développement média, et de l’AFD, Agence Française de Développement.




Il se présente comme le pape de la médecine par les plantes. Des plantes qu’il va chercher au sommet des montagnes les plus hautes, ou au fond des mers pour fabriquer ses produits « miracles ». Pendant des années, il a occupé l’antenne sur les chaînes locales hertziennes (avant que ce type de programmes, qui continuent à être diffusés sur les chaînes satellitaires,...

commentaires (4)

DE GRACE RETOURNEZ A LA PRESENTATION PRECEDENTE DU JOURNAL ET SURTOUT DE LA RUBRIQUE DES COMMENTAIRES DES INTERNAUTES. VOUS AVEZ COMMIS UNE ERREUR AVEC CE CHANGEMENT NEGATIF. CORRIGEZ-LA.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 51, le 22 mai 2020

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • DE GRACE RETOURNEZ A LA PRESENTATION PRECEDENTE DU JOURNAL ET SURTOUT DE LA RUBRIQUE DES COMMENTAIRES DES INTERNAUTES. VOUS AVEZ COMMIS UNE ERREUR AVEC CE CHANGEMENT NEGATIF. CORRIGEZ-LA.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 51, le 22 mai 2020

  • QUE D,IMBECILITES NOUS NE LISONS PAS TOUS LES JOURS !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 37, le 22 mai 2020

  • Assez de charlatanisme à la libanaise et suivez les avis médicaux. R Moumdjian MD

    Robert Moumdjian

    02 h 25, le 22 mai 2020

  • S'il est vrai que leucalyptus aide a la respiration, on le trouve dans beacoup de preparations en farmacie tel le "vix", il y a des plantes qui peuvent combattre la maladie et qui ont ete testees comme L Artemisia, dont l element actif Artimisin est efficace contre la Malaria aussi. Mais comme ca rapporte pas des millions, les interets commerciaux ont finit par cacher ces informations. A bon entendeur, Salut Mk

    Kantar Maan

    01 h 31, le 22 mai 2020