X

Liban

Aoun : De nouveaux obstacles ont entravé la formation du cabinet

Diplomatie

Devant les membres du corps diplomatique, le chef de l’État a imputé à « des facteurs internationaux et internes la pire crise économique, financière et sociale qui ait jamais frappé le Liban ».

OLJ
15/01/2020

Le président Michel Aoun a affirmé hier que « de nouveaux obstacles » avaient empêché la formation du gouvernement et a dénoncé par ailleurs des « tentatives de récupération » du mouvement de contestation que connaît le Liban depuis le 17 octobre. L’allocution du chef de l’État intervient le jour où les Libanais sont retournés dans la rue sous le slogan « La semaine de la colère », pour protester contre la crise économique et le retard mis dans la formation d’un nouveau cabinet, au 90e jour de ce mouvement de révolte sans précédent.

M. Aoun, qui recevait à Baabda les membres du corps diplomatique accrédités au Liban, venus comme le veut la tradition, lui présenter leurs vœux à l’occasion de la nouvelle année, a commencé par effectuer un tour d’horizon des crises « internationales et internes » qui ont, selon lui, provoqué « la pire crise économique, financière et sociale qui ait jamais frappé le Liban ». Il a notamment évoqué « les guerres dans les pays voisins », « le nombre de déplacés » et « la corruption et le gaspillage qui minent l’administration depuis des décennies ».

Le président a regretté que malgré le fait que « des projets de modernisation des infrastructures ont été approuvés, qui devaient être financés par les donateurs de la Conférence de Paris (CEDRE), tous ces projets sont restés au point mort ». « Je n’ai pas ménagé mes efforts pour m’attaquer aux problèmes économiques, mais cela n’a pas donné les résultats espérés car la situation était particulièrement critique et les obstacles nombreux », a-t-il concédé, soulignant que c’est cette « pression économique » qui a poussé les Libanais à descendre dans la rue « pour exiger des solutions légitimes face aux difficultés de la vie et demander la fin de la corruption ».

Radicalisation systématique

Saluant tout d’abord le fait que ces manifestations « ont constitué une réelle opportunité pour réaliser les réformes souhaitées car elles ont ébranlé les murs institués par le communautarisme et la classe politique », il a condamné « les tentatives de récupération par certains partis politiques ». Ces formations « ont dispersé les revendications et les ont noyées dans une radicalisation systématique », a-t-il dit. Michel Aoun a encore dénoncé « les rumeurs lancées de façon préméditée par certains médias et manifestants et qui ont empêché de cibler les véritables corrompus ». « Je compte sur les Libanais, qu’ils soient dans la rue ou dans leurs foyers, pour persévérer dans la lutte contre la corruption », a déclaré le chef de l’État.

Il a par ailleurs salué le rôle de l’armée et des forces de l’ordre qui ont pu « assurer la sécurité des manifestants tout en préservant leur liberté d’expression et empêcher les blocages des routes pour permettre aux citoyens de se déplacer et se rendre à leur travail et leur domicile ». Michel Aoun a toutefois regretté une « augmentation de la criminalité sous toutes ses formes », due à la crise économique.

Nouveaux obstacles

En ce qui concerne le gouvernement, le président de la République a indiqué que « de nouveaux obstacles ont empêché la formation du cabinet qui devait voir le jour la semaine dernière ». « Nous sommes conscients que tout retard est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre, mais la formation d’un tel gouvernement nécessite le choix de personnes qualifiées, ayant la confiance du peuple, mais aussi celle du Parlement, ce qui nécessite du temps », s’est-il justifié. Et d’arguer que le gouvernement que tente de mettre sur pied le Premier ministre désigné, Hassane Diab, devra « faire face à la fois à la crise économique et financière, mais aussi aux grands défis auxquels le Liban et toute la région sont confrontés ».

Indifférence internationale

Le chef de l’État a en outre estimé, en ce qui concerne la crise des réfugiés, que « la communauté internationale n’a pas réellement assumé ses responsabilités, ni en facilitant leur retour ni en atténuant l’impact financier qui pèse sur notre pays ». Il lui a reproché de n’avoir que « complimenté le rôle humanitaire du Liban et lié le retour des déplacés à une solution politique ». « Nous ne comprenons pas les pressions qui entravent un tel retour », a-t-il poursuivi, faisant état de « grands points d’interrogation face à l’indifférence internationale » à ce sujet.

Rappelant que le Liban commémore cette année le premier centenaire de la proclamation de « l’État du Grand-Liban », Michel Aoun a estimé que ce centenaire « sera l’occasion malgré tout de redécouvrir le rôle et le statut du Liban et donnera l’opportunité à tous les Libanais de construire une patrie digne des plus hautes valeurs humaines ».

L’allocution de Spiteri

Avant que le président ne prenne la parole, le nonce apostolique et doyen du corps diplomatique, Mgr Joseph Spiteri, avait prononcé un discours, appelant à « un dialogue sincère et respectueux entre les leaders politiques eux-mêmes et tous ceux qui demandent un changement réel ».

« Durant ces derniers trois mois de protestations, nous avons été positivement surpris par l’appel sincère des jeunes, dans l’ensemble du Liban, à un renouveau éthique de l’État. Les jeunes, rejoints par leurs aînés et animés par un esprit fondamental de solidarité, se sont ralliés autour du drapeau libanais réclamant le respect de leurs droits inaliénables. Ils demandent aussi des réformes politiques, sociales et économiques. Ils sont contre la corruption. Ils réclament et méritent un avenir meilleur », a-t-il dit.

Et le nonce de poursuivre : « La communauté internationale, ici représentée par les chefs de mission du corps diplomatique et des organisations internationales, insiste sur la nécessité d’un dialogue sincère et respectueux entre les leaders politiques eux-mêmes ainsi qu’avec tous ceux qui demandent un changement réel. Le dialogue ne peut exclure personne : ni ceux qui sont pour, ni ceux qui sont contre, ni ceux qui ne désirent pas prendre partie. Chaque citoyen a le droit d’être entendu. »

Mgr Spiteri a par la suite souhaité la formation d’un cabinet « viable qui puisse mettre en place des réformes urgentes et nécessaires et regagner la confiance de tous les citoyens ».

Et de conclure : « Les célébrations pour le premier centenaire du Grand-Liban semblent avoir été éclipsées par la thawra (révolte) libanaise, par la crise financière et économique et par les problèmes liés à la formation d’un nouveau gouvernement. Ce n’est pas la première fois que le Liban passe par des temps très difficiles (...). Les Libanaises et les Libanais continueront à en écrire de nouveaux chapitres en tant que citoyens libres, d’un pays libre. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants