Rechercher
Rechercher

Communautés

Les patriarches catholiques seront reçus aujourd’hui par le pape François

Le patriarche Béchara Raï, hier, au salon du Collège maronite à Rome. Photo Michel Akl/Bkerké

À leur demande, les patriarches catholiques orientaux seront reçus aujourd’hui par le pape François, avec lequel ils effectueront un tour d’horizon de la situation au Moyen-Orient et des appuis que le Vatican peut apporter aux Églises orientales, a annoncé hier le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, avant son départ pour Rome.

La liste des sujets qui seront abordés avec le saint-père inclut « la révolution qui a commencé le 17 octobre et qui se poursuit », a précisé le patriarche, interrogé par la presse au salon d’honneur de l’Aéroport international Rafic Hariri ; « le deal du siècle » du président américain Donald Trump et ses conséquences pour le Liban, sous la forme d’une implantation des Palestiniens qui s’y trouvent ; enfin le problème de la pauvreté grandissante et de l’augmentation du nombre de candidats à l’émigration. Demain samedi, les patriarches orientaux soulèveront ces mêmes problèmes en détail avec le chef de la secrétairerie d’État, le cardinal Pietro Parolin.

Le patriarche a ajouté que sur le plan personnel il participera à l’assemblée générale annuelle de la Congrégation pour l’éducation catholique, où il s’exprimera sur les difficultés grandissantes auxquelles font face les écoles catholiques au Liban.

Au sujet du dossier sensible de l’implantation des réfugiés palestiniens et syriens au Liban, le patriarche a précisé : « Ce point est essentiel et nous en parlerons. Il est inscrit dans la Constitution. Nous ne voulons de l’implantation ni des Palestiniens ni des Syriens. Nous ne le faisons pas par détestation ou pour leur rappeler leur devoir de gratitude. Mais ces peuples ont leur histoire et leur culture. Ils doivent rentrer chez eux pour les assumer, afin que la guerre n’emporte pas leur culture, après avoir détruit leur sol. »

Par ailleurs, le patriarche maronite a précisé s’être réjoui du soulèvement et avoir adhéré à ses principales revendications, mais s’est dit hostile à la violence, « que ce soit celle des manifestants ou celle des forces de l’ordre, quand elle est disproportionnée ». Il a recommandé de veiller aux institutions sans lesquelles l’État est « paralysé » et a invité les leaders du soulèvement populaire « à faire preuve de réalisme et d’objectivité ». « La rue a rejeté la déclaration ministérielle avant même de la lire », a-t-il constaté, avant d’ajouter : « Rejeter la déclaration est une chose et ne pas accorder la confiance après examen de la déclaration en est une autre. »

Signalons par ailleurs que les patriarches orientaux ont été invités à se réunir à Bari, du 19 au 23 février, une rencontre à dimension œcuménique à laquelle le pape tient très particulièrement et qu’il clôturera par une messe.


À leur demande, les patriarches catholiques orientaux seront reçus aujourd’hui par le pape François, avec lequel ils effectueront un tour d’horizon de la situation au Moyen-Orient et des appuis que le Vatican peut apporter aux Églises orientales, a annoncé hier le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, avant son départ pour Rome.

La liste des sujets qui seront...

commentaires (1)

Le Pape François n'a pas encore visité le Liban . Si vraiment le Liban est encore comme auparavant , l'un des pays au monde qui tient le plus à coeur au Saint-Diège, il ne faudrait plus tarder à voir cette visite réalisée . Ça nous ferait le plus grand bien . Et c'est plus qu'urgent pour calmer cette population qui a perdu ses nerfs et qui ne sait plus -c'est le cas de le dir - à quel Saint se vouer !

Chucri Abboud

01 h 09, le 07 février 2020

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le Pape François n'a pas encore visité le Liban . Si vraiment le Liban est encore comme auparavant , l'un des pays au monde qui tient le plus à coeur au Saint-Diège, il ne faudrait plus tarder à voir cette visite réalisée . Ça nous ferait le plus grand bien . Et c'est plus qu'urgent pour calmer cette population qui a perdu ses nerfs et qui ne sait plus -c'est le cas de le dir - à quel Saint se vouer !

    Chucri Abboud

    01 h 09, le 07 février 2020