Liban

Crise du secteur de la santé : Jabak annonce une solution "partielle et temporaire"

Le ministre sortant de la Santé Jamil Jabak, présidant une réunion au ministère, le 14 janvier 2020. Photo Ani

Le ministre libanais sortant de la Santé, Jamil Jabak, a annoncé mardi être parvenu à trouver "une solution partielle et temporaire" à la crise du secteur de la santé, liée notamment aux grandes difficultés rencontrées par le secteur pour importer médicaments et  matériel médicalen raison de la crise de liquidités que traverse le pays. 

"Nous avons trouvé une solution partielle et temporaire, qui durera deux mois", a annoncé le ministre Jabak lors d'une réunion au ministère de la Santé rassemblant des délégations du rassemblement des importateurs de matériel médical et du syndicat des hôpitaux privés et des représentants de sociétés pharmaceutiques. Cette solution consiste à "geler" la situation actuelle en fixant une limite au taux de change livre/dollar, afin que "les importateurs et les médicaments puissent endurer le poids de la crise", a précisé M. Jabak. "Les patients ne doivent pas subir les difficultés de la situation économique", a-t-il ajouté. Dans ce contexte, le ministre s'est dit "rassuré de voir que les deux parties concernées, les importateurs et les hôpitaux, vont coopérer pour mettre en œuvre cet accord". 

Jamil Jabak a par ailleurs promis "une solution définitive" à cette crise, proposant que soit organisée "une réunion élargie de toutes les parties concernées, notamment le gouverneur de la Banque du Liban (BDL), les banques et les importateurs". 

Il a en outre accusé "certaines sociétés non-affiliées au rassemblement des importateurs" d'augmenter les prix des produits qu'ils font venir au Liban et de ne pas respecter les lois libanaises.

Le taux de change livre/dollar est fixé par la BDL depuis 1997 (1507,5 livres pour un dollar). Mais depuis la fin de l’été, la banque centrale a limité la quantité de billets verts en circulation, provoquant une augmentation du taux pratiqué par les bureaux de change, qui a dépassé les 2.400 livres libanaises. Pour faire face à cette crise, la BDL a mis en place un mécanisme (dans la circulaire numéro 530), qui assure aux importateurs de farine, de carburant et de médicaments, sous certaines conditions, l’accès à des liquidités en dollars au taux officiel. Mais ce mécanisme a été fortement critiqué par les professionnels concernés. 


Le ministre libanais sortant de la Santé, Jamil Jabak, a annoncé mardi être parvenu à trouver "une solution partielle et temporaire" à la crise du secteur de la santé, liée notamment aux grandes difficultés rencontrées par le secteur pour importer médicaments et  matériel médicalen raison de la crise de liquidités que traverse le pays. 

"Nous avons trouvé une...