Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Syrie

Rami Makhlouf réitère ses attaques contre les services de sécurité

Le cousin du président affirme que plusieurs employés de ses entreprises ont été arrêtés.

L’homme d’affaires syrien controversé et cousin de Bachar el-Assad, Rami Makhlouf, dans une vidéo publiée le 3 mai 2020 sur sa page Facebook.

L’homme d’affaires syrien controversé et cousin du président Bachar el-Assad a une nouvelle fois accusé, dans une vidéo relayée hier sur Facebook, les services de sécurité du régime de Damas de recourir à des arrestations parmi ses employés et de recourir à des pressions pour le pousser à abandonner ses entreprises.

À la tête d’une holding, dont la société de téléphonie Syriatel, et considéré pendant des années comme un pilier du régime, Rami Makhlouf fait l’objet depuis l’été dernier de soupçons de corruption et d’évasion fiscale émanant du gouvernement, selon des informations de presse qui semblent indiquer qu’il est tombé en disgrâce.

M. Makhlouf, inscrit sur la liste des sanctions américaines depuis 2008, avait diffusé une première vidéo jeudi soir sur Facebook, dans laquelle il appelait publiquement le président syrien à sauver son entreprise.

Le ministère des Télécommunications a donné aux sociétés du secteur jusqu’à mardi pour rembourser des « impayés dus au Trésor public » qui s’élèveraient à 334 millions de dollars.

M. Makhlouf, qui a indiqué que sa compagnie doit payer à l’État plus de 178,5 millions de dollars, a qualifié

d’« injuste » le montant d’arriérés réclamé par les autorités. « Désormais, les pressions ont lieu de manière inacceptable (...) et les services de sécurité ont commencé à arrêter mes employés », a déploré le cousin de M. Assad dans sa dernière vidéo d’une dizaine de minutes.

« Quelqu’un peut-il imaginer que les services de sécurité sont arrivés jusqu’aux entreprises de Rami Makhlouf, qui a été le plus grand soutien et parrain de ces services pendant la guerre ? » s’est interrogé l’homme d’affaires.

« Il m’a été demandé aujourd’hui de m’éloigner de ces entreprises et d’exécuter les instructions (...) Les pressions ont commencé avec l’arrestation d’employés et de directeurs », a ajouté M. Makhlouf, soulignant avoir reçu des menaces de prison à l’encontre de tous ses salariés s’il ne cédait pas. Il a appelé le président Assad à intervenir pour mettre fin à ces pressions.

En décembre, les autorités syriennes avaient annoncé le gel des avoirs de plusieurs hommes d’affaires pour évasion fiscale et enrichissement illicite pendant les années de guerre depuis 2011. Plusieurs titres de presse ont assuré que M. Makhlouf et son épouse faisaient partie des personnes concernées.

Fin octobre, lors d’un entretien télévisé, le président Assad avait réitéré son engagement dans la lutte contre la corruption.

Dès le début des manifestations antipouvoir en 2011, M. Makhlouf a été l’une des figures les plus vilipendées par les opposants.

Source : AFP


L’homme d’affaires syrien controversé et cousin du président Bachar el-Assad a une nouvelle fois accusé, dans une vidéo relayée hier sur Facebook, les services de sécurité du régime de Damas de recourir à des arrestations parmi ses employés et de recourir à des pressions pour le pousser à abandonner ses entreprises.À la tête d’une holding, dont la société de téléphonie...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut