Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Réunion du GIS : un « message capital » au Liban, affirme le chef de la délégation libanaise à L'OLJ

La délégation libanaise qui a participé à la réunion du GIS mercredi à Paris, présidée par le directeur général du ministère des Affaires étrangères Hani Chmaytelli (centre). Phoot DR

Le chef de la délégation libanaise Hani Chmaytelli a déclaré à l’OLJ que la communauté internationale avait adressé un « message capital » au Liban, mercredi, au cours de la réunion du Groupe de soutien au Liban (GIS) à Paris, en renouvelant son engagement à l’égard de la stabilité et de la prospérité du pays.

« La communauté internationale a adressé un message capital : c’est l’engagement de la communauté internationale à soutenir le Liban en ces circonstances délicates. C’est un message qui a été renouvelé d’une manière positive et d’une manière constructive », a déclaré le directeur général du ministère des Affaires étrangères à notre correspondante Anne Ilcinkas, à l’issue de la réunion au Quai d’Orsay. « C’est un message clair qui démontre encore une fois l’attachement de la communauté internationale à la stabilité, au développement et à la prospérité du Liban », a-t-il ajouté.

Interrogé sur l'appel, formulé dans le communiqué final, pour que soient menées réformes au Liban, il a répondu : « Engager des réformes n’est pas un diktat de la communauté internationale, c’est une nécessité libanaise interne, donc c’est un jeu à somme positive et il y a un terrain commun sur lequel nous pourrons travailler ensemble ». A la demande de savoir si la communauté internationale était disposée à fournir des aides au Liban au cas où un gouvernement n’est pas formé, il a répondu : « la formation du gouvernement est une condition sine qua non, mais il s’agit d’une exigence commune à la communauté internationale et au Liban ».

La communauté internationale conditionnera toute aide financière au Liban à la mise en place d'un gouvernement réformateur, avait déclaré en fin d'après-midi le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, à l'issue de la réunion du GIS à Paris pour aider le pays du Cèdre à sortir de la crise politique.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a démissionné le 29 octobre après plusieurs semaines de manifestations contre une élite politique jugée corrompue et incapable de sortir le pays de sa plus grave crise économique depuis la guerre civile (1975-1990). Aucun gouvernement n'a pu être formé depuis.


Le chef de la délégation libanaise Hani Chmaytelli a déclaré à l’OLJ que la communauté internationale avait adressé un « message capital » au Liban, mercredi, au cours de la réunion du Groupe de soutien au Liban (GIS) à...