Rechercher
Rechercher

La parole aux médecins

Oui, pour le confinement, mais quid des vaccins ?

Photo Bigstock

Nous ne reviendrons pas sur notre longue et terrible lutte contre le Covid-19, d’autant que la symptomatologie riche, variée et souvent silencieuse de la maladie au traitement encore controversé est désormais connue de la majorité des populations, au Liban comme dans d’autres pays du monde. De nombreuses études sur le traitement par des médicaments peu onéreux et qui ont fait leurs preuves dans le traitement de maladies qui ont secoué autrefois l’humanité comme la malaria, ou encore par des traitements antiviraux ultrachers, n’ont toujours pas abouti à une solution claire et efficace.

En attendant la fin de la pandémie, laquelle nous souhaitons sera proche, nous demandons aux parents de ne pas oublier de faire vacciner leurs enfants, d’autant que nous ne voulons pas perdre les énormes acquis enregistrés à ce jour. Nous rappelons dans ce cadre que cela fait près de 17 ans que la poliomyélite a disparu au Liban et ceci grâce aux campagnes de vaccination organisées à l’échelle nationale.


Lire aussi

Un possible vaccin chinois se fabrique déjà à grande échelle


Oui, au confinement à la maison et au respect des décisions prises par les ministres de la Santé publique et de l’Intérieur. Mais il ne faut surtout pas suspendre les vaccinations. D’ailleurs, le Programme national de vaccination au ministère de la Santé publique a développé une politique de santé propre et adaptée aux circonstances actuelles. Les parents sont ainsi invités à s’adresser aux médecins qu’ils soient dans les centres de soins de santé primaire ou dans le secteur privé. Les vaccins doivent être assurés tout en respectant certaines données circonstantielles. Il est ainsi conseillé de faire vacciner l’enfant après avoir pris rendez-vous à cet effet. Chaque médecin ou chaque autorité de santé qui assure les vaccins doit espacer les rendez-vous ce qui facilite les règles d’asepsie pour lutter contre le coronavirus, mais aussi contre tout autre éventuel virus. La séance de vaccination doit être précédée par une discussion au téléphone de la nécessité absolue de ce vaccin et des mesures de précaution à respecter une fois au cabinet : un seul parent entre avec l’enfant, tous les deux ne devant pas avoir de fièvre, respecter les horaires, attendre son tour si on est en avance et surtout ne pas oublier la fameuse triade pour la prévention du Covid-19 et de nombreux autres virus respiratoires, à savoir le port du masque, l’hygiène des mains et la maintenance d’une distance entre les individus.

*Le Dr Joseph Rachkidi est pédiatre, membre de l’ordre des médecins du Liban-Nord, membre du Programme élargi de vaccination et du Comité national de contrôle des maladies infectieuses relevant du ministère de la Santé publique.


Nous ne reviendrons pas sur notre longue et terrible lutte contre le Covid-19, d’autant que la symptomatologie riche, variée et souvent silencieuse de la maladie au traitement encore controversé est désormais connue de la majorité des populations, au Liban comme dans d’autres pays du monde. De nombreuses études sur le traitement par des médicaments peu onéreux et qui ont fait leurs...

commentaires (0)

Commentaires (0)