Liban

Avec le début de la prospection, le Liban face à de nouvelles perspectives

Décryptage
28/02/2020

Dans son discours mercredi soir, le président de la République a voulu marquer le début des travaux de prospection au large des côtes libanaises dans ce qu’on appelle le bloc 4. Il a précisé qu’il s’agit d’une nouvelle ère qui s’ouvre pour le Liban, qui s’apprête à entrer dans le club des pays producteurs de pétrole et de gaz.

Certains ont tenté de minimiser l’impact de cet événement en précisant que le chemin est encore long et qu’il faut plusieurs années pour que le Liban commence effectivement à engranger les recettes de la vente du pétrole et du gaz. D’autres ont considéré que l’objectif principal du chef de l’État à travers ce discours était d’ouvrir une fenêtre d’espoir pour les Libanais qui subissent actuellement une crise financière et économique sans précédent. Michel Aoun aurait donc voulu occulter le quotidien morose pour ouvrir de nouvelles perspectives en parlant d’un avenir prometteur pour les générations futures. Mais selon ceux qui considèrent que le chef de l’État a voulu donner aux Libanais une confiance dans l’avenir, la tentative n’est pas très réussie puisque d’abord rien n’est encore garanti et qu’ensuite il faudra beaucoup de temps avant d’espérer en tirer des bénéfices.

À ce manque d’enthousiasme et surtout à cette absence de confiance, qui dans de nombreux cas est sans doute justifiée, plusieurs spécialistes répondent par des informations réelles sur le fait que les gisements existent bel et bien. L’expert économique Ziad Nasreddine affirme à cet égard que le Liban a fait mieux qu’Israël, par exemple, en faisant des études préliminaires en trois dimensions des blocs qu’il compte commencer à ouvrir à la prospection. Deux compagnies étrangères, Spectrum et PGS, ont fait le travail et ont conclu au fait qu’il y aurait d’importants gisements pétroliers et surtout gaziers dans les profondeurs des eaux territoriales libanaises. Ce sont d’ailleurs ces conclusions qui ont poussé le consortium Total-ENI-Novatec à vouloir se charger des travaux de prospection dans le bloc 4. Il ne faut pas oublier non plus que du gaz et du pétrole ont été trouvés dans la région, à Chypre, en Égypte, en Syrie et en Israël. Il n’y a donc aucune raison pour qu’il y en ait dans toute cette région de la Méditerranée et pas au large du Liban...

Ziad Nasreddine précise à ce sujet que là où la compagnie norvégienne PGS fait des études préliminaires, la compagnie française Total la suit. Or Total est l’une des neuf plus grandes compagnies pétrolières du monde et elle a des contrats dans 130 pays, dont l’Égypte et Chypre. Si elle a donc jugé bon de prospecter au Liban, c’est qu’elle est plus ou moins sûre que cela en vaut la peine. De plus, le contrat conclu avec les autorités libanaises est plus avantageux pour le Liban qu’il ne l’est pour l’Égypte. Même chose pour la compagnie italienne ENI et pour la compagnie russe Novatec.



(Lire aussi : Exploration maritime : Aoun visite le navire de forage)



Toujours selon Ziad Nasreddine, les travaux de prospection devraient durer deux mois. Il faudra ensuite analyser les échantillons des produits extraits pour en étudier la qualité et évaluer la quantité de gisements contenus dans le bloc 4. Cette opération devrait prendre deux mois supplémentaires. En principe donc, au début de l’été, le Liban devrait savoir à quoi s’en tenir. Dès que l’annonce officielle de l’existence d’importants gisements gaziers et pétroliers au large des côtes sera faite, elle aura immédiatement des effets positifs sur la situation locale.

D’abord, il y aura une plus grande confiance internationale dans la capacité du Liban à rembourser ses dettes, puisqu’il peut désormais compter sur ses richesses pétrolières et gazières. Ce qui signifie que le classement du Liban par les sociétés financières sera forcément amélioré.

Mais plus important que tout cela, ce sont les préparatifs de l’extraction qui seront bénéfiques pour le pays. Très vite, des sociétés étrangères seront intéressées à s’installer au Liban, car l’extraction du pétrole et du gaz ouvre de grandes perspectives sur le plan du cycle économique qui l’accompagne. De nouveaux emplois seront ainsi créés. De plus, le pétrole et le gaz permettront des investissements dans de nouvelles industries : notamment celles tournant autour des hydrocarbures et des produits pharmaceutiques. Le Liban pourrait aussi construire des raffineries pour ne pas se contenter de vendre du pétrole brut.

Mais selon Ziad Nasreddine, le plus important reste le gaz. Il y a d’abord son utilisation pour produire de l’électricité, qui à elle seule réduira le déficit public de plus d’un milliard de dollars par an (il est actuellement estimé à deux milliards). Mais il y a aussi la vente, le gaz étant de plus en plus demandé et l’Europe un des principaux acheteurs. Donc, l’écoulement du gaz libanais est assuré. Pour Nasreddine, il peut y avoir à ce sujet des problèmes politiques. Par exemple, les blocs 1 et 2 proches de la frontière syrienne intéressent beaucoup les Russes, qui ont déjà pris en charge l’extraction du pétrole et du gaz au large des côtes syriennes, et les Américains ne verraient certainement pas d’un bon œil la prise en charge de ces deux blocs par les Russes. Dans ce contexte, le bloc 8 est aussi très important, puisqu’il pourrait constituer une voie de passage pour le gaz extrait au Sud... Le Liban doit donc faire preuve de vigilance et de sagesse, car la présence de ces richesses attise les convoitises. Ce n’est d’ailleurs pas le seul problème que soulèvera l’existence des ressources pétrolières et gazières. Le Liban est appelé à préparer sérieusement cette nouvelle phase qui lui ouvre de grandes perspectives. Il y a un immense travail législatif à faire, des héliports à construire, des installations à édifier, des expertises à amener, etc. Et il faut surtout une grande vigilance pour empêcher les recettes de profiter à des particuliers au lieu d’aller à l’État et aux Libanais en général. Si le Liban sait saisir cette chance, il aura devant lui un avenir différent et pourra réellement se doter d’une certaine immunité financière et économique qui est aussi un facteur important de souveraineté. En prononçant son discours mercredi soir, Michel Aoun a voulu donc, sans trop s’étendre, attirer l’attention des citoyens sur l’importance de cette opportunité et montrer que l’effondrement, la division et la misère ne sont pas une fatalité.



Pour mémoire

Hydrocarbures offshore : la fin du second round repoussée au 30 avril

La Grèce, Chypre et Israël ont signé un accord sur le gazoduc Eastmed


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Fifi Brindassier

La BEI (Banque européenne d'investissement) a voté la fin des investissements dans les énergies fossiles pour 2021. L'état libanais a tergiversé tant et si bien, qu'il aura probablement du gaz à vendre, mais pas sûr qu'il trouvera un acheteur.

l'europe investit dans la transition énergétique en faveur des énergies vertes.

Les pays du golfe accélèrent la diversification de leur économie, ils ont compris que la fin de l'or noir est proche.

les libanais continuent à rêver.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

S,IL Y A HYDROCARBURES IL FAUT AU MOINS DIX ANS POUR COMMENCER A COMMERCIALISER. ENTRETEMPS LE PARTAGE GENDRISSIMALEMENT ET AMALEMENT... SOUS L,OMBRE HEZBOLLAHI... EST FAIT. DES MIETTES RESTERONT A L,ETAT ET AU PEUPLE LIBANAIS.

Liberté de Penser

Il y a deux sortes d’articles dans l’OLJ qui me font rire : ceux de Gaby NASR pour son humour cinglant et ceux de Scarlett HADDAD pour son adoration hors normes d’un bord politique

gaby sioufi

en citant mme hadad : " plusieurs spécialistes répondent par des informations réelles sur le fait que les gisements existent bel et bien. L’expert économique Ziad Nasreddine affirme blablabla..." fin de citation.
si cette certitude etait vraiment reelle, pourquoi ne citer que le seul Z nasreddine expert es ? es qui en fait ?
personellement & bien plus, aucun autre "expert" n'a ose etre aussi affirmatif, encore mieux meme Total ne l'est pas !

Mais bon comme on l'a lu , M Aoun seul but est de nous donner espoir en un avenir brillant

Gros Gnon

Ça sert surtout à rassurer nos "dirigeants" qui ont douté un moment qu’il ne restait plus rien à voler au Liban...

Chucri Abboud

Les Russes sont plus fiables et moins perfides que les américains ...Il vaudrait mieux leur donner la plus grande part dans les concessions à venir .

RadioSatellite.co

bla bla bla....toujours à contre sens des réalités.
La défaite devient victoire ( tiens on a déjà vu ceci avec le parti intégriste islamiste va t-en guerre)

Le désastre devient succès
La faillite devient réussite personnelle
la révolution d'un peuple devient "une manifestation de rue"

Et la rédactrice ici , son rôle est de défendre son idole et prendre les gens pour des idiots.
Le voisin exporte depuis des années le pétrole et gaz, découverts en mer..... Et voilà que la rédactrice ici, nous rapporte que le liban a fait mieux !!!! Tout en citant par ailleurs, une source à super tendance politique connue ( l'expert économique certes, sans doute, on vous croit que c'est un expert cité ... Cependant il parle beaucoup plus des USA, des sionistes que de PIB ou Macro économie voir le lien : http://french.almanar.com.lb/1291127 ). Les lecteurs jugeront.

De grâce: On n'est pas idiots. Faut bien que vous le compreniez un jour. et on appelle cet article "DECRYPTAGE" !!!! franchement...

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants