Rechercher
Rechercher

À La Une - Syrie

La Turquie ne se retirera pas de ses postes dans la région d'Idleb

Les forces de Damas ont encerclé le 23 décembre l'un de ces postes turcs, après avoir repris du terrain dans la région.

Un poste d'observation turc à Maar Hitat, dans la province d'Idleb. AFP / Omar HAJ KADOUR

La Turquie a annoncé dimanche qu'elle ne se retirerait pas de ses postes d'observation dans la région d'Idleb (nord-ouest de la Syrie) où les forces de Damas soutenues par l'aviation russe ont intensifié leurs bombardements depuis le 16 décembre.

L'armée turque est déployée dans douze postes d'observation dans la région d'Idleb, en vertu d'un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou, allié du régime syrien, et Ankara, qui parraine les rebelles. Cet accord était destiné à éviter une offensive du gouvernement de Damas contre la région, ultime grand bastion rebelle et jihadiste de Syrie dominé par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'el-Qaëda) et où vivent trois millions de personnes. Les forces de Damas ont encerclé le 23 décembre l'un de ces postes turcs, après avoir repris du terrain dans la région, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Nous respectons l'accord conclu avec la Russie et nous nous attendons à ce que la Russie respecte cet accord", a déclaré le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, cité dimanche sur le compte Twitter du ministère. "Nous n'évacuerons en aucune manière ces 12 postes d'observation, nous n'en partirons pas", ajoute le ministre qui s'exprimait lors d'une tournée d'inspection des forces turques, en compagnie de responsables de l'armée, dans la province de Hatay (sud) près de la frontière syrienne.

Inquiète d'un nouvel afflux de réfugiés syriens, la Turquie fait pression pour un nouvel accord de cessez-le-feu et a envoyé lundi dernier une délégation à Moscou.



(Lire aussi : Turcs et Syriens manifestent à Istanbul contre les raids russes en Syrie)



Aide à la Libye
Parallèlement, la Turquie s'est dit prête à répondre à une demande d'aide militaire formulée par le gouvernement d'union nationale (GNA) libyen reconnu par l'ONU.

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé jeudi que le Parlement voterait le 8 ou le 9 janvier sur une motion autorisant l'envoi de soldats en Libye pour soutenir le GNA face aux forces de l'homme fort de l'Est libyen, Khalifa Haftar, ouvrant ainsi la voie à une intervention militaire turque directe dans ce pays.

Ankara a signé le 27 novembre avec le GNA un accord de coopération militaire et sécuritaire lors d'une visite à Istanbul de son chef Fayez al-Sarraj, mais doit obtenir du Parlement un mandat séparé pour pouvoir déployer des forces combattantes en Libye, comme en Irak ou en Syrie.

Selon l'agence officielle Anadolu, citant des sources au sein du parti de M. Erdogan, le calendrier pourrait être avancé et une motion pour obtenir ce mandat présentée dès lundi au président du Parlement en vue d'une session extraordinaire pour la voter jeudi.



Lire aussi

Plus de 235 000 déplacés du fait des récents combats dans le Nord-Ouest, selon l’ONU

Trump appelle Moscou, Damas et Téhéran à cesser le "carnage" à Idleb


La Turquie a annoncé dimanche qu'elle ne se retirerait pas de ses postes d'observation dans la région d'Idleb (nord-ouest de la Syrie) où les forces de Damas soutenues par l'aviation russe ont intensifié leurs bombardements depuis le 16 décembre.L'armée turque est déployée dans douze postes d'observation dans la région d'Idleb, en vertu d'un accord conclu en septembre 2018 entre Moscou,...
commentaires (4)

LES POSTES TURCS, ILS VONT ETRE BALAYES PAR LE BIEN-AIME D,ERDO... HAHAHA QUELLE BLAGUE !

LA LIBRE EXPRESSION

16 h 16, le 29 décembre 2019

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • LES POSTES TURCS, ILS VONT ETRE BALAYES PAR LE BIEN-AIME D,ERDO... HAHAHA QUELLE BLAGUE !

    LA LIBRE EXPRESSION

    16 h 16, le 29 décembre 2019

  • IDLEB étant sans conteste une ville syrienne je ne comprend pas pourquoi l'Union ,Européenne , l'ONU et l'OTAN n'ouvrent pas leurs grandes gueules . Evidemment Bachar n'est pas un modèle de démocratie mais le Sultan d'Ankara n'est pas un tyran à qui l'on peut se fier . La paix dans la région ne doit pas être confiée à Trump En ces jours de fêtes je suis sur que le Père Noël se cache sous la fourrure de l'Ours Russe !

    yves gautron

    15 h 39, le 29 décembre 2019

  • UNE FOIS IDLEB TOMBEE LES TURCS VONT FUIR COMME DES LAPINS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    13 h 21, le 29 décembre 2019

  • Ceux qui pourront réellement donner la fessée à erdo seront les résistants de l'axe Russie Iran Syrie . Les occidentaux n'ont que leur grande gueule face à ce criminel qui fait partie de leur bloc.

    FRIK-A-FRAK

    12 h 16, le 29 décembre 2019

Retour en haut