Économie

Vers une Gigantesque Dépression mondiale ?

Devant le New York Stock Exchange, le 19 mars 2020. Lucas Jackson/Reuters

La crise économique mondiale provoquée par le nouveau coronavirus est plus rapide et plus sévère que la crise financière mondiale de 2008 et fait plus de ravages que la Grande Dépression des années 1930. Lors de ces deux dernières crises, les Bourses ont chuté de plus de 50 %, les crédits ont été gelés, il y a eu des faillites en cascade, le chômage a dépassé les 10 % et un peu partout le PIB a diminué au moins de 10 %. Mais cette situation a mis environ 3 ans à s’installer, alors qu’aujourd’hui le désastre macroéconomique et financier s’est matérialisé en 3 semaines.

Toutes les composantes de la demande agrégée (la consommation, les dépenses d’investissement et les exportations) connaissent une chute sans précédent. La plupart des commentateurs espèrent que la crise sera en forme de V (une chute brusque suivie d’une reprise rapide), mais il est évident que nous sommes face à un phénomène entièrement nouveau. La contraction à laquelle nous assistons ne sera sans doute ni en forme de V, ni de U, ni même de L (un brusque ralentissement suivi par une phase de stagnation). Elle ressemble plutôt à un I : une chute à la verticale des marchés financiers et de l’économie réelle.


« Scénario idéal »

Jamais, pas même lors de la Grande Dépression ou de la Seconde Guerre mondiale, la machine économique n’a connu un coup d’arrêt tel qu’on l’a vu en Chine, et maintenant aux États-Unis et en Europe. Dans le meilleur des cas, le ralentissement sera plus marqué qu’en 2008 (en terme de baisse cumulée de la production mondiale), mais de moins longue durée, ce qui permettrait une reprise de la croissance au cours du quatrième trimestre. Les marchés commenceraient alors à se redresser. Ce scénario suppose cependant que plusieurs conditions soient remplies.

D’abord que les États-Unis, l’Europe et d’autres économies gravement touchées procèdent à des tests étendus du Covid-19; identifient les porteurs du virus et suivent les personnes avec lesquelles ils ont été en contact ; recherchent des traitements et maintiennent un long confinement. Et comme la mise au point et la production d’un vaccin pourrait prendre 18 mois, il faudra en outre déployer à grande échelle les antiviraux et d’autres moyens thérapeutiques.

Ensuite que les responsables de la politique monétaire (qui ont déjà fait en moins d’un mois ce qui leur a pris trois ans à l’issue de la crise de 2008) continuent d’appliquer des mesures non orthodoxes face à la crise actuelle : taux d’intérêt nuls, voire négatifs ; guidage des anticipations ; relâchement monétaire et relâchement du crédit (achat d’actifs privés) au secours des banques, des établissements non bancaires, des fonds du marché monétaire et même des grandes entreprises (achats de titres de créances négociables émis par les entreprises et d’obligations d’entreprises). La Réserve fédérale devra en outre accroître ses lignes de swap (accords réciproques de fourniture de liquidités pour répondre aux demandes des banques) transfrontaliers pour répondre au manque massif de liquidités en dollar sur les marchés mondiaux. D’autres mécanismes seront en outre nécessaires pour encourager les banques à prêter aux PME solvables, mais en manque de liquidités.

Enfin que les gouvernements recourent à une stimulation budgétaire massive incluant la distribution de liquidités aux ménages (la fameuse « monnaie hélicoptère »). Compte tenu de la gravité de la crise économique, le déficit budgétaire des pays avancés doit passer de 2 % ou 3 % du PIB à 10 % ou davantage. Seuls les États disposent des moyens suffisants pour éviter un effondrement du secteur privé.

Mais ces interventions financées par le déficit doivent être entièrement monétisées. Si elles étaient financées par la dette publique standard, les taux d’intérêt augmenteraient en flèche et le redémarrage serait étouffé dans l’œuf. De ce fait, ces interventions proposées de longue date par les économistes appartenant à « l’aile gauche » (au sens américain, NDLR) de la Théorie monétaire moderne relèvent désormais de la pensée dominante.

« Cygnes blancs »

Malheureusement pour ce scénario idéal, d’une part, les autorités des pays avancés n’ont pas fait tout ce qu’elles auraient dû faire pour limiter la pandémie, d’autre part, la politique budgétaire que l’on envisage n’a pas l’envergure nécessaire pour permettre un redémarrage en temps voulu, et sa mise en œuvre serait trop lente. Aussi le risque d’une super Grande Dépression, pire que la première, augmente-t-il de jour en jour.

L’économie mondiale et les marchés continueront leur chute libre si l’on ne parvient pas à stopper l’épidémie. Même si l’on parvient à la contenir plus ou moins, la croissance ne sera peut-être pas au rendez-vous avant la fin de l’année. Les thérapies sur lesquelles comptent nombre de gens pourraient se révéler moins efficaces qu’espéré, et en raison des mutations, on peut s’attendre à l’apparition d’un nouveau virus. Dans ce cas, les économies se contracteront et les marchés s’effondreront à nouveau.

La réponse budgétaire pourrait être dépourvue de la moindre efficacité si la monétisation de déficits massifs entraîne une inflation importante, notamment si une série de chocs due à une offre insuffisante réduit la croissance potentielle. Beaucoup de pays ne peuvent tout simplement pas réaliser ce type d’emprunt dans leur propre devise. Qui viendra au secours des États, des entreprises, des banques et des ménages dans les pays émergents ?

Quoi qu’il en soit, même si l’on parvient à contrôler la pandémie et le ralentissement de l’économie mondiale, cette dernière pourrait être affectée par des risques prévisibles, des « cygnes blancs » (par opposition à ce que Nassim Nicholas Taleb désigne comme des « cygnes noirs », soit des événements imprévisibles aux conséquences considérables, NDLR). À l’approche de l’élection présidentielle américaine, la crise déclenchée par le Covid-19 pourrait relancer le conflit entre l’Occident et au moins quatre puissances révisionnistes : la Chine, la Russie, l’Iran et la Corée du Nord qui ont chacune livré une guérilla cybernétique asymétrique pour attaquer les États-Unis de l’intérieur. Les cyberattaques inévitables lors de l’élection américaine pourraient conduire à une remise en question du résultat final, avec des accusations de trucage du scrutin qui pourraient déboucher sur des violences et des troubles sociaux.

De la même manière, les marchés ont très largement sous-estimé le risque d’une guerre entres les États-Unis et l’Iran cette année. Par ailleurs, la détérioration des relations sino-américaines s’accélèrent, chaque pays rejetant sur l’autre la responsabilité de la pandémie actuelle. La crise va sans doute accélérer la balkanisation et la décomposition en cours de l’économie mondiale au cours des mois et des années à venir.

La combinaison des trois risques (une pandémie qui continue à s’étendre, une réserve insuffisante d’outils de politique économique et les risques géopolitiques que nous connaissons) pourrait faire basculer l’économie mondiale dans une dépression de longue durée et entraîner l’effondrement des marchés financiers. Après le krach de 2008, la réaction massive (bien que tardive) qu’il a suscité a permis de sauver l’économie mondiale. Nous ne serons peut-être pas aussi chanceux cette fois-ci…

Traduction : Patrice Horovitz

Copyright: Project Syndicate, 2020.

PDG de Roubini Macro Associates et professeur d’économie à la Stern School of Business (New York).


La crise économique mondiale provoquée par le nouveau coronavirus est plus rapide et plus sévère que la crise financière mondiale de 2008 et fait plus de ravages que la Grande Dépression des années 1930. Lors de ces deux dernières crises, les Bourses ont chuté de plus de 50 %, les crédits ont été gelés, il y a eu des faillites en cascade, le chômage a dépassé les...

commentaires (10)

Fermer les bourses mondiales pour commencer. Les activités economiques du monde tangeible sont à l'arrêt, les marchés financiers doivent l'être aussi, et vite.

Fifi Brindassier

15 h 04, le 05 avril 2020

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Fermer les bourses mondiales pour commencer. Les activités economiques du monde tangeible sont à l'arrêt, les marchés financiers doivent l'être aussi, et vite.

    Fifi Brindassier

    15 h 04, le 05 avril 2020

  • Et si nous prenions un peu de recul? J'accuse les banques d'avoir détourné à leur profit le système capitaliste, de l'avoir transformé en un immense casino avec un seul gagnant: elles. Ce casino s'est effondré comme un château de cartes en 2007-2008. La crise des subprimes illustre le cynisme et l'absence totale d'éthique des "bandits en costume bleu marine". Une fois l'escroquerie percée à jour, les états, par peur des répercussions, ont dû intervenir pur sauver les criminels en injectant des liquidités à des doses toxiques: le fameux "too big to fail". Depuis, l'économie capitaliste, shootée et "addict" au QE (Quantitative Easing) survit dans une illusion de "tout va bien" avec des taux d'intérêt à zéro. Comme un junkie. En réalité rien ne va: l'économie va mal, les états sont surendettés, USA en tête. La Banque Nationale Suisse est obligée d'acheter par centaines de milliards des Euros et des Dollars toxiques pour éviter que le Franc Suisse ne s'envole. Ainsi la Suisse, bon élève de la politique financière se retrouve tout aussi intoxiquée que les états-junkies. La bourse, gavée par les taux zéro est devenue un monstre qui est en train d'imploser. Les réserves financières des états ont été consommés pour sauver les banques. Il ne reste rien pour la vraie économie, les chômeurs, la santé. "Brace, Brace".

    Antoine Eddé

    13 h 17, le 05 avril 2020

  • Il est un peu tôt de faire des plans sur la comète alors que le virus bat son plein dans le monde entier et que sa progression n’est qu’à son début. Il est urgent de se contenter de préserver la santé de la population dans le monde en mettant sur le marché tout ce qui peut les protéger et empêcher la progression de la contagion avant de se projeter dans les projets économiques car seules les personnes bien portantes redresseraient la courbe du déficit mondial une fois le virus circonscrit. Quant au Liban, pays émergeant, chaque centime reçu de n’importe quel bord doit être investi dans les petites et moyennes entreprises afin que celles-ci puissent garder ses employés et pouvoir redémarrer une fois la crise atténuée. La reprise se fera crescendos mais les outils pour la booster eux doivent d’ores et déjà être distribués pour redynamiser l’économie aussi vite que les choses reviendraient à la normale. Il faut donner confiance aux citoyens et le moyen de gagner l’argent qui sera dépenser pour relancer la machine économique. Les politiques et gens du pouvoir ont du pain sur la planche alors qu’ils retroussent les manches et se mettent sérieusement au boulot pour montrer aux libanais qu’ils ne sont pas là uniquement pour se partager les miettes mais pour donner la plus grosse part à qui cela revient de droit, les citoyens actifs. Les rigolos peuvent céder leurs places car on est devant un défi on ne peut plus sérieux.

    Sissi zayyat

    11 h 46, le 05 avril 2020

  • Je pense qu'il inutile de comparer cette situation à l'une ou l'autre du passé. Elle est de la magnitude d'un bombardement biologique au niveau mondial, jamais pratiqué jusqu'ici, ou d'une lutte contre des extraterrestres miniscules et invisibles. Le monde de demain est encore à construire. nos modes de vies sont voués à évoluer et pas nécessairement dans le bon sens. Cet article n'apporte aucune solution à la crise, ni même un diagnostic, mais intéressant quand même.

    MGMTR

    11 h 13, le 05 avril 2020

  • Que craindre?l’économie mondiale a été faussé depuis des lustres à cause de la planche à billets que l’on va ressortir aussitôt le virus parti Par contre pour le tiers-monde ,les PVD et les pays du BRICS ce sera une autre affaire !

    PHENICIA

    10 h 41, le 05 avril 2020

  • Un article hollywoodien juste pour faire le buzz et la publicité de l’auteur. C’est Dimanche des Rameaux, occupons plutôt à célébrer l’entrée du Christ dans Jerusalem

    Liberté de Penser

    09 h 55, le 05 avril 2020

  • OISEAU DE MAUVAIS AUGURE ! ORACLE DU MAL !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 40, le 05 avril 2020

  • Analyse pessimiste qui plonge l'univers dans un noir total avec un virus qui est devenu poison et qui tue avec passion .

    Antoine Sabbagha

    08 h 30, le 05 avril 2020

  • Bon dimanche!!!!!!!!J.P

    Petmezakis Jacqueline

    07 h 11, le 05 avril 2020

  • La planète devrait d'aord et avant tout , et le plus tôt possible, trouver un moyen urgent de DÉDOLLARISER les marchés internationaux . Les Etats-Unis ne sont plus une puissance fiable , ni la première puissance , le monde a changé , et les marchés ne peuvent plus avancer sur une seule patte , le dollar . I est urgent de commencer la dédollarisation générale avant demain

    Chucri Abboud

    02 h 26, le 05 avril 2020