Liban

Le Bundestag réclame l’interdiction de toutes les activités du Hezbollah en Allemagne

Sécurité

Dans une résolution non contraignante, les députés allemands appellent l’UE à ajouter le parti chiite à sa liste d’organisations terroristes.

OLJ
20/12/2019

Le Parlement allemand a adopté hier une résolution dans laquelle il demande au gouvernement de la chancelière Angela Merkel d’interdire toutes les activités du Hezbollah sur son territoire et appelle à une abolition de la séparation entre les ailes politique et militaire du parti chiite, a rapporté l’agence américaine Associated Press (AP). La résolution, votée à une large majorité, appelle l’Union européenne à ajouter toutes les factions du parti chiite sur sa liste d’organisations terroristes, alors que seule la branche armée du parti y est actuellement intégrée.

Cette résolution n’est pas contraignante pour l’exécutif allemand, souligne AP, qui estime toutefois qu’étant donné son adoption par les partis au pouvoir et une majorité de l’opposition, le gouvernement mettra probablement en œuvre cette interdiction des activités du Hezbollah.

« Il est inacceptable que le Hezbollah mène un combat terroriste contre Israël, tout en étant financé au moyen d’activités criminelles menées dans le monde entier », a déclaré Mathias Middelberg, porte-parole du parti d’Angela Merkel au sein du Bundestag, le Parlement allemand. « L’Allemagne ayant une responsabilité spéciale vis-à-vis d’Israël, nous demandons au gouvernement d’interdire toutes les activités du Hezbollah » dans le pays, a-t-il ajouté. Et de souligner qu’une inclusion du parti chiite à la liste des organisations terroristes de l’UE permettrait de « geler les fonds et actifs du parti en Europe de manière beaucoup plus complète qu’auparavant ».

La gauche s’est abstenue de voter en faveur de cette résolution, arguant du fait qu’ajouter le Hezbollah sur la liste européenne des organisations terroristes risque de compliquer les relations entre l’UE et le Liban.

Commentant la résolution du Bundestag, le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas, a fait paraître un communiqué dans lequel il a indiqué d’emblée que « le Hezbollah nie le droit d’Israël à l’existence, menace de violence et de terreur et continue de procéder à une accumulation massive de missiles ». « En Syrie, il agit comme un accessoire des actions brutales d’Assad contre son propre peuple », selon le communiqué qui relève que « la réalité politique du Liban est compliquée », mais que « cela ne doit cependant pas nous empêcher de recourir aux moyens dont nous disposons en Allemagne dans le cadre de l’État de droit pour mettre fin aux activités criminelles et terroristes du Hezbollah ».

Lors d’une conférence de presse avec son homologue américain, Mike Pompeo, le 7 novembre dernier à Berlin, M. Maas avait affirmé, en réponse à une question sur la formation chiite, que « la réponse au problème que posent les activités du Hezbollah doit être apportée au niveau européen », précisant que l’Allemagne « suit avec inquiétude les développements dans la région et au Liban en particulier ». Après avoir indiqué que Berlin est « engagé avec ses partenaires européens dans des discussions en vue d’une inscription du Hezbollah sur la liste des organisations terroristes », il a souligné qu’une telle démarche « commande impérativement une unanimité européenne ».

Les organisations antisémites

Selon des propos rapportés dans le quotidien allemand Tagesspiegel, une experte de la politique intérieure de l’Allemagne au sein du Parti social-démocrate allemand SPD, Eva Högl, a déclaré, lors de la session plénière du Parlement allemand, que l’interdiction des activités du Hezbollah en Allemagne constitue « un élément important de la lutte contre les organisations antisémites » dans le pays, une des priorités du gouvernement au cours de ces derniers mois.

Début décembre, plusieurs ministres allemands avaient souligné qu’il n’existait aucune volonté d’interdire entièrement la branche politique du parti chiite en Allemagne, tandis qu’un article du magazine Der Spiegel avait indiqué que les ministères des Affaires étrangères, de la Justice et de l’Intérieur souhaitaient interdire toutes les activités du Hezbollah sur le territoire allemand.

En mars, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, avait appelé Berlin à bannir le Hezbollah, trois mois après la décision de la Grande-Bretagne de considérer le parti chiite dans son intégralité comme une organisation « terroriste », et non plus seulement sa branche militaire.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

VIRAGE CONTRÔLÉ

Que peut on espérer d'un pays ex nazi qui a signé sa CAPITULATION ?

ON CAPITULE UNE FOIS ON CAPITULE TOUTES LES FOIS.

Vous savez ce monde est divisé en 2 groupes.

Le groupe sous sanctions et le groupe sous la botte.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS ONT MIS DU TEMPS POUR Y ABOUTIR.

Yves Prevost

Ce qui st dommage, c'est qu'on ne fasse pas la même chose au Liban!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre Amal et le Hezbollah, des conflits latents

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants